Un chercheur marocain a trouvé une alternative naturelle aux antibiotiques

Professeur en biologie à l’université de Fès, Adnane Remmal a reçu le prix de l’inventeur 2017 de l’Office européen des brevets. Il est parvenu à “redynamiser” des antibiotiques rendus inopérants par la résistance bactérienne grâce… aux huiles essentielles. Il vise, à terme, à les remplacer par ces extraits de plantes.

Portrait par Nina Godard

Adnane Remmal est le premier ressortissant du continent africain à être nominé, et a fortiori primé, par l’Office européen des brevets. Le chercheur marocain vient de  recevoir le prix du public de l’Inventeur 2017. Son invention, un médicament à base d’huiles essentielles qui règle le problème de la résistance grandissante des bactéries aux antibiotiques, va sans doute révolutionner la façon dont on se soigne dans le monde entier.

Genèse d’une innovation majeure

“En 1987, j’étais un jeune chercheur en PhD au centre d’Orsay à Paris. À la fin de mes études, mon tuteur insistait lourdement pour que je reste travailler avec lui, raconte Adnane Remmal. Il me disait qu’il connaissait le ministre de l’Intérieur de l’époque, qu’obtenir un visa serait une formalité. Mais je m’étais engagé envers moi-même à revenir au Maroc faire bénéficier mon pays de mes nouvelles compétences. Donc je suis rentré”.

S’il était resté, il n’aurait jamais entamé son travail sur la bactériologie. En France, le jeune chercheur s’était en effet spécialisé dans l’hypertension artérielle, objet de sa thèse. Mais lorsqu’il rentre au Maroc, les laboratoires de recherche lui disent n’avoir pas besoin de chercheur sur cette thématique. Pour eux, les Marocains qui souffrent d’hypertension artérielle ont surtout besoin de prévention pour comprendre quels comportements génèrent ces symptômes. En revanche, ce dont le pays a vraiment besoin, lui explique-t-on, c’est de lutter contre les infections. Des chirurgiens dépités lui racontent qu’ils réalisent des prouesses chirurgicales au bloc, pour finalement perdre leur patient d’une infection nosocomiale contre laquelle les antibiotiques sont devenus inopérants.

Adnane Remmal repense à Pasteur, à Flemming, au phénomène de résistance des bactéries qui inquiète de plus en plus l’Organisation mondiale de la santé. Alors il se met à la biologie. Première question: comment combattre cette résistance bactérienne? En remplaçant les antibiotiques, se dit le chercheur. Par quoi? Les huiles essentielles bien sûr. Un raisonnement logique au Maroc où, “lorsqu’on est malade, avant de se rendre à la pharmacie ou chez le docteur, on essaie d’abord les huiles essentielles”, explique Fadoua Misk, journaliste marocaine.

Huiles essentielles

Adnane Remmal rencontre un autre chercheur, spécialiste des huiles essentielles, et un chimiste, que le sujet intéresse lui aussi. Ensemble, ils étudient de près ces essences pour en identifier les “principes actifs”, c’est-à-dire la molécule qui fait le travail. Ensuite, ils s’intéressent à comment agissent ces molécules. Ils se rendent compte qu'”un antibiotique fonctionne comme une clé qui ouvre une serrure. Si la bactérie mute, la serrure a changé, la clé ne sert plus à rien”, décrit le chercheur. D’un autre côté, les principes actifs des huiles essentielles, eux, sont “comme un gros marteau qui casse la porte”. En “dopant” l’antibiotique aux huiles essentielles, Remmal a inventé une clef qui ne se contente pas d’ouvrir la porte, mais qui la démolit. Une nouvelle molécule qui a “un maximum d’effet avec un minimum de dose, et aucun effet secondaire”, se félicite le chercheur.

Après plus de 10 ans de recherche, le laboratoire pharmaceutique marocain Sothema a accepté d’investir pour transformer le principe actif découvert par Remmal en médicament. Sa technologie est brevetée, les essais cliniques sont lancés. Ils touchent désormais à leur fin et devraient permettre la commercialisation du médicament au plus tard début 2018. Il deviendra le premier médicament 100% marocain.

Entre temps, le chercheur est devenu une sommité dans son pays, et a porté le Maroc à la pointe de la recherche biologique. “J’ai semé une graine qui est devenue un grand arbre qui fait des fruits. J’ai supervisé 26 thésards en tout, et 12 étudiants vont soutenir la leur cette année. Il y a beaucoup de volontaires, des jeunes de tout le pays qui me contactent pour venir travailler avec moi”, s’enthousiasme Adnane Remmal. Professeur de biologie à l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès, il bichonne ces jeunes: “Ce sont eux qui ont les idées. Je leur répète de ne surtout pas s’autocensurer: les meilleures idées sont à chercher dans les idées folles”.

Très surveillé

Des étudiants qui lui apportent bien plus que des idées. “Certains de mes thésards travaillent pour les big pharmas. Ils m’ont rapporté que j’étais sous microscope, très surveillé par les grands labos”. À plusieurs reprises, ils ont tenté de lui racheter son brevet, mais le chercheur a refusé. Ils ont même essayé de le faire par moyen détourné: en lui proposant un contrat de financement de ses recherches, dont une clause prévoyait l’hypothèque de son brevet. Là encore, le chercheur a décliné.

Ces laboratoires ont du souci à se faire. Aujourd’hui, le médicament d’Adnane Remmal combine huiles essentielles et antibiotiques. Mais demain, avec l’avancée de ses recherches, les principes actifs d’huiles essentielles pourraient tout simplement remplacer ces médicaments traditionnels, qui rapportent encore des sommes folles à l’industrie pharmaceutique.

La disparition des antibiotiques est d’autant plus probable qu’Adnane Remmal a déjà trouvé comment s’en passer dans l’élevage d’animaux. Il a développé des compléments alimentaires uniquement à base d’extraits de plantes, qui remplacent les antibiotiques auparavant déversés en masse dans les râteliers des vaches, poules et autres moutons pour prévenir les épizooties.

Tout le monde est content… sauf les grands labos

Ces additifs alimentaires naturels, commercialisés via sa société Advanced Scientific Developments, rencontrent un franc succès: “L’éleveur est ravi parce que ça marche beaucoup mieux que les antibiotiques, tout en coûtant beaucoup moins cher”, affirme le chercheur. Le consommateur final aussi est content. Il trouve que la viande a meilleur goût, a en croire Remmal. Et puisqu’elle n’est plus bourrée d’antibiotiques, elle est moins susceptible d’abaisser encore l’efficacité de ceux dont il aura besoin lorsqu’il sera malade. L’abus d’antibiotiques dans l’élevage intensif serait selon l’OMS une cause majeure de la résistance grandissante des bactéries.

Ces suppléments alimentaires pour bétail ont valu à Adnane Remmal de recevoir le prix de l’Innovation pour l’Afrique en 2015. S’y ajoute désormais le prix de l’OEB. Une reconnaissance internationale dont se félicite le chercheur parce que grâce à elle, son statut de scientifique n’est plus remis en cause nulle part: “Je ne suis plus l’herboriste du coin”. Prochaine étape: trouver des fonds pour créer un institut de recherche privé, “pour ceux qui veulent travailler en dehors des tracasseries administratives”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *