Libye/Guerre : Bombardement nocturne de la capitale libyenne

Une série de puissantes explosions a retenti dans la nuit de vendredi à samedi dans le centre de Tripoli, a constaté une journaliste de Reuters. Quatre détonations ont ébranlé l’hôtel où est installée la presse internationale et deux autres ont retenti quelques instants plus tard. Ces explosions semblent dues à des bombardements de l’Otan, qui seraient les plus violents depuis des semaines sur la capitale libyenne.
On ignore quelles étaient les cibles éventuelles et si ces explosions ont fait des victimes.
Placée sous le commandement de l’Otan, une coalition internationale, dont la France est partie prenante, mène depuis mars une campagne de bombardements aériens en Libye pour soutenir les insurgés ayant pris les armes contre Mouammar Kadhafi.

Libye/guerre : Tripoli annonce 48 morts dans des frappes aériennes

La télévision libyenne a annoncé ce matin que les raids aériens menés par la coalition internationale en Libye avait fait 48 morts et 150 blessés « dans des zones civiles ».

Un communiqué des forces armées libyennes lu à la télévision précise que Tripoli ainsi que les villes de Syrte, Benghazi, Misrata et Zouara ont été touchées.

La France, puis la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, ainsi que le Canada et l’Italie, ont commencé samedi à pilonner des objectifs militaires libyens dans le cadre de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’Onu, qui autorise « toutes les mesures nécessaires » pour protéger les civils.

Moummar Kadhafi a déclaré dimanche mation après les bombardements alliés qu’il était inévitable que la coalition gouvernementale allait être défaite.

« Tout le peuple libyen porte des armes », a-t-il prévenu. Il prédit « une longue guerre ».

« Nous ne vous laisserons pas exploiter notre pétrole », a-t-il déclaré à l’adresse des Occidentaux.

 

Libye : L’UE envisage une évacuation

L’Union européenne envisage d’évacuer ses citoyens de Libye et en particulier de la ville de Benghazi, bastion des opposants à 1000 km à l’est de Tripoli, a indiqué aujourd’hui la ministre espagnole des Affaires étrangères, Trinidad Jimenez.

« Nous sommes extrêmement préoccupés, nous coordonnons l’évacuation éventuelle des citoyens de l’Union européenne de Libye, en particulier de Benghazi », a-t-elle déclaré à la presse en marge d’une réunion avec ses homologues européens à Bruxelles.

Les violences lors des manifestations en Libye contre le pouvoir de Mouammar Kadhafi ont fait au moins 233 morts depuis le début du mouvement de protestation, dont 60 pour la seule journée d’hier à Benghazi, selon un nouveau bilan publié aujourd’hui par l’ONG Human Rights Watch.

A l’inverse, le ministre français des Affaires européennes, Laurent Wauquiez, a déclaré aujourd’hui que « pour l’instant, il n’y avait pas de menaces directes » nécessitant le rapatriement des 750 Français vivant en Libye. « Notre vraie préoccupation, c’est d’assurer la sécurité des Français en Libye », a-t-il assuré, précisant qu’il y avait actuellement 750 Français « dispersés » sur le territoire libyen.

Libye : Le Darfour au centre des entretiens des présidents el-Béchir et Kadhafi

Malgré le mandat d’arrêt lancé contre lui par la Cour pénale internationale, le président soudanais Omar el-Béchir poursuit sa visite en Libye entamée depuis mercredi 4 août 2010. Lors de ses entretiens avec son homologue libyen Mouammar Kadhafi, il a notamment été question de la situation au Darfour, alors que le chef du principal mouvement rebelle darfouri, le MJE, est actuellement exilé à Tripoli.

A peine arrivé à l’aéroport militaire de Mitiga, près de Tripoli, le président soudanais s’est tout de suite rendu à Bab l’Azizia, la résidence de Mouammar Kadhafi pour un premier entretien avec le guide libyen. Selon l’agence libyenne Jana, les deux hommes ont parlé du Darfour et des moyens de ramener la paix dans la région.

Or Khalil Ibrahim, le leader du groupe rebelle darfouri MJE vit actuellement en exil à Tripoli. Et Mouammar Kadhafi, qui tente de jouer les médiateurs, aimerait bien voir Omar el-Béchir et Khalil Ibrahim se rapprocher à l’occasion de cette visite d’Etat.

Mais pour Ahmed Hussein, porte-parole du MJE, il n’en est pas question :

« Nous n’avons pas l’intention de partager quoique ce soit avec Omar el-Béchir. Nous n’avons pas l’intention de le rencontrer, lui ou un de ses représentants, car nous n’avons rien à lui dire. Entre nous maintenant c’est la guerre. Il fait couler le sang des déplacés. Pour nous, Khartoum n’a aucune volonté de négocier. Pour l’instant l’atmosphère n’est pas propice à une rencontre ».

Mouammar Kadhafi et Omar el-Béchir doivent évoquer leurs relations bilatérales, récemment refroidies par le cas Khalil Ibrahim. La Libye avait accueilli le chef rebelle suite à son expulsion du Tchad à la mi-mai. Le Soudan avait alors demandé son extradition et fait appel à Interpol, avant de fermer son poste-frontière avec la Libye, le 1er juillet dernier. Mesure officiellement prise à cause du banditisme et du trafic dans la région.


Libye : Consolidation des relations d’affaires avec les Emirats Arabes Unis

Libya and UAE has just inked a double taxation agreement with a view to facilitating trade business partnerships between both countries. According to the Tripoli Post, this agreement ‘[…] also facilitates capital and investment transfer between the two countries. The process harmonizes financial principles and standards applied at both, the origin and destination country for investors. The agreement confirms that tax collection will be done in the country of domicile of the investor or business. The agreement has a sizeable and effective impact on reducing the financial burden arising from financial or economic double taxation.[…]’

Source: Tripoli Post