Maroc : future base industrielle stratégique de PSA

Le constructeur automobile français vient d’annoncer l’implantation prochaine de sa première usine au Maroc. Installé au nord-est de Rabat, le site assemblera 90 000 véhicules dès 2019, et atteindra une production de 200 000 unités à l’horizon 2023. L’usine servira les marchés marocain, d’Afrique du Nord (Tunisie, Egypte) et du Moyen-Orient. Cette zone constitue le troisième débouché du constructeur français derrière l’Europe et la Chine. Le groupe compte y vendre 200 000 voitures en 2015, et vise 1 million en 2025. Cette base industrielle sera très compétitive : outre les exonérations fiscales de la zone franche, l’usine s’appuiera sur une main-d’œuvre locale bon marché et bien formée. La production sur place des moteurs et le recours aux fournisseurs locaux doivent permettre de limiter au maximum les importations.


Capgemini compte doubler ses effectifs au Maroc d’ici deux ans

L’Inde n’est pas la seule priorité de la SSII en matière d’offshore. Présente depuis 2007 au Maroc, Capgemini vient d’inaugurer un nouveau siège social dans le parc technologique de Casanearshore, zone franche destinées aux spécialistes de l’offshore informatique. Passée de 110 collaborateurs en 2008 à 260 aujourd’hui, la première SSII française compte doubler ses effectifs d’ici deux ans. Preuve que la demande des grands comptes français est bien réelle. Elle prévoit de recruter d’ici la fin 2010 une centaine de salariés dont 70 % pour son activité intégration de système et 30 % dans la gestion d’infrastructure, une offre que Capgemini va lancer prochainement. La moitié des recrues seront des jeunes diplômés, l’autre moitié des profils plus expérimentés. Une partie des seniors recrutés est constituée de Marocains ayant suivi leur carrière à l’étranger et qui choisissent de rentrer au pays, précise-t-on au sein de la SSII.