Tunisie : l’appel aux touristes français du Président

Interrogé sur TF1 jeudi soir, Béji Caïd Essebsi a affirmé que les voyageurs français pouvaient toujours aller dans son pays « en toute sécurité ». Le tourisme, qui représente environ 7% de l’économie, est un secteur vital pour la Tunisie.

« Ils peuvent venir en toute sécurité. Nous avons pris les mesures pour ». Conscient de l’impact que pourrait avoir l’attentat de Tunis sur le tourisme tunisien, Béji Caïd Essebsi, le président tunisien, est monté lui-même au créneau jeudi soir sur TF1.

En attaquant le musée du Bardo, un lieu très fréquenté par les étrangers, en plein cœur de Tunis, les terroristes avaient un double objectif : frapper la république tunisienne bien sûr, mais aussi, et surtout, le secteur touristique. Et c’est peu dire qu’il s’agit d’un des piliers de l’économie tunisienne. Il représente en effet environ 7% du PIB et génère 400.000 emplois, soit 10% de la population active.

950.000 touristes français l’année dernière

Avec son patrimoine historique à Tunis et Carthage, ses plages, notamment à Djerba, et son désert, la Tunisie attirait 7 millions de personnes en 2010. Le « Printemps arabe », parti de Tunisie, a fait chuter ce chiffre d’environ 50% avant une belle remontée que les professionnels espéraient confirmer dans les mois qui viennent.

Histoire commune oblige, les Français représentent la principale clientèle étrangère. D’où la crainte de les voir une nouvelle fois se reporter sur d’autres destinations comme après le renversement  de Zine El Abedine Ben Ali. De 1,4 million à l’époque, ils n’étaient plus que 950.000 l’an passé. Un chiffre qui retrouvait, lui aussi, une courbe ascendante. Pour qu’il ne retombe pas brutalement, il faut donc rassurer. D’où la déclaration de Béji Caïd Essebsi.

« Message de solidarité » 

u-delà de l’aspect sécuritaire, le président tunisien a aussi joué sur la fibre du soutien entre les deux peuples. « Lorsqu’ils viendront, c’est un message de solidarité que les touristes français enverront aux Tunisiens », a-t-il souligné. Il a ajouté qu’il s’agirait aussi d’un message lancé aux terroristes leur disant ceci :  « Même si la Tunisie a été frappée, nous n’avons pas peur, nous allons continuer ».

Un message relayé par François Hollande vendredi. Lors de sa conférence de presse au sommet européen de Bruxelles, le chef de l’Etat a rappelé que la Tunisie est « un pays qui a besoin plus que jamais de sécurité et de solidarité ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *