Union Africaine : la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma élue présidente de la Commission

C’est la fin d’un bras de fer qui durait depuis six mois. Les chefs d’Etat africains réunis à Addis-Abeba pour le sommet de l’Union africaine ont élu le 15 juillet, le nouveau président de la Commission de l’UA. La ministre sud-africaine de l’Intérieur, Nkosazana Dlamini-Zuma, l’a emporté au quatrième tour, par 37 voix, sur le gabonais Jean Ping.

Trente-sept voix. A l’issue du quatrième tour de scrutin. Grâce au SMS, le secret du huis clos a été rapidement éventé. Une clameur a accueilli ce chiffre. Les diplomates d’Afrique australe se sont congratulés.

Madame Nkosazana Dlamini-Zuma remporte facilement cette élection après avoir échoué il y a six mois, là même, à Addis-Abeba. Elle a été en tête dès le premier tour avec 27 voix contre 24 pour Jean Ping. Au fil des scrutins, le Gabonais a perdu des voix y compris dans son camp, avant de se retirer au troisième tour. Le quatrième tour n’était donc plus qu’une formalité.

La diplomatie sud-africaine triomphe. Le président Jacob Zuma a bataillé ferme pendant plus de six mois pour imposer son ex-épouse à la tête de l’Union africaine, une organisation affaiblie en raison de la rivalité qui opposait les deux camps : l’Afrique australe d’un côté et l’Afrique centrale – soutenue pour l’occasion par l’Afrique de l’Ouest – de l’autre.

Mais la volonté d’en finir avec cette querelle stérile et le désir de doter cette organisation d’un véritable exécutif l’ont emporté sur les autres considérations. Enfin, et c’est notable, pour la première fois dans l’histoire de l’Union africaine, une femme va diriger l’organisation.