Méditerranée : l’UE a lancé une opération navale contre le trafic de migrants

L’Union européenne a lancé officiellement, lundi, lors d’une réunion de ses ministres des Affaires étrangères à Luxembourg, une mission navale de lutte contre le trafic de clandestins en Méditerranée, qui sera limitée dans un premier temps à une surveillance accrue des réseaux de passeurs.

« Cette première phase de l’opération commencera à être mise en oeuvre dans les jours à venir, à savoir un recueil d’informations et des patrouilles en haute mer pour aider à la détection de réseaux de passeurs », a expliqué la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

Baptisée EU Nav for Med et forte d’un millier d’hommes, l’opération est dirigée par l’amiral italien Enrico Credendino, basé à Rome.

Son navire de commandement sera le porte-avions italien Cavour, doté d’un hôpital. Quatorze pays de l’Union y contribuent, en matériels ou en hommes : Italie, Royaume-Uni, Allemagne, Slovénie, Grèce, France, Luxembourg, Espagne, Belgique, Finlande, Hongrie, Lituanie, Pays-Bas et Suède. Il faut savoir que le trafic d’êtres humains rapporterait plus aujourd’hui que celui de la drogue.


La Suède reconnaît l’état de Palestine

La chef de la diplomatie suédoise a annoncé que son gouvernement reconnaissait aujourd’hui par décret l’Etat de Palestine, devenant le premier pays occidental de l’UE à prendre cette décision.

« Aujourd’hui le gouvernement prend la décision de reconnaître l’Etat de Palestine. C’est un pas important qui confirme le droit des Palestiniens à l’auto-détermination », a indiqué la ministre des Affaires étrangères, Margot Wallström, dans une tribune publiée dans le quotidien Dagens Nyheter.

Environ 75 pays reconnaissent la Palestine comme un Etat indépendant. En France des démarches sont en cours pour la reconnaissance de l’Etat palestinien, demandée officiellement à la France par l’Autorité palestinienne.

 

Suède/Explosion: Des menaces islamistes

Une double explosion a frappé hier un quartier très animée du centre de Stockholm, faisant un mort, quelques minutes après la réception d’un courriel annonçant des « actions » visant « la guerre contre l’islam » de la Suède.

Les deux explosions survenues hier après-midi, dont la seconde a vraisemblablement causé la mort du responsable, selon les médias, constituent « une tentative très inquiétante d’attaque terroriste dans un quartier animé du centre de Stockholm », déclarait le ministre suédois des Affaires étrangères Carl Bildt sur son Twitter. L’attaque « a échoué, mais elle aurait pu être vraiment catastrophique », ajoutait-il, en référence à la foule qui se presse traditionnellement dans ce quartier et en particulier en cette période de Noël.

Au moment où M. Bildt publiait ses commentaires, vers minuit, la police n’avait pas encore qualifié les explosions de crime. La police criminelle n’avait toujours pas pu intervenir sur les lieux des explosions où officiaient encore les démineurs, selon l’agence suédoise TT.

Celle-ci a révélé dans la soirée avoir reçu un courriel en arabe et en suédois annonçant de prochaines « actions », sans les préciser. « Nos actions vont parler d’elles-mêmes », annonçait, selon TT, le document adressé « à la Suède et au peuple suédois ». Le courriel a également été reçu par les services de renseignements Suédois (Säpo).

L’auteur, dont TT ne précise pas s’il s’identifie, explique dans son message s’être rendu au Moyen-Orient « non pas pour gagner de l’argent, mais pour le jihad ».
« Maintenant vos enfants, vos filles et vos soeurs vont mourir tout comme meurent nos frères, nos soeurs et nos enfants », prévient le texte.

Vers 16h50 (15h50 GMT), soit environ dix minutes après que TT eut reçu ce message, une première explosion s’est produite dans une voiture stationnée à l’angle des rues Drottninggattan et Olof Palme. La police a précisé qu’il s’agissait d’une série d’explosions de bouteilles de gaz qui ont embrasé le véhicule. Deux personnes légèrement blessées ont été hospitalisées à la suite de cette explosion, selon le porte-parole des services d’urgence SOS Alarme, Bengt Norberg.

Une seconde explosion « cette fois pas dans une voiture », s’est produite moins de deux minutes plus tard dans la rue Bryggargatan, à 200 mètres de la première, a-t-il ajouté. La porte-parole de la police Peträ Sjölander a déclaré qu’une personne avait été retrouvée morte sur ce second site, sans donner plus de détails. Il n’a pas été précisé non plus si l’auteur du courriel d’avertissement était la personne tuée.

Mais selon la chaîne de télévision SVT, la personne tuée serait l’auteur des explosions et une sacoche remplie de clous a été retrouvée à proximité du cadavre.

La Suède maintient actuellement environ 500 soldats en Afghanistan, mais le mandat parlementaire de cette force s’arrête pour l’instant au 1er janvier 2011 et doit être renouvelé par le Parlement.

Source AFP