Tunis s’oppose à une nouvelle intervention occidentale en Libye

  • La Tunisie est opposée à toute intervention militaire chez son voisin libyen après l’appel en ce sens de l’Égypte.

« Nous sommes toujours opposés à une intervention militaire, la seule solution est une solution politique », a dit mercredi le premier ministre, Habib Essid, dont le pays craint d’être déstabilisé par le chaos en Libye. « La principale raison de la situation que nous voyons aujourd’hui a été une intervention militaire, c’est pourquoi notre position est claire », a-t-il souligné. Tunis s’oppose ainsi à la décision du Caire de demander au Conseil de sécurité de l’ONU une résolution pour une nouvelle intervention militaire d’une coalition internationale, la première s’étant révélée catastrophique.

La Tunisie, frontalière de la Libye, craint d’être déstabilisée par les combats entre milices rivales qui ont plongé son voisin dans le chaos, et milite pour un dialogue national entre les différentes factions libyennes. Outre la peur de voir des groupes djihadistes passer la frontière, les autorités craignent un afflux de réfugiés massif, comme lors du conflit de 2011. Le sud tunisien vit pour une large part du commerce et de la contrebande, en particulier de carburant, avec la Libye.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *