Indice de Perception de la Corruption 2012 : La Tunisie la mieux placée des pays du Maghreb

Transparency International a publié son dernier rapport sur l’«Indice de Perception de la Corruption 2012» portant sur 176 pays à travers le monde.
Le classement est établi à partir de données recueillies au début de 2012 par 13 institutions internationales, dont la Banque mondiale, la Banque asiatique de développement, la Banque africaine de développement (BAD) et le Forum économique mondial (Davos) sur qui il y aurait des choses à dire entre autres….
Selon ce classement, le trio de tête des pays les moins corrompus ou du moins les plus intègres au monde, on trouve le Danemark, la Finlande et la Nouvelle-Zélande, alors les trois derniers pays les plus corrompus sont la Somalie, la Corée du Nord et l’Afghanistan.
Quid de la Tunisie ? Elle perd tout simplement deux places par rapport au précédent classement, passant ainsi de la 73ème à la 75ème place, avec un indice de l’ordre de 41, sachant que l’Indice de la perception de la corruption (IPC) est compris entre 0 pour un pays considéré comme «hautement corrompu» et 100 pour un pays «très vertueux». Autant dire que la Tunisie n’a pas atteint la moyenne…
Cependant, malgré ce recul dans le classement, la Tunisie est tout de même considérée comme le pays le moins corrompu à l’échelle du Maghreb, se classant devant le Maroc (88ème, avec un indice de 37), l’Algérie (105ème avec un indice de 34) et la Libye (160ème place avec un indice de 21).
Au niveau du monde arabe, la Tunisie est classée à la 6ème place…
Lire le rapport complet

La Tunisie est encore cette année le pays le moins corrompu du Maghreb 


    • Sur un total de 182 pays, la Tunisie occupe le 73ème rang dans le classement du dernier rapport de Transparency International sur l’indice de perception de la corruption (IPC) en 2011, présenté jeudi 1er décembre à Berlin en Allemagne. Et cette fois-ci on ne pourra pas dire que ce sont les chiffres fourni par Ben Ali!
      Sur le plan régional, avec une note de 3,8, la Tunisie devance le Maroc (80ème) avec un score de 3,4 et l’Algérie (112ème) avec une note de 2,9. La Libye, de son côté, a été classée 168ème avec un score de 2,0.
      Pour les pays du monde arabe, la Tunisie est classée 7ème après Qatar (22ème), UEA (28ème), Bahareïn (46ème), Oman (50ème), Koweït (54ème) et l’Arabie Saoudite (57ème).
      Le haut classement mondial de Transparency international est occupé par la Nouvelle Zélande avec un score de 9.5, suivie par les pays scandinaves: Danemark et la Finlande qui sont à égalité avec un score de 9.4.
      Lanterne rouge du classement, la Somalie et la Corée du Nord occupent la 182ème place avec un score de 1.0.
    • Le fait que la Tunisie est, depuis de nombreuses années, le pays le moins corrompu du Maghreb était contesté par les révolutionnaires aujourd’hui au pouvoir. On verra ce qu’il en sera dans les prochaines années…

Quid de l’indice de perception de la corruption

L’IPC établit par l’ONG Transparency International classe les pays en fonction du degré de corruption perçue dans les administrations publiques et la classe politique. C’est un indice composite, un sondage de sondages, faisant appel à des données sur la corruption, tirées de sondages d’experts réalisés par divers organismes indépendants. En 2010 près des trois quarts des pays évalués ont un score inférieur à 5, sur une échelle allant de 0 (haut niveau de corruption perçu) à 10 (haut niveau d’intégrité perçu). Quant à la France, elle recule encore d’une place pour s’établir au 25e rang.

Source : www.transparence-france.org


 

Bon vieux temps : Des Français dénoncent spontanément

Le président de Transparency International France voudrait que des juristes et des associations de défense des droits de l’homme tunisiennes rejoignent la plainte déposée en France – avec Sherpa et la Commission arabe des droits humains – en vue d’obtenir le gel et, plus tard, la restitution des avoirs de Ben Ali et de la famille Trabelsi. Il souhaite également voir se créer en Tunisie une antenne de Transparency International où l’on pourrait venir rapporter spontanément.