Une banque marocaine s’installe à Genève

Le groupe financier Attijariwafa Bank ouvre un bureau de représentation aux Pâquis

 

Au Maroc, le groupe Attijariwafa Bank est considéré comme la banque la plus importante de tout le Maghreb. Dirigeant son bureau de représentation local, situé rue de Fribourg, Khalid Jdaini ne tarit pas d’éloges sur son établissement. Il précise que «la banque se limitera à fournir des conseils financiers à la diaspora marocaine». Le banquier estime qu’environ 30 000 Marocains pourraient avoir recours à ses services.

 

Sur cette population, la moitié est composée de résidents, l’autre de frontaliers. Autre cible de la banque, les investisseurs suisses intéressés à développer des affaires avec le Maroc. Ce pays du Maghreb se développe sur trois pôles: Casablanca, Marrakech, centré sur le tourisme, et, plus récemment, la région de Tanger, stimulée par l’implantation de nouvelles usines du constructeur automobile Renault. L’entité helvétique dépendra de Attijariwafa Europe, à Paris.

 

Le groupe Attijariwafa Bank est aussi considéré comme proche de la famille royale marocaine. En effet, c’est la Société nationale d’investissement (SNI), une holding contrôlée par une société appartenant à la famille royale du Maroc, qui en est le plus important actionnaire, avec près de 48% du capital. Attijariwafa Bank, fondée au début du XXe siècle, occupe 17 000 collaborateurs. Son siège est situé à Casablanca, la capitale économique du Royaume.

 

Le secteur bancaire marocain est jugé sain. Mais, selon le FMI, les grands groupes financiers du Royaume sont assez engagés au sein de marchés subsahariens. Environ un quart des crédits de pays africains fragiles (Côte d’Ivoire, République centrafricaine, Togo et Mali) ont été octroyés par des grands groupes financiers marocains. Attijariwafa Bank contrôle la majorité du capital de trois banques au Mali, au Togo et en Côte d’Ivoire.