Algérie/Transport : Militzer & Münch lance une nouvelle ligne de groupage sur Oran

Un an après l’ouverture d’une filiale en Algérie, Militzer & Münch France lance une nouvelle ligne de transport en groupage vers Oran. Ce nouveau produit répond à la demande de transport de marchandises de ses clients français et algériens vers la 2ème ville du pays. Avec une croissance de 300% en 4 ans de ses flux vers l’Algérie, M&M France poursuit ainsi son développement sur ce marché prometteur.

Oran, capitale économique de l’Ouest

Située à 432 km d’Alger, Oran est la capitale économique de l’Ouest et compte 1,5 million d’habitants. De grands noms de l’automobile sont installés dans la région : Renault pour la fabrication et Volkswagen pour l’assemblage de véhicules alors qu’une usine Peugeot est en construction. Une quarantaine d’entreprises importatrices, certifiées OEA (Opérateur Economique Agréé) font également partie du tissu économique de la dynamique région Ouest.

Un service bimensuel Marseille – Oran

A partir du 15 septembre, Militzer & Münch assurera deux départs en groupage par mois à partir de Marseille, avec un service direct et un transit time de 5 jours pour Oran. La consolidation des lots sera effectuée par l’agence M&M de Marseille, et le dégroupage réalisé en magasin sous douane privé. Le service est également disponible pour les produits dangereux.

M&M propose en outre, pour toutes les expéditions vers l’Algérie, via son agence de Marseille (Vitrolles) de l’étiquetage, du contrôle qualité, de la préparation de commandes et des prestations d’empotage.

Une nouvelle ligne en cohérence avec le positionnement du leader des flux avec le Maghreb

En 2017, capitalisant sur une forte croissance de ses flux vers l’Algérie, M&M France y ouvre une filiale en partenariat avec un actionnaire algérien. M&M Militzer & Münch SPA voit ainsi le jour à Alger.  Avec cette nouvelle filiale, sa troisième au Maghreb, M&M France marque son ambition de développer sa présence locale et de proposer des solutions toujours plus adaptées à ce marché spécifique et exigeant. L’ouverture d’une ligne vers Oran s’inscrit dans cette stratégie.

La filiale française de Militzer & Münch poursuit sa croissance

Crée le 13 septembre 1976, Militzer et Münch France est la filiale française du groupe éponyme. Avec un chiffre d’affaires HT de 81 millions d’euros en 2017, M&M France connaît une croissance soutenue depuis 7 ans et a doublé le nombre de ses implantations depuis 2012.

D’après Guillaume de Laage de Meux, son directeur général délégué, M&M France est le meilleur des spécialistes :

« Leader des flux Europe-Maghreb, avec une expertise reconnue, Militzer & Münch France est également un spécialiste de l’Europe de l’Est, du Proche Orient et de l’Asie Centrale.».

Communiqué

 

Transport: Militzer & Münch France et Italmondo s’associent entre l’Italie et le Maghreb

M&M Militzer & Münch France et Italmondo Italie viennent de signer un partenariat exclusif pour développer le transport de marchandises entre l’Italie d’une part, le Maroc, l’Algérie et la Tunisie d’autre part.
A compter du 27 novembre 2017, Militzer & Münch opèrera avec Italmondo le fret routier import et export entre l’Italie d’une part, le Maroc et la Tunisie d’autre part. L’ambition de Militzer & Münch est de devenir un acteur de référence sur ces liaisons, en proposant notamment des services de groupage bihebdomadaires et de camions complets. Les envois vers l’Algérie seront assurés en conteneurs de groupage ou complets.
Ce partenariat va permettre à Militzer & Münch Maroc, Militzer & Münch Algérie et Militzer & Münch Tunisie, filiales de M&M France, d’augmenter très sensiblement leur part de marché sur ces lignes.

Transport : Militzer & Münch France poursuit sa croissance en Algérie et y ouvre une filiale

En 10 ans le leader des flux Europe-Maghreb  s’est imposé comme l’un des meilleurs spécialistes en Algérie. Après une croissance des flux de 300% en 4 ans, Militzer & Münch France ouvre une filiale à Alger, M&M Militzer & Münch SPA, en partenariat avec un  actionnaire reconnu et actif dans le transport international. Avec cette nouvelle filiale, M&M marque son ambition de développer sa présence locale et de proposer des solutions toujours plus adaptées à ce marché spécifique et exigeant.

Une troisième filiale au Maghreb

Après l’ouverture d’une filiale au Maroc en 1986 et en Tunisie en 1996, cette implantation en Algérie assure à M&M une présence renforcée dans les principaux pays du Maghreb. M&M France démarre ses opérations en Algérie en 2007 avec une activité de groupage, puis met en place dès 2009 une délégation commerciale afin d’améliorer sa compréhension du marché. Une croissance régulière de l’activité s’ensuit entre 2011 et 2016, soutenue par l’ensemble des agences M&M en France.

 

Offre sur mesure pour un marché spécifique

Cette réussite s’explique par l’offre de M&M qui, sur un marché en mutation permanente, fournit des services allant au-delà du simple transport et suivi documentaire. Les solutions incluent des départs hebdomadaires de produits dangereux en groupage, la mise en conformité des emballages (conditionnement et manuel utilisateur), de l’étiquetage, du contrôle qualité, de la préparation de commandes et des prestations d’empotage dans ses entrepôts de Vitrolles. M&M y bénéficie d’outils en propre, fonctionnels (17 portes à quais) et étendus en capacité (5000 m² de surface).

 

Un marché porteur, des flux qui devraient se rééquilibrer à l’export

L’Algérie est un pays à la démographie dynamique –sa population dépasse les  40 millions d’habitants- en croissance régulière, disposant de ressources naturelles importantes, d’une population jeune et d’une situation géographique favorable.

Ces dernières années, le pays a été marqué par le durcissement des règles d’importation et la baisse du prix du baril de pétrole. Influencé par des choix économiques et politiques, le marché de l’Algérie est à 85 % constitué de flux import, du Nord vers le Sud. Il n’y a que très peu d’exportations et de délocalisations contrairement aux autres pays du Maghreb. Il en résulte un déséquilibre des flux de transport.

Pour compenser la baisse de la rente pétrolière (-70% en 2 ans), le pays s’ouvre progressivement à l’export. Cette évolution représente une réelle opportunité de trafic vers l’Europe et permettrait d’équilibrer les flux. Cette transition du marché est envisageable parce que l’Algérie dispose d’industriels ambitieux, actifs et tournés non seulement vers la satisfaction du marché local mais aussi vers l’export à moyen terme. Le secteur du transport connait donc de belles perspectives dans ce pays.

 

La filiale française de Militzer & Münch poursuit sa croissance

Crée le 13 septembre 1976, Militzer et Münch France est la filiale française du groupe éponyme. Avec un chiffre d’affaires TTC de 143 millions d’euros en 2016, M&M France  connaît une croissance soutenue depuis 6 ans et a doublé le nombre de ses implantations depuis 2012.

D’après Guillaume de Laage de Meux, son directeur général délégué, M&M France est le meilleur des spécialistes :

« Leader sur les flux Europe-Maghreb, avec une expertise reconnue, Militzer & Münch France est également un spécialiste de l’Europe de l’Est, du Proche Orient et de l’Asie Centrale. Parmi nos axes stratégiques à court terme : le développement de l’offre sur l’Iran, pays que Militzer & Münch n’a cessé de desservir depuis près de 60 ans via la société associée PTB Groupe, le train Chine-Europe et l’extension de nos prestations en transport maritime et aérien, notamment avec l’Inde ».

Communiqué

Edouard Philippe à Tunis pour inaugurer les Rencontres Africa le 5 octobre

C’est Édouard Philippe, qui inaugurera Africa 2017 en Tunisie en compagnie de Youssef Chahed, le chef du gouvernement tunisien, et de nombreux autres ministres français et tunisiens.

C’est une façon de saluer une importante manifestation économique française organisée en Afrique mais aussi de porter le message du président de la République Emmanuel Macron sur le rôle des pays du Maghreb dans le développement des relations entre l’Europe et l’Afrique.

Le premier ministre français, accompagné de plusieurs secrétaires d’Etat va conduire une délégation d’une trentaine d’entreprises françaises, Pme et grands groupes. Après avoir inauguré les Rencontres Africa 2017 et participé à la conférence d’ouverture, il prendra part à l’événement significatif qu’est la première édition du Haut Conseil de Coopération entre la France et le Tunisie. Ce Haut Conseil avait été annoncé lors d’une précédente visite  de Jean-Yves Le Drian en juin dernier auprès du Président Béji Caïd Essebsi qui a tenu à affirmer son soutien à toutes les initiatives susceptibles de développer davantage les relations entre les deux pays. C’est un témoignage de l’intérêt de la France et un engagement pour soutenir la coopération dans tous les domaines. La France marque ainsi son intérêt pour la Tunisie dans un contexte compliqué et suite au remaniement ministériel récent et l’arrivée de nouveaux ministres tunisiens. Un remaniement réalisé après de nombreuses consultations avec les partis politiques, les centrales syndicales et patronales.

À la conférence inaugurale, on retiendra la participation des principaux acteurs tunisiens aux côtés de personnalités françaises. Youssef Chahed, le chef du gouvernement tunisien entouré du Premier ministre du Burkina Faso, Paul Kaba Thieba, et de Ouided Bouchamaoui, présidente de l’Utica (patronat) et prix Nobel de la Paix, ainsi que de grands chefs d’entreprises français et tunisiens.

Nombreux seront les sujets débattus, à commencer par les finances. Le numérique préoccupe les responsables qui ont l’intention d’en faire un grand secteur d’activité avec en tête, la création d’une French Tech à Tunis. Il y a aussi le secteur de l’aéronautique sur lequel se portent des espoirs, à juste titre. La Tunisie peut en effet être fière de son groupement des industries aéronautiques et spatiales Gitas, qui regroupe 4 000 personnes. Même si les chefs d’entreprises français souhaitent que les problèmes logistiques et douaniers soient évoqués, ils voient les opportunités qui se dessinent dans de nombreux secteurs, industrie, transport, formation, agriculture, transformation agro alimentaire et jusqu’à l’utilisation des ressources du désert. Citons seulement le projet TuNur, un complexe solaire qui sera établi dans le Sahara tunisien et qui offrira de l’électricité solaire suffisante pour alimenter plus de 7 millions de foyers européens ou encore 7 millions de véhicules électriques. Ce projet ferait de la Tunisie un producteur d’électricité à bas coût, même en prenant en compte les coûts de transport par des câbles sous marins actuellement à l’étude.

Transports/Maghreb : la Tunisie et le Maroc premiers bénéficiaires des financements de la BAD

Au niveau maghrébin, les aides ont profité beaucoup plus à la Tunisie et au Maroc qui ont reçu respectivement 2,7 milliards de dollars et 2 milliards de dollars. Ils sont suivis par la Mauritanie qui a bénéficié de 90 millions de dollars. Concernant la nature de ces projets de transport qui ont profité aux pays du continent, la banque africaine précise qu’il s’agit de construction de routes, de ports, d’aéroports et de voies ferrées pour 450 millions de personnes bénéficiaires à travers l’Afrique. Selon une source de cette institution, le premier projet financé par la Banque Africaine de Développement remonte à l’année 1967. Il concerne des voies routières au Kenya. Dans ce cadre, l’Institution africaine précise que la quasi-totalité des pays membres de la BAD ont bénéficié de financements.

L’Algérie est le pays qui en a le moins profité. Au total, l’Algérie a reçu une somme de 760 millions de dollars de financements durant la période 1967-2017 (1 200 km de routes bitumées et renforces, l’équipement du port de Djendjen (wilaya de Jijel) et l’amélioration du réseau ferroviaire).

Coté tunisien, le financement de la BAD dans le secteur du transport concerne 14 projets, portant renforcement de 5 300 km de routes, construction d’une autoroute, de l’aéroport d’Enfidha en plus de la modernisation du réseau ferroviaire.

Pour sa part, le Maroc a bénéficié d’un financement de 14 projets portant renforcement de 6 000 km de routes, la construction ou la modernisation de 7 aéroports, la construction d’une autoroute, et la construction de 290 km de voies ferrées ainsi que le financement du port de Nador.

Quant à la Mauritanie, elle a été financée pour la construction de son réseau de transport.

Pour le reste, l’Afrique de l’Ouest vient ensuite, avec, notamment, comme locomotive la Côte d’Ivoire, qui a bénéficié récemment de méga projets de transport urbain. Quant aux types de transport soutenus, les projets routiers sont les plus nombreux. D’autres viennent consolider d’importants axes de circulation déjà existants, qui interconnectent les capitales africaines et les relient aux principaux ports, facilitant les échanges commerciaux. Au total, ce sont plus de 40 000 km de routes qui ont été bitumées via des financements de la banque.

EU-MED Connect to business

Lieu :

Casablanca,  Maroc

Date :

Du 1/10/2016 au 2/10/2016

Type d’événement :

Rencontre d’affaires /Salon / Foire, Atelier / Conférence

 

Description :

 

L’événement “UE-MED Connect to Business” prévoit une séance d’information pour les participants sur le contexte du marché local et des questions opérationnelles, un panel de haut niveau sur le climat des affaires et des sessions B2B personnalisées. L’environnement sera un sujet transversal; parmi les secteurs concernés : l’environnement (déchets, eau, traitement de l’air); l’énergie (efficacité énergétique et énergies renouvelables); transports (applications et technologies propres y compris les bio-carburants); agro-industrie y compris l’exploitation durable des sols et des solutions durables de transformation des aliments. Un large éventail d’acteurs à la fois de l’UE et les régions du Sud- ENI seront impliqués, à savoir: les entreprises, les clusters, les parcs technologiques, des centres d’innovation, les organisations de soutien aux entreprises, des agences de promotion (API). Afin d’optimiser les synergies et créer un effet multiplicateur, l’événement sera organisé au Maroc au cours POLLUTEC 2015, un événement très réputé au niveau international.

 

Contact information et inscription :
Annalisa Gamba, CEIPIEMONTE
annalisa.gamba@centroestero.org
www.centroestero.org


Pour de nouvelles politiques en faveur de l’investissement des Diaspora en Méditerranée

A la suite de la réunion de haut niveau de Marseille en juin 2014 avec l’appui du projet MedGénération, du Conseil Régional PACA et en partenariat avec l’Assemblée Parlementaire de Méditerranée, ANIMA et ACIM relaient les six recommandations formulées lors de la réunion pour mieux valoriser les talents expatriés et les impliquer dans le développement économique des pays de la Méditerranée.

Synthèse publique


Maghreb : la Tunisie envisage d’investir dans le ferroviaire à destination de l’Algérie

    • La réouverture de la liaison ferroviaire Tunis-Annaba entre la Tunisie et l’Algérie est à l’étude au sein du ministère tunisien du Transport, afin de soutenir la progression des échanges bilatéraux.
    • Des études de faisabilité seront menées d’ici la fin 2014 côté tunisien, sur un tracé de 870 kilomètres requérant près de 13 millions d’euros.
    • Le coût, conséquent, ainsi que le calendrier des travaux, doivent être fixés afin de mobiliser le financement nécessaire.
    • Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un programme tunisien visant à développer le transport inter-maghrébin, lui-même destiné à soutenir la progression des échanges commerciaux entre Algérie et Tunisie, qui ont atteint 1,3 milliard d’euros en 2013, soit +19% par rapport à 2012.
    • Ceux-ci concernent principalement des produits industriels et parapétroliers.
    • Par ailleurs, le secteur touristique tunisien attire chaque année environ un million de touristes algériens, en tête des nationalités visitant la Tunisie.

1ère newsletter du projet Diamed

Le projet DiaMed, doté d’un budget de 2,3 M€ sur trois ans est nancé à hauteur de 80% par la Commission Européenne à travers sa Direction Générale Développement et Coopération. Il est porté par l’ADER Méditerranée en partenariat avec ACIM (France), ANIMA Investment Network (France), Medafco (Algérie), Conect (Tunisie) et la FCE (Maroc). Son objectif est de soutenir la création d’emploi et d’activité dans les pays du Maghreb.

 

Télécharger la newsletter

EDILE: optimiser les retombées positives des investissements dans les pays du sud de la Méditerranée

ANIMA a le plaisir d’annoncer le lancement du projet EDILE, qui vise à favoriser le développement inclusif des économies locales grâce à une meilleure évaluation des projets d’investissement.

Le projet a pour ambition de proposer des outils d’évaluation et d’accompagner les organisations chargées de la régulation et de la mise en œuvre des projets d’investissement afin que ceux-ci génèrent un maximum de retombées locales positives, notamment en matière d’emploi, de sous-traitance et de respect de l’environnement.

Une quarantaine d’actions sont prévues entre 2014 et 2015 au Liban (avec l’implication de la CCIA-BML), en Palestine (avec le soutien de PIEFZA) et en Tunisie (en coordination avec l’API).

Le projet EDILE est mis en œuvre par ANIMA et 7 partenaires euro-méditerranéens dans le cadre du programme IEVP CT MED de l’Union européenne.

 

Télécharger la présentation du projet