Tunisie/DEP, plateforme web pour encourager l’entreprenariat chez les jeunes

Afin de donner aux jeunes et aux représentants de la jeunesse de la région MENA leur « voix », une plateforme web Digital Entreneurship Platform ou DEP www.dep.tn a été mise en place. Son objectif est de faciliter les discussions en ligne sur les meilleures solutions disponibles à l’emploi des jeunes ainsi qu’aux défis liés.

 

Cette plateforme, gratuite, mise en ligne par l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), vise à créer un mouvement entrepreneurial et à promouvoir l’esprit d’initiative chez les jeunes Tunisiens en leur offrant un espace ouvert de dialogue, d’orientation et d’aide pour la création d’entreprise.

Maroc : Plus de 4h par jour sur Internet !

L’institut d’enquêtes et de sondages d’opinion Averty Market Research & Intelligence a réalisé, en partenariat avec Maroc Numeric Cluster, a mené une enquête en ligne auprès de 1021 répondants sur l’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux au Maroc.

 

L’enquête a révélé que 57,4% des répondants passent une durée moyenne supérieure à 4h par jour sur Internet, et l’ordinateur portable reste le support de connexion le plus utilisé avec un taux de 88%. Le téléphone mobile vient juste après avec 55%, dépassant l’ordinateur de bureau utilisé par 41%. 75% des répondants utilisent l’ADSL suivi de la connexion 3G.

 

Pour ce qui est du comportement d’utilisateur, Internet est exploité d’abord pour envoyer et recevoir des emails chez 66% des participants, 62% l’utilisent pour s’informer, 45% pour un usage professionnel et 40% pour rester en contact avec ses proches. Seulement 7 % utilisent Internet pour l’achat en ligne.

 

Les participants sont principalement des étudiants (42%), des cadres (21%) et des employés (13%), répartis sur 38 villes, dont 41% de Casablanca, 13% de Rabat, et 7% de Marrakech.

Tunisie : DEP, plateforme web pour encourager l’entreprenariat chez les jeunes

Afin de donner aux jeunes et aux représentants de la jeunesse de la région MENA leur « voix », une plateforme web Digital Entreneurship Platform ou DEP www.dep.tn a été mise en place. Son objectif est de faciliter les discussions en ligne sur les meilleures solutions disponibles à l’emploi des jeunes ainsi qu’aux défis liés.

 

Cette plateforme, gratuite, mise en ligne par l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), vise à créer un mouvement entrepreneurial et à promouvoir l’esprit d’initiative chez les jeunes tunisiens en leur offrant un espace ouvert de dialogue, d’orientation et d’aide pour la création d’entreprise.


Algérie: l’industrie des TIC représente 4% du PIB

  • Cherif Benmahrez, directeur général des technologies de l’information et de la communication, dans son bureau du ministère de la Poste et des TIC, a indiqué lors d’un symposium sur l’éducation, que le secteur des TIC représentait en 2011 un chiffre d’affaires de 4% du PIB en Algérie.
  • Il a précisé, en outre, que le nombre de personnes formées dans le secteur des TIC en Algérie avoisinait les 10.000, chiffre insuffisant par rapport à la demande du marché estimée à quelque 20.000 personnes, et a rappelé que “la stratégie e-Algérie 2013” devait permettre au pays de se rattraper son retard en matière de technologie.

Tunisie: Un espace euro-méditerranéen des TIC en gestation

Le Centre National de l’Informatique a organisé, avec la contribution de la Commission Européenne, la Conférence Finale du projet JOIN-MED les 12 et 13 décembre 2011 sous le thème: « Rôle des technologies de l’information dans les mutations sociales et le développement économique dans les pays méditerranéens ».

 

Le projet JOIN-MED qui a démarré en février 2009 à Tunis s’est étendu sur deux ans et dix mois et a regroupé huit partenaires de pays méditerranéens divers (Tunisie, Maroc, Algérie, Egypte, Liban, Syrie, Palestine, Jordanie, Chypre.).

 

Les objectifs du projet étaient de renforcer la recherche scientifique dans un cadre de coopération avec l’UE, mais aussi la participation des MPC dans les programmes européens de recherche, soutenir la politique de dialogue entre les MPC et l’Europe, créer un réseau durable de recherche sur les TIC et renforcer la coopération entre les deux régions à une échelle plus large que le programme-cadre de coopération.

Maroc: NETpeas parmi les entreprises arabes les plus dynamiques

Société marocaine de sécurité informatique, spécialisée dans les audits de sécurité et de solutions SaaS, NETpeas a intégré le classement des 500 entreprises arabes et turques les plus dynamiques de la région MENA.

 

Repéré par le réseau Allworld comme start-up prometteuse ayant enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires entre 2010 et 2011, NETpeas a été invité au sommet des entrepreneurs qui s’est tenue en Turquie à Istanbul et qui a duré 3 jours du 3 au 5 Décembre 2011. Ce sommet a rassemblé tous les entrepreneurs de cette compétition pour se rencontrer et échanger les contacts ainsi que pour présenter leurs produits et services.

Le “Morocco Awards” décerne ses lauréats

La 3ème édition des « Morocco Awards » a décerné ses trophées en présence de Monsieur Reda Chami, ministre de l’Industrie et des Nouvelles Technologies ce mois de décembre 2011. Dans la catégorie service et distribution, le prix a été attribué à la société Afriquia Gaz, le leader marocain de la distribution de gaz et de pétrole liquéfié.

 

De même, le premier prix dans la catégorie Fabrique a été remporté par  la société de thé Soltan. Le trophée de la marque émergente a été décerné au portail spécialisé dans l’e-recrutement «  Rekrute.com» ; le trophée du Service accordé à Atlas voyage, celui de la marque terroir gagné par la société de Zellige Ait Manos, et la société Dari se voit encaisser le trophée de la marque marocaine se développant le plus à l’international.

Algérie : Benatallah sollicite les informaticiens algériens vivant au Canada

Halim Benatallah, secrétaire d’Etat en charge de la Communauté nationale à l’étranger, en visite au Canada en novembre dernier, a tenté de prendre contact avec des Algériens exerçant dans le secteur des technologies de l’information. Une réunion a rassemblé une quinzaine d’Algériens vivant au Canada et exerçant dans le domaine des TI et qui ont fait leurs preuves, soit en créant des entreprises ou en travaillant pour des grandes compagnies, ou au sein des administrations gouvernementales fédérales ou provinciales.

 

Autour de la table, des ténors de l’informatique en Algérie des années 80-90. C’est dire si l’Algérie a été littéralement saignée d’une bonne partie de sa matière grise. Le secrétaire d’Etat leur a présenté les projets contenus dans la stratégie eAlgérie, pour lesquels il souhaite un encadrement par des professionnels natifs du pays, craignant d’être floué par de grandes sociétés internationales peu scrupuleuses. Un atelier spécialisé dans les TI devrait être organisé avant février prochain.

 

Une façon pour l’Algérie de récupérer l’investissement qu’elle a consenti pour la formation initiale de cette diaspora.

Benatallah sollicite les informaticiens algériens vivant au Canada

Halim Benatallah, secrétaire d’Etat en charge de la Communauté nationale à l’étranger, en visite au Canada en novembre dernier, a tenté de prendre contact avec des Algériens exerçant dans le secteur des technologies de l’information. Une réunion a rassemblé une quinzaine d’Algériens vivant au Canada et exerçant dans le domaine des TI et qui ont fait leurs preuves, soit en créant des entreprises ou en travaillant pour des grandes compagnies, ou au sein des administrations gouvernementales fédérales ou provinciales.

 

Autour de la table, des ténors de l’informatique en Algérie des années 80-90. C’est dire si l’Algérie a été littéralement saignée d’une bonne partie de sa matière grise. Le secrétaire d’Etat leur a présenté les projets contenus dans la stratégie eAlgérie, pour lesquels il souhaite un encadrement par des professionnels natifs du pays, craignant d’être floué par de grandes sociétés internationales peu scrupuleuses. Un atelier spécialisé dans les TI devrait être organisé avant février prochain.

 

Une façon pour l’Algérie de récupérer l’investissement qu’elle a consenti pour la formation initiale de cette diaspora.