Menace terroriste: 11 avions de ligne ont disparu du tarmac de l’aéroport de Tripoli !

En Libye, des milices islamiques se sont emparées d’une douzaine d’avions de ligne le mois dernier, et les services secrets de pays occidentaux ont mis en garde contre une possible utilisation de ces avions dans des attentats en Afrique du Nord. Ces attaques suicides pourraient coïncider avec le 13ème anniversaire des attaques du 11/9/2001 contre New York et Washington, et le second anniversaire de l’attaque de l’ambassade américaine à Benghazi, au cours de laquelle 4 Américains avaient été tués, y compris l’ambassadeur américain Christopher Stevens.

Les avions auraient été dérobés à la fin août, lorsque la coalition de milices islamistes Fajr Libya (‘Aube de la Libye’) a pris le contrôle de l’aéroport de Tripoli, situé à environ 30 km au sud de la capitale Tripoli.

Au même moment, la chaîne de télévision Al Jazeera avait fait état de rapports des services secrets occidentaux évoquant une menace terroriste à la suite du vol de 11 aéronefs commerciaux. En conséquence, la Tunisie et l’Egypte, inquiètes que ces appareils puissent être utilisés dans des missions suicide, ont toutes deux interdit les vols en provenance d’aéroports libyens, et les armées de certains pays d’Afrique du Nord (Maroc, Tunisie, Algérie, Egypte) ont été placées en état d’alerte.

La « Brigade des Masqués »

Abderrahmane Mekkaoui, un expert militaire marocain, a expliqué à la chaîne de télévision Al Jazeera que l’alerte concernant les avions de ligne volés était préventive et qu’elle couvrait la zone s’étendant de la capitale égyptienne du Caire à la métropole de Lagos, au Nigeria. Il a affirmé que c’était le groupe d’Al Moulathamoune, la « Brigade des Masqués », une organisation libyenne qui a été qualifiée de terroriste par le Département d’Etat américain en décembre de l’année dernière, qui s’était emparée des appareils. Il a également dit que des rapports d’intelligence « crédibles » remis aux différents gouvernements des pays de la région indiquaient que cette organisation envisageait de les utiliser pour lancer des attaques sur l’un des pays du Maghreb à l’occasion de l’anniversaire du 11/9.

D’après Sebastian Gorka, un expert du contre-terrorisme, si ce vol est confirmé, les avions de ligne pourraient être utilisés de deux manières : soit comme des missiles, comme cela a été fait lors des attentats du 11/9, ou bien comme un moyen de transport trompeusement anodin pour permettre à un grand nombre de terroristes d’atterrir sur une destination choisie sans éveiller l’attention des forces de sécurité locales.

 

 

Terror in the Maghreb

—   —   — °Oussama Romdhani

Terrorist events in the Maghreb, including recent events Tunisia, are adding yet another challenge to transitional processes underway in parts of the region.

In Tunisia, the army is still in pursuit of al-Qaeda terrorists in the Kasserine and Le Kef regions, near the country’s western border. Homemade explosive devices planted by terrorists have caused the injury of 16 soldiers and guardsmen.

In Algeria, authorities continue their long war against terrorists. Just a few days ago, the army killed seven al-Qaeda elements, about 100 kilometers east of Algiers.

Earlier this week, Moroccan authorities announced the dismantling of two terrorist cells in the province of Nador. Terrorists had intended to establish a base in the mountains from where to launch their “Jihadist” activities.

In Libya, police station bombings, assassinations and other acts of violence continue unabated. After the lethal attack on the U.S. diplomatic mission in Benghazi, in September, the French embassy in Tripoli was bombed, last month, bringing international attention once more to the endemic problem of terrorism in the country.

A trans-border problem

Many of recent terrorist events have demonstrated clearly the continuing trans-border nature of the phenomenon. A lot has been said about the impact of the outflow of weapons and fighters from Libya on the de-stabilization of Mali, after the fall of Gadhafi. The real problem was (and is) with what Joshua Hammer calls “the combustible mix” in the Sahel region: Narco-trafficking, all kinds of smuggling and “jihadists bent on creating a Caliphate across the desert”.

It remains to be seen whether, today, democratic transitions and greater Maghrebi coordination could be a major game-changer in the necessary fight against terrorism.

There is still no consensus whether the In Eminas attack, south of Algeria, was a direct blowback from French military campaign in Mali. It remains, however, that the French-led intervention has squeezed the Jihadist elements operating in Mali, forcing them to move up north. It was only a matter of time before they crossed the desert into the Maghreb. And they did. After the bombing of the French embassy in Tripoli, Western diplomats warned that jihadist groups had “crossed the Sahara through Algeria and Niger to Libya.”

Despite Libya’s efforts at controlling its borders, traffickers and jihadists continue to trickle in through the desert, looking for a safe harbor. « If you squeeze a balloon in one part, it bulges out in another, » said Bill Lawrence, the Brussels-based International Crisis Group. « There’s no question that the French actions in Mali had the effect of squeezing that balloon towards Algeria and Libya. »

It now seems the “squeezing” led some of the jihadists to move not only to southern Algeria and the Libyan desert but also to western Tunisia. Tunisian authorities there confirmed that some of the terrorists who were busy booby-trapping the rough terrain of Mount Chambi, in the Kasserine province, had made their way from Mali. There were even news reports that a Malian fighter was caught in the area by Tunisian security forces.

Weapons and ammunition continue to trickle out of Libya. A Libyan smuggler was caught last Thursday carrying explosives into southern Tunisia.

Tunisian radicalism expert Alaya Allani believes al-Qaeda have been trying to establish a “Jihadist triangle” including Tunisia, Algeria and Libya. Vigilance by the three countries is said to have thwarted its plans. There has been greater regional counter-terrorism coordination in recent weeks, including talks held at the end of April, in Rabat, between the ministers of the interior of the five Arab Maghreb Union member-states; and recent discussions between Algeria and Egypt about counter-terrorism.

Terrorism in time of transition

Some of the events since the 2011 revolutions seem to vindicate Joseph D. Eyerman’s theory that new “non-consolidated democracies” are more likely to experience terrorism.

Proponents of this theory argue that “political systems in transition” are more vulnerable to terrorism, because of the fraying of the old security systems and the difficulties inherent in adjusting the previous security tactics and doctrines to the post-revolutionary requirements of citizens’ rights, including in particular the rights to physical integrity and protection from indiscriminate and arbitrary arrest.

The political debate over terrorism, in Tunisia’s transitional democracy, has added to the political pressures, often reflecting the continued inability to build bridges of dialogue and trust in post-revolutionary society.

Tunisian columnist Khaled Haddad writes: “What is happening in Mount Chambi is the result of a polarized climate which has subjected the security and military institutions as well as the political elite to conflicting pressures. It has also allowed terrorists to establish their havens and take advantage of our preoccupation with our political wars, mutual demonization and hatred of others.”

“Political wars” may constitute a distraction for transitional states from such a crucial battle as the one against terrorism. Contrary to what some pessimistic commentators seem to infer, there is no comparison possible between the plight of transitional states and that of the “failed states” of Mali, Somalia and parts of the Sahel. There, as pointed out by American political scientist James A. Piazza , the “failure to deliver essential political goods — security, education, economic stability, etc. — damages the legitimacy of the state and erodes the civil bases on which mainstream political behavior can thrive, propelling individuals into terrorism.” Despite all the socio-economic difficulties and security challenges they face, countries of the “central Maghreb” are not now, nor are they likely to become, “failed states”. For all its chronic security problems, Libya has the human and natural resources to achieve economic recovery and to build the state institutions that have been missing there for the last four decades. All countries of North Africa have to beware the fallouts from “state failure” in their vicinity.

A new role for security institutions

In reforming their security sector, post-revolutionary systems in the region will have to assume, however, that democracy is no panacea in the fight against terrorism. There is in fact reason to believe that fully-established democracies are more exposed to terrorism than despotic regimes. Statistical research tends to prove that terrorism plagues democracies more than authoritarian regimes. Still, even in the worst states of panic, citizens of any democracy will prefer their freedoms to the supposedly safer environments of non-democracies.

F. Gregory Gause III criticism of the Bush doctrine (according to which democracy is the best way to defeat terrorism) is a classic. “Terrorism appears to stem from factors much more specific than regime type,” he said. “al-Qaeda and like-minded groups are not fighting for democracy in the Muslim world; they are fighting to impose their vision of an Islamic state”.

The reasons for the radicalization of Muslim youth are complex. Excessive uses of military might by the West and Israel has been instrumental in further radicalizing those who were on edge. But the radicalization processes are mostly tied to inadequate social, economic cultural, political and religious policies by governments at home. Indiscriminate repression, in the past, could not make up for lack of vision in understanding the roots of the problem. Today’s electorally-legitimate regimes have greater credibility when they separate excessive (but legitimate) expression of views from unacceptable forms of extremist and violent behavior.

Discussing terrorism in freer political and media environments is bound to be more confusing than discussing the same issue in the controlled environments of previous authoritarian systems. Counter- terrorism used to be the sole prerogative of the Sovereign. The problem of terrorism was usually downplayed, very often denied. Citizens did not therefore have much of an opportunity to acquire a national security culture. In the new political and media climates, lack of experience with terrorism issues can lead to inaccuracies, hasty judgments and plain exaggerations.

But new media coverage brought home for the first time the blood and gore of fighting terrorism. Pictures of severely injured national guardsmen and army soldiers triggered a wave of sympathy for the brave young officers in the line of duty. The public mood reflected general support to the role which the security apparatus is called upon to play defending the country and its emerging democracy, against the threat of terrorism. The tragic scenes of security officers on stretchers drove the point, that security in a democratic society is not the enemy of freedom but its’ welcome guardian.

Whipped-up fear of terrorism, in transitional post Arab-Spring societies, can create a yearning for the mythical “strongman” (who summarily “rids society of the terrorists”). It is important, however, to recognize that even in the “good old authoritarian” days, there was terrorism. Serious terrorism. Strict security could not prevent an Al Qaeda terrorist, on April 11, 2002, from carrying out a suicide attack against the Jewish Synagogue of La Ghriba, on the island of Jerba, south of Tunisia. 19 people died and 30 were injured. It could not prevent more than 30 armed jihadists from clashing with the authorities, 25 miles south of the capital city Tunis, between December 2006 and January 2007. A total of 14 terrorists and 2 security officers died in the clashes. Restrictive policies, then, could only control the news coverage and limit the open discussion of the events. It could not prevent terrorism from occurring. Worse still, lack of transparency led to irreversible loss of credibility by the state and deterioration of tourist and investor confidence.

Terrorists, in the turn of the century, seemed to better understand the benefits of globalization and regional trans-border movement than the authoritarian governments in place. It remains to be seen whether, today, democratic transitions and greater Maghrebi coordination could be a major game-changer in the necessary fight against terrorism.

______
°Oussama Romdhani is a former Tunisian minister of Communication, previously in charge of his country’s international image. He served as a Tunisian diplomat to the United States, from 1981 to 1995. He was also a Washington DC press correspondent and Fulbright Research Scholar at Georgetown University. Romdhani is currently an international media analyst.

Le Maghreb déterminé à s’unir face à la déstabilisation de la zone sahélienne

La situation au Sahel, et plus particulièrement au Mali, inquiète plus que jamais les pays de la région. Alger accueille, ce lundi 9 juillet, une conférence des ministres des Affaires étrangères de l’Union du Maghreb arabe (UMA). Cette institution, qui regroupe l’Algérie, le Maroc, la Mauritanie, la Libye et la Tunisie, fonctionne au ralenti depuis longtemps, à cause des mauvaises relations entre le Maroc et l’Algérie. Mais nécessité fait loi : face à la situation régionale, depuis plusieurs mois, les pays de la zone cherchent à la relancer.

 

Les cinq pays de l’organisation maghrébine semblent avoir trouvé, pour la première fois depuis longtemps, une raison de s’asseoir autour de la même table, et ainsi relancer l’UMA : la sécurité.

La conférence des ministres des Affaires étrangères des pays concernés, qui s’ouvre ce lundi à Alger, aura pour sujet la mise en place d’une coopération face à l’insécurité qui s’accroît dans la région et à ses frontières.

La crise au nord du Mali, la menace terroriste au Sahel, les tensions en Libye : les inquiétudes ne manquent pas. Surtout pour l’Algérie, qui se trouve au cœur de ce Maghreb. Au point qu’il choisit de se réconcilier avec son frère ennemi marocain.

Les deux pays se sont visiblement rapprochés depuis le printemps arabe. Des responsables des deux côtés se sont rencontrés à plusieurs reprises. A l’unisson, les deux voisins ont appelé à une relance de l’UMA.

Cette conférence fait suite à plusieurs précédentes rencontres entre les dirigeants de l’organisation depuis 2011. Signe, en tout cas, de l’état d’esprit algérien : le journal gouvernemental El Moujahid rappelle, dans son éditorial de lundi, « l’urgence d’une stratégie maghrébine ».

La coopération et la sécurité frontalière au centre des entretiens algéro-libyens

La coopération bilatérale et les questions de sécurité frontalière ont été, dimanche à Alger, au centre des entretiens entre le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci et Salem Messaoud Kenane, membre du Conseil national de Transition (CNT) libyen.

Les entretiens ont eu lieu, à l’occasion de la visite officielle en Algérie du président du CNT, Mustapha Abdeldjallil, en présence des ministres du Commerce, Mustapha Benbada, de l’Industrie, de la petite et moyenne entreprise et de la promotion de l’investissement, Mohamed Benmeradi, du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, du côté algérien, et des membres du CNT, du côté libyen.

Dans une brève allocution, M. Medelci a relevé l’existence d’une « forte volonté politique » et d’une « vision claire » chez les deux parties pour développer la coopération bilatérale, indiquant que la visite de M. Abdeldjallil en Algérie permettra « d’ouvrir de nouveaux horizons » à cette coopération dans différents domaines.

Pour sa part, M. Kenane a rappelé les relations profondes qui lient l’Algérie et la Libye. Ces relations « historiques et séculaires », a-t-il dit, « ne cessent de se renforcer au fil du temps ». « Nous voulons construire de nouvelles relations avec l’Algérie et pour cela nous œuvrons à la relance d’une coopération bilatérale constructive et fructueuse », a indiqué M. Kenane.

La Libye « apprécie et comprend les positions humanitaires de l’Algérie qui a accueilli des membres de la famille El Gueddafi », a précisé M. Kenane. « Cependant, nous sommes prêts à aider nos frères algériens en cas de comportement ou d’agissement de la part de ces personnes, pouvant porter atteinte aux intérêts et à la sécurité de la Libye », a-t-il ajouté.

Le responsable libyen a réitéré l’engagement de son pays à œuvrer à l’édification de l’Union du Maghreb arabe (UMA) dans le cadre de « la coopération et de l’entente » entre les pays de la région.


Quatre pays de l’UMA favorables à un Plan de sécurité aux frontières 


Les ministres de l’Intérieur et de la Défense d’Algérie, du Tchad, de Mauritanie, du Maroc, de Tunisie, de Libye, d’Égypte, du Niger, du Mali, et du Soudan, ainsi que des représentants de la Ligue arabe, de l’Union européenne, de l’Union africaine et de l’ONU ont pris dernièrement aux premier sommet africain sur la sécurité aux frontières qui a débouché, lundi 12 mars 2012 à Tripoli, sur un plan de sécurité.
Selon le portail econostrum.info, cet accord prévoit le renforcement des patrouilles conjointes aux frontières pour lutter contre les trafics d’armes et le crime transfrontalier. Pour ce faire, il est question “de mieux former les patrouilles et innover sur le plan technologique et législatif pour améliorer le contrôle aux frontières“.

A l’issue de ce sommet, le Premier ministre libyen par intérim, Abdurrahim El Keib, a dévoilé l’adoption par les participants du “plan d’action de Tripoli sur la coopération régionale et le contrôle des frontières ».

Et sur le plan bilatéral, toujours selon notre source, l’Algérie souhaiterait la mise en place d’un comité frontalier bilatéral avec la Libye en vue d’assurer la sécurité et la surveillance de leurs frontières communes.


Algérie/UMA: hausse des échanges commerciaux, à l’exception de la Libye

Les échanges commerciaux de l’Algérie avec les autres pays de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) ont connu une forte hausse de plus de 18% en 2011, totalisant 2,16 milliards de dollars, selon les Douanes, qui relèvent toutefois une forte baisse des échanges avec la Libye, en raison des évènements qu’a connus ce pays.

Malgré leur « faible proportion » par rapport aux échanges extérieurs du pays avec les autres zones géographiques, avec un taux de 3,5%, les échanges commerciaux de l’Algérie avec les autres pays de l’UMA (Tunisie, Maroc, Mauritanie, Libye) ont connu une amélioration de 18,14% en 2011, passant de 1,82 milliard usd de dollars en 2010 à 2,16 milliards usd, selon les chiffres du Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes algériennes.

Toutefois, les échanges commerciaux de l’Algérie avec la Libye ont connu une forte baisse en 2011 à cause des évènements qu’a connus ce pays, alors que ceux de la Tunisie sont restés quasi stables.

Les échanges avec la Libye dont le volume était de 19,2 millions de dollars en 2011 contre plus de 56,3 millions de dollars en 2010, ont baissé de 193%, selon le Cnis, qui constate une chute de 228,3% pour les importations de l’Algérie et 169,46% pour ses exportations.

Contrairement à la Libye, les événements de la Tunisie n’ont pas beaucoup influencé sur les échanges avec l’Algérie, puisque les exportations de l’Algérie vers la Tunisie étaient pratiquement stables avec 531,1 millions usd en 2011, 536,3 millions usd en 2010, en baisse de moins 1%.

Quant aux importations algériennes de la Tunisie, elles ont augmenté de 10,78% passant de 382,7 millions usd à 428,9 millions usd en 2011.

Par pays, le Maroc reste le premier client de l’Algérie durant l’année écoulée, avec une valeur de plus de 936 millions usd contre 713,3 millions usd en 2010 (+23,8%), suivi par la Tunisie (531,1 millions), la Libye (11,41 millions) et la Mauritanie avec seulement près de 661.000 dollars.

Quant à l’importation, le principal fournisseur maghrébin de l’Algérie est la Tunisie avec 428,9 millions usd contre 382,7 millions usd (+10,8%), suivie par le Maroc (240,3 millions), la Libye (7,81 millions) et la Mauritanie avec moins de 241.000 dollars.

La balance commerciale de l’Algérie avec les pays du Maghreb a enregistré un excédent de 802 millions de dollars en 2011, en hausse de 8,82% par rapport à 2010, précise les chiffres provisoires du CNIS.

L’Algérie a exporté vers les pays de l’UMA pour un montant de 1,48 milliard usd contre 1,28 milliard usd en 2010, en hausse de 15,46% et en a importé pour une valeur de 677 millions usd contre 544 millions (+24,5%), selon la même source.

L’excédent le plus important a été enregistré en 2011 avec le Maroc (695,8 millions usd), suivi par la Tunisie (102,1 millions), la Libye (3,6 millions) et la Mauritanie (420.000 dollars).

Les produits exportés vers les pays de l’UMA en 2011 sont constitués essentiellement des hydrocarbures (butane liquéfié, gaz naturel à l’état brut, huiles de pétrole, ammoniaque, zinc… etc), des produits alimentaires (huiles de tournesol, sucres, dattes, eaux, boissons, fromages, oignons), des médicaments et des produits laminés plats en fer et en acier …etc.

Quant aux importations de l’Algérie des pays du Maghreb, elles sont constituées notamment de matériaux de construction (ciments, constructions et parties de constructions, briques et matériel d’échafaudage, de coffrage), de produits alimentaires (huile de soja brute, sucreries, graisses et huiles végétales) et de papiers.

L’Algérie importe aussi des produits sidérurgiques (fonte, fer et acier) et des parties et accessoires de compteurs (gaz, liquide et électricité), ainsi que les remorques citernes et semi-remorques pour le transport de marchandises.

Durant les cinq dernières années, la balance commerciale de l’Algérie avec les pays de l’UMA a connu une évolution constante à l’exception de 2009, année durant laquelle, elle a chuté de plus de 69%, après avoir connu une « très forte » hausse de 161% en 2008 à 1,24 milliard usd.

L’importante baisse de la balance commerciale de l’Algérie avec les pays de l’UMA enregistrée en 2009 est due principalement à un recul des importations algériennes suite aux mesures d’encadrement du commerce extérieur prises à l’époque par les pouvoirs publics.

Ces mesures mises en œuvre à travers la loi de finances complémentaire (LFC) 2009 consistaient en l’institutionnalisation du crédit documentaire (Credoc) et la généralisation de l’utilisation de la carte magnétique du Numéro d’identification fiscale (NIF) pour les importateurs.

Ces mesures, rappelle-t-on, ont permis à l’Algérie de juguler l’emballement de la facture de ses importations qui avaient légèrement chuté pour atteindre 39,1 milliards de dollars en 2009, contre 39,48 milliards de dollars en 2008.


Tunisie: Moncef Marzouki souhaite jouer un rôle majeur dans le monde arabe

En offrant d’accorder l’asile à son homologue syrien Bachar el-Assad, le président tunisien Moncef Marzouki confirme sa volonté de prendre pied sur la scène politique dans le monde arabe. Si certains Tunisiens sont séduits, d’autres souhaiteraient voir le chef de l’État plus à l’oeuvre dans la reconstruction du pays.

Moins de deux mois après son investiture, le président tunisien Moncef Marzouki s’est lancé d’abord dans une tournée au Maghreb de plusieurs jours. Son objectif : relancer l’Union du Maghreb arabe en panne depuis 1994 en contournant le problème. « L’année 2012 sera celle de l’UMA », avait-il assuré le 13 février à Alger où il avait aussi réitéré l’annonce de la tenue d’un sommet des chefs d’Etat du Maghreb dans le courant de l’année, en Tunisie si possible. Tels sont les voeux de Moncef Marzouki.

C’est aussi en Tunisie qu’il a convié vendredi dernier les pays amis de la Syrie. Pourtant l’idée d’une conférence avait été évoquée d’abord par la France, puis par la Turquie mais la Tunisie, membre de la Ligue arabe, premier pays à s’être soulevé contre la dictature, a su manifestement trouver les arguments pour accueillir la première réunion.

En proposant une immunité judiciaire à Bachar el-Assad, puis maintenant l’asile, le chef de l’Etat tunisien milite pour une solution politique, mais aussi pour une certaine solidarité arabe. Moncef Marzouki cherche clairement à être un homme qui compte à l’international mais son hyperactivité diplomatique ne laisse pas les Tunisiens indifférents.

Certains le surnomment déjà « l’increvable président » ou l »hyper président » comme Sarkozy. D’autres rappellent notamment sur les réseaux sociaux sur internet, qu’il n’a que des prérogatives limitées et qu’il a surtout une grave crise économique à gérer dans son pays.

Clinton: les peuples du Maghreb « méritent de pouvoir décider pour eux-mêmes »…

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a déclaré à Alger que les peuples du Maghreb « méritent de pouvoir décider pour eux-mêmes ».

« Je viens de Tunisie et demain je serai au Maroc, mon message est le même: les peuples du Maghreb (…) ont besoin et méritent de pouvoir décider pour eux-mêmes », a-t-elle déclaré lors d’une rencontre avec la société civile algérienne à l’ambassade des Etats-Unis, première étape de sa visite de quelques heures à Alger.

« Nous sommes au 21e siècle et je conçois la société comme un tabouret à trois pieds ou trois piliers », a-t-elle déclaré lors d’une table ronde organisée avec ces organisations civiles et des diplômés algériens. « L’un (des pilliers) doit être gouvernement responsable, efficace qui rend des comptes à son peuple. Un autre doit être le secteur privé vibrant, dynamique, ouvert sur le monde pour créer des emplois et des opportunités économiques pour son peuple et le troisième est la société civile -des gens comme vous qui oeuvrent pour améliorer les vies de vos compatriotes », a souligné Mme Clinton, indiquant qu’elle venait en Algérie pour rencontrer ces trois piliers.

« Pour les 50 prochaines années, l’Algérie a besoin d’assumer sa juste place en tant que nation parmi les nations où la prospérité, la paix et la sécurité existent pour la population », a-t-elle ajouté.

Moncef Marzouki au Maroc: 
relancer l’UMA

    • Le président tunisien, Moncef Marzouki a choisi le Maroc pour la première étape de sa tournée dans les pays de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), en vue de donner un souffle nouveau à cette organisation sous-régionale en perte de vitesse depuis 1994. Et pour cause, le problème du Sahara qui a abouti à la fermeture des frontières entre le Maroc et l’Algérie.
    • L’objectif final de ce périple diplomatique de Moncef Marzouki, qui le mènera également en Algérie et en Mauritanie, c’est ni plus ni moins de parvenir à réunir les chefs d’Etats de ces différents pays lors d’un sommet que la Tunisie est prête à accueillir.
    • Comment aplanir les obstacles entre le Maroc et l’Algérie? Telle est la grosse question que se pose Marzouki. Mais pour le nouveau président tunisien, le “rêve” d’un espace maghrébin ouvert est permis.
    • Le printemps arabe n’est-il pas une aubaine pour redynamiser l’UMA? Pour Mohamed Tozy, ce n’est qu’un “facteur favorable”. L’opportunité à saisir, selon le politologue, c’est la crise économique qui frappe l’Europe. “Le printemps arabe est un facteur favorable pour relancer l’UMA, mais je pense que le facteur le plus important, c’est la situation de crise économique que vit l’Europe. Elle peut inciter les pays du Maghreb à s’ouvrir davantage, dans la mesure où les marchés européens vont être en récession et n’offriront plus de débouchés comme avant pour des pays comme le Maroc et la Tunisie”.
    • Autre problème et pas des moindres, qui perturbe la coopération entre les États de l’Union du Maghreb Arabe, l’insécurité née du conflit armé en Libye et la présence d’Al Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) dans la région.
    • Selon Mohamed Darif, politologue et spécialiste des mouvements islamistes, “la stratégie d’Aqmi consiste clairement à déstabiliser toute la région du Maghreb et du Sahel. Et cette volonté d’Aqmi d’élargir son champ d’action apparaît même dans sa nouvelle appellation d’Al Qaïda au Maghreb islamique (le GSPC algérien -Groupe salafiste pour la prédication et le combat- s’est en effet rebaptisé ainsi en 2007, ndlr)”.
    • Face à cette menace qui pèse sur l’UMA, l’ex-ministre des Affaires étrangères Taieb Fassi Fihri avait rappelé en septembre dernier, lors du symposium des Nations-Unies sur la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme, qu’il fallait faire preuve de pragmatisme.
    • La visite du président tunisien Moncef Marzouki va également dans ce sens, et son objectif ultime reste la relance d’une Union du Maghreb Arabe en vue “de permettre la mise en route d’une politique sécuritaire commune entre les pays qui la composent”.
    • Le problème du Sahara et la mise sur pied d’une politique sécuritaire commune demeurent les obstacles pour redynamiser l’UMA et mener à une ouverture des différents pays de la région.
    • Même si Mohamed Tozy pointe du doigt l’Algérie où le “régime est moins disposé à l’ouverture”, il indique la voie à suivre: “c’est ouvrir les frontières d’abord, et ensuite et surtout dépasser la méfiance réciproque, parce qu’il s’agit plus d’une question de confiance entre pays”.