Tunisie/UE « L’engagement européen envers une Tunisie démocratique demeure intact » (Barroso)

« Je tiens à assurer tous les Tunisiens que l’engagement européen envers une Tunisie démocratique demeure intact », a affirmé, mardi, à Bruxelles, le président de la commission européenne, José Manuel Barroso. A l’issue de l’entretien qu’il a eu avec le chef du gouvernement provisoire Hamadi Jebali, M. Barroso s’est félicité « des garanties données par Jebali sur la nature irréversible de la transition démocratique ainsi que sur l’engagement indéfectible du gouvernement tunisien pour la défense des droits fondamentaux et des libertés pour tous les Tunisiens ».

« La liberté d’expression, le respect des droits de l’homme, l’égalité des droits entre hommes et femmes, et l’Etat de droit en général, sont des principes essentiels pour l’avenir et la stabilité du pays », a-t-il dit devant un parterre de la presse internationale. M. Barroso a déclaré que cette rencontre, la deuxième avec le chef du gouvernement Hamadi Jebali, depuis février 2012, est une nouvelle opportunité pour réaffirmer le plein soutien de l’Europe à la transition démocratique en Tunisie ainsi que pour souligner le caractère privilégié des relations établies entre l’UE et la Tunisie nouvelle. A cet égard, il s’est dit convaincu que l’accord de partenariat privilégié entre l’UE et la Tunisie, actuellement en négociation, permettra de renforcer la coopération entre la Tunisie et l’Europe, faisant part, à ce propos, de la volonté commune de ne ménager aucun effort pour parvenir à un accord politique sur le Partenariat Privilégié, à l’occasion du prochain Conseil d’association qui devrait se tenir au mois de novembre.

Cet accord sur un Partenariat privilégié, a-t-il encore relevé, confirmera le rôle pionnier de la Tunisie dans les transitions démocratiques dans le sud de la Méditerranée. L’Union Européenne a doublé son assistance à la Tunisie pour 2011-2013 à hauteur de 400 millions d’euros, a-t-il relevé, précisant que l’Europe est prête à faire davantage en 2013, en soutenant le programme de relance des autorités tunisiennes. Il a, dans le même contexte, estimé indispensable d’avancer dans les négociations sur l’accord de libre- échange complet et approfondi pour favoriser l’intégration de la Tunisie sur le marché européen. M. Barroso s’est dit également persuadé qu’une conclusion rapide des négociations agricoles et aériennes et d’un partenariat de mobilité profiterait substantiellement au tourisme, à l’agriculture tunisienne et, par conséquent, à l’emploi et à la relance de l’économie, tout comme elle bénéficierait aux attentes traditionnelles tunisiennes quant à la mobilité et aux échanges sur le plan de l’emploi.

« Nous espérons que le soutien européen à la Tunisie soit à la hauteur des défis exceptionnels auxquels fait face le pays », a pour sa part indiqué le chef du gouvernement Hamadi Jebali, réaffirmant, à ce propos, la volonté de la Tunisie de consolider son partenariat avec l’UE sur la base du respect mutuel, au service des intérêts communs. Lors du point de presse, M. Jebali a déclaré avoir eu un « entretien fructueux et sincère » avec le président de la commission européenne sur les perspectives de la coopération entre la Tunisie nouvelle et son partenaire stratégique l’Union Européenne, notamment dans le cadre du partenariat privilégié.

Il a, par ailleurs, mis l’accent sur l’impérieuse nécessité d’intensifier les aides financières apportées à la Tunisie, durant la période à venir, pour soutenir l’expérience démocratique menée par le pays. M. Jebali a, à cette occasion, appelé les pays européens à contribuer aux efforts visant à recouvrer les avoirs spoliés à la Tunisie et à suivre l’exemple allemand en convertissant les dettes tunisiennes en projets de développement dans les régions déshéritées.

Deux conventions de financement d’une valeur de 37 millions d’euros (environ 74 millions de dinars) ont été signées entre la Tunisie et l’Union Européenne à l’issue de l’entretien qui avait eu lieu entre le chef du gouvernement provisoire Hamadi Jebali et le président de la commission européenne José Manuel Barroso. Signées conjointement par le ministre de l’investissement et de la coopération internationale Ryadh Bettaieb, et le commissaire européen à l’élargissement et à la politique de voisinage Stefan Füle, la première convention prévoit le financement européen du programme d’appui à la réforme de la justice à hauteur de 25 millions d’euros, alors que la deuxième porte sur l’appui aux services de santé dans les régions défavorisées, à raison de 12 millions d’euros.
WMC/TAP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *