COP22: Ban ki-Moon exprime sa « profonde admiration » pour le roi Mohammed VI

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban ki-Moon, a exprimé, à Marrakech, sa “profonde admiration et son respect à l’égard de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à son gouvernement et à l’égard du peuple marocain”, en faisant part de sa “gratitude” suite à la décision du Souverain d’accueillir à la 22ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique.

“Tout au long de mon mandat à la tête des Nations Unies, j’ai travaillé en étroite collaboration avec Sa Majesté le Roi et j’attends avec impatience la rencontre bilatérale avec le Souverain”, a souligné le Secrétaire Général de l’ONU, lors d’une conférence de presse en marge des travaux de la COP22.

 

Tout en faisant part de sa “gratitude” à l’endroit de Sa Majesté le Roi, M. Ban ki-Moon a mis en avant “l’importance cruciale de la COP22, qui a pour mission de s’assurer que le monde est uni face aux défis du changement climatique”, affirmant avoir constaté “un grand enthousiasme et passion de la part des Etats membres des Nations Unies”.

“C’est bien là la manifestation du leadership du Royaume du Maroc lors de cette COP22”, a déclaré le SG de l’ONU.

Le Maroc “est un pays membre important des Nations Unies, non seulement en Afrique et dans la région d’Afrique du nord et du Moyen-Orient, mais au sein du concert des nations”, a affirmé M. Ban ki-Moon, saluant la contribution du Maroc pour le maintien de la paix et de la sécurité de par le monde.

“Le Royaume a de tous temps donné l’exemple à travers ses institutions démocratiques et son action pour le développement durable en étant à l’avant-garde des efforts visant à relever les défis liés au changement climatique”, a encore indiqué le chef de l’ONU.

Et de souligner : “Je forme le voeu sincère qu’ici à Marrakech, nous formulerons un autre engagement passionné de la première importance pour un monde meilleur pour tous et je compte, à ce propos, sur le leadership et sur les orientations de Sa Majesté le Roi dans ce domaine”.

Dossier Spécial Maroc : Cap sur les réformes

Dossier et entretiens réalisés par Hugues Wagner pour la revue Afrique Asie/

afrique-asie.fr


Cap sur les réformes

Si l’on parle couramment d’« exception marocaine », voire d’« immunité », contre les chamboulements politiques et sociaux qui secouent actuellement le monde arabe, bien peu se demande pourquoi le Royaume est épargné.

Il s’agit en effet d’un long effort de préparation et de réformes dans lequel le Maroc s’est engagé depuis une douzaine d’années avec le processus appelé à l’époque d' »alternance consensuelle ». Puis le mouvement s’est accéléré avec l’intronisation du Roi Mohammed VI qui s’est fortement impliqué sur le plan du changement, amorçant pour son pays un véritable Printemps marocain avant l’heure.

A l’époque, souvenons-nous, le président Jacques Chirac avait rendu un « hommage appuyé au choix sûr du Royaume d’entrer de plain-pied dans le IIIème millénaire, fort de ses traditions séculaires, ouvert aux mutations irréversibles de la mondialisation, imaginatif dans la construction de l’espace méditerranéen ».

Le fait que le Maroc se soit inscrit tôt dans cette logique lui a permis d’affronter en partie les turbulences actuelles dans de bonnes conditions. Mais il doit rester vigilant car tous les dangers – et toutes les tentatives de déstabilisation – ne sont pas écartés le dramatique attentat de Marrakech nous l’ayant rappelé brutalement.

Parmi les piliers clés de la réforme constitutionnelle, annoncée par le Roi Mohammed VI,  et que développent ci-après de hautes personnalités marocaines, citons la consécration de l’identité plurielle du pays, le chantier de la régionalisation avancée, en plus de l’indépendance de la justice, la lutte renforcée contre la corruption et l’élargissement des pouvoirs du Premier ministre. Avec, en toile de fond, la révision de la Constitution.

Le Roi a mis l’accent sur « la démarche inclusive » engagée aujourd’hui « à un rythme soutenu » pour préparer « le meilleur projet possible » de la réforme, qui sera soumise in fine à la consultation référendaire, « populaire » car « le peuple a le premier et le dernier mot ».

Dans le cadre de cette démarche, le dialogue est « ouvert à toutes les forces, politiques, syndicales mais aussi à la société civile et aux jeunes pour élaborer la future Constitution », soulignant l’importance de la contribution de tous ces acteurs.

Il s’agit bien là d’une révolution au sens civilisationnel du terme que beaucoup souhaitent éloignée des pièges d’une approche conservatrice ou révolutionnaire brouillonne.

Au niveau économique, à partir de 2010 la crise s’est en partie estompée. Le fait que le Maroc ait poursuivi une politique commerciale agressive, surtout en période difficile, commence à donner des résultats. L’ouverture économique et la stabilité politique portent leurs fruits avec un taux de croissance de 4,5 en 2010.

Le Maroc se présente il est vrai aujourd’hui comme un pays qui offre un fort potentiel pour les investisseurs, pour les importateurs mais aussi pour ses partenaires africains.

Tous ces chantiers en cours participent à l’amélioration d’un climat social et politique, propice à l’avènement d’un Maroc nouveau.

Voir entretiens ci-dessous


 

Le Roi du Maroc adresse un discours à la Nation à l’occasion du 57ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple

Voici le texte intégral de ce discours :

« Louange à Dieu, Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons.

Cher peuple,

Le Discours que Nous t’adressons à l’occasion du 57ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple coïncide avec la commémoration, ce 10 Ramadan, de la disparition du symbole emblématique de cette épopée historique, Notre vénéré Grand-Père, Sa Majesté le Roi Mohammed V- que Dieu sanctifie son âme.

En ces jours bénis du mois sacré du jeûne et de l’imploration, nous avons une pensée émue pour la mémoire et l’âme immaculée du héros dont le nom restera éternellement associé à cette épopée, feu Notre Grand-Père, et celles de son compagnon de lutte, Notre vénéré Père, Sa Majesté le Roi Hassan II- que Dieu Les bénisse dans leur éternelle demeure- ainsi que les valeureux martyrs de la résistance et de la libération, issus du peuple marocain tout entier.

En effet, le combat pour le recouvrement de l’indépendance n’était pas l’apanage d’une élite. C’était plutôt une bataille menée par tout le peuple, dans les villes et les campagnes, les montagnes et les contrées du Sahara, et impliquant toutes les couches sociales et les catégories d’âges, hommes et femmes, jeunes et adultes. En effet, tous les Marocains ont consenti, sous l’impulsion du Trône, d’immenses sacrifices pour la liberté de la patrie et pour le symbole de la souveraineté de la nation.

Si nous célébrons cette glorieuse épopée, ce n’est pas tant parce qu’il s’agit d’un acte héroïque passé et révolu, mais bien parce qu’elle constitue une révolution frappée du sceau de la pérennité.

Aussi avons-Nous tenu, depuis Notre accession au Trône, à lui imprimer un souffle renouvelé, tout en y puisant les valeurs de patriotisme, de sacrifice et de résistance, en vue de façonner une Histoire moderne, digne de notre glorieux passé, une Histoire qui ouvre devant les générations présentes et futures des perspectives prometteuses pour la concrétisation de leurs desseins et leurs idéaux. C’est dans cet esprit que Nous avons lancé des initiatives audacieuses, marquant un tournant décisif dans l’Histoire contemporaine de notre pays.

En tête de ces initiatives figure Notre proposition conférant une autonomie à nos provinces du Sud, et s’inscrivant dans le cadre du combat permanent que nous menons pour la préservation de la souveraineté du Royaume sur l’intégralité de son territoire national.

Mais à mesure que s’accroît le soutien international en faveur de cette initiative courageuse, reconnue par l’ONU comme étant sérieuse et crédible, nos adversaires persistent dans leurs manœuvres désespérées visant vainement à l’entraver et à torpiller la dynamique prometteuse qu’elle a enclenchée en vue du règlement définitif tant souhaité, aux niveaux international et régional, de ce différend artificiel.

Mais l’obstination des ennemis de notre intégrité territoriale, si forte soit-elle, ne fera que nous conforter dans notre détermination à poursuivre notre marche vers la démocratie et le développement, avec toute la fermeté, la vigilance et la mobilisation nécessaires. Nous affirmons à cet égard, que les droits de la citoyenneté ne peuvent être conçus ou exercés que dans le cadre du respect du droit suprême de la patrie à la sauvegarde de son unité, de son intégrité territoriale et de sa souveraineté nationale.

Cher peuple,

Fidèle à l’esprit de l’épopée du 20 août, Nous avons oeuvré à la réalisation d’importants acquis et entrepris des réformes profondes visant à consolider l’édifice de l’Etat marocain moderne.

Afin de conforter les progrès réalisés par notre pays dans la pratique de la décentralisation, Nous avons procédé au lancement du chantier de la régionalisation avancée, dont la vocation est de raffermir la bonne gouvernance territoriale et de stimuler la dynamique de développement intégré.

C’est dans ce cadre que Nous assurons, avec un vif intérêt et une grande considération, le suivi constant et assidu des travaux de la commission consultative de la régionalisation, qui bénéficie de toute Notre confiance.

Nous saluons, en effet, les efforts que déploient son président et ses membres, et rappelons le caractère délicat de la mission qui lui a été confiée. Nous mesurons aussi le degré de patience et de clairvoyance que requiert une telle mission pour élaborer une conception générale d’un modèle maroco-marocain de régionalisation, qui soit original et qui procède des réalités de notre pays et des spécificités qui lui sont propres.

Eu égard aux enjeux qu’elle représente pour l’avenir du Maroc, en termes d’unité, de démocratie et de développement, la conception générale souhaitée constitue le point de départ d’un processus long et ardu, exigeant une action résolue à quatre niveaux :

Premièrement : Faire mûrir ce projet par un travail de sensibilisation dans le cadre d’un débat national large et constructif, et par un effort de mobilisation pour lui assurer un soutien fort et garantir sa réussite en favorisant son appropriation par tous ,

Deuxièmement : Mettre au point une feuille de route claire et bien définie, le but étant d’assurer une mise en œuvre judicieuse et graduelle de ce projet, avec la contribution des instances qualifiées et compétentes, et la mobilisation des mécanismes institutionnels et d’autres instruments de développement adéquats et efficients.

Troisièmement : Parallèlement aux travaux de la commission, le gouvernement doit s’atteler à l’élaboration d’une charte de déconcentration prévoyant essentiellement le transfert aux régions, des attributions et des ressources humaines et financières nécessaires. Car point de régionalisation dans le cadre de la centralisation,

Quatrièmement : Les partis nationaux sérieux doivent apporter une contribution active à la préparation et l’encadrement d’élites aptes à assurer la bonne gestion des affaires régionales.

Cher peuple,

La régionalisation avancée et la large déconcentration ont pour finalité ultime d’imprimer une forte impulsion à notre modèle original de développement et d’organisation institutionnelle.

C’est pourquoi Nous avons constamment œuvré pour ouvrir la voie à la concrétisation de ce choix stratégique qu’est le Maroc unifié des régions. Nous nous y employons à travers les chantiers de développement humain et durable que Nous conduisons, par le biais des ambitieux plans sectoriels nationaux à composante régionale que Nous mettons en place, et au moyen des infrastructures dont Nous dotons le pays. Dans le même ordre d’idées, Nous nous attachons à faire entrer le Maroc de plain-pied dans l’ère de l’économie verte.

Il s’agit d’un tournant historique dans le processus d’émancipation de notre pays en matière de développement. Outre une ouverture accrue du Maroc sur le monde et une plus grande synergie entre ses régions, il a été possible de désenclaver les zones reculées et marginalisées, et de mettre un terme définitif à l’adage colonial d’un Maroc utile et un Maroc inutile.

Nous avons également entrepris de doter le Maroc des moyens nécessaires à une exploitation optimale du potentiel dont Dieu l’a gratifié en matière d’énergies renouvelables et propres, en prélude à la réalisation d’un véritable exploit historique, celui de s’affranchir progressivement de la dépendance énergétique, de dégager de nouvelles ressources pour le développement et de créer plus d’emplois au profit de nos jeunes.

L’exploitation judicieuse et optimale de l’évolution en cours dans le processus de développement humain et durable, passe par la libération des énergies de notre jeunesse et sa qualification.

C’est ainsi que les générations présentes et à venir pourront continuer à porter le flambeau de la révolution permanente du Roi et du peuple, fières de leur identité authentique et de la parfaite symbiose entre le Trône et le peuple. Avec un sens élevé du devoir, elles resteront mobilisées, mettant du cœur à l’ouvrage et agissant conformément à un idéal de solidarité sociale, dans un climat de concorde et de quiétude.

Telles sont les valeurs qu’inspire cette ambiance de ferveur spirituelle qui caractérise le mois sacré de Ramadan. J’implore, donc, le Très-Haut pour qu’Il en répande les bienfaits sur nos citoyens -qu’ils vivent au pays ou résident à l’étranger-, ainsi que sur l’ensemble de la Oumma islamique.

Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wa barakatouh « .

Source MAP