COP 22 : Smoove en roue libre à Marrakech !

La société montpelliéraine Smoove (concepteur, constructeur et distributeur de vélos en libre-service), vient de remporter un appel d’offres organisé par l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI, organisme rattaché à l’ONU), portant sur le déploiement d’une flotte de vélos en libre-service à l’occasion de la COP 22 qui se tiendra du 7 au 18 novembre à Marrakech. Smoove devient ainsi le premier opérateur à équiper une ville du continent africain. Composée de 300 vélos et d’une dizaine de stations, la flotte sera installée dans les lieux emblématiques de la ville. Baptisée “Medina Bike“, elle sera mise en service pour une durée renouvelable de cinq ans. Ce projet répond à une volonté du roi Mohammed VI de lancer des initiatives concrètes autour du développement durable à l’occasion de la COP 22.

Un futur Salon du tourisme africain au Maroc?

En marge de la participation du Royaume à la 5ème édition du Salon International du Tourisme d’Abidjan (SITA 2015), le directeur général de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) a annoncé l’ouverture prochaine d’une antenne de l’ONMT à Abidjan, qui servira de plateforme à l’ensemble des pays de la région. Par ailleurs, la mise en place de nouvelles dessertes aériennes reliant Abidjan à Marrakech et Fès serait à l’étude. L’objectif est de saisir les opportunités de coopérations dans le domaine du tourisme.

Maroc: EAU, ENVIRONNEMENT ET SERVICES URBAINS

Le groupe de nettoyage industriel Derichbourg (France) présent à Rabat depuis 2011 remporte plusieurs contrats de gestion à Marrakech, Oujda, Salé, El Jadida et Casablanca.

Maroc: programme d’investissement de 600 millions d’euros pour Marrakech

Un programme de près de 600 millions d’euros en faveur de la ville de Marrakech, une des principales destinations touristiques au Maroc, a été inauguré lundi en présence du Roi Mohammed VI, avec notamment la création prévue, d’ici quatre ans, de plusieurs édifices culturels.
le programme, “Marrakech, cité de renouveau permanent” , vise également à répondre aux défis de l’habitat, du transport et de l’environnement, ainsi qu’à assurer les services de proximité.

 

Ce projet, qui totalise sur la période 2014-17 des investissements à hauteur de 6,3 milliards de dirhams (570 millions d’euros), porte “sur la valorisation du patrimoine culturel, l’amélioration de la mobilité et de l’intégration urbaines, ainsi que sur la préservation de l’environnement”, a indiqué la maire de Marrakech, Fatima-Ezzahra El Mansouri, citée par l’agence officielle MAP.

 

Selon elle, “Marrakech, cité du renouveau permanent” doit permettre d'”accompagner l’expansion urbaine et le développement économique de la cité ocre”.

 

Du point de vue culturel est ainsi prévue la création d’une “cité des arts populaires”, d’un “musée du patrimoine immatériel”, d’un “conservatoire de musique”, ou encore d’un “musée de la civilisation marocaine de l’eau”.

 

Le projet compte également la réhabilitation du théâtre royal, des remparts et des portes historiques, d’après la même source.

 

Un Fonds régional de promotion touristique, doté d’un budget de 400 millions de dirhams (environ 35 millions EUR), a dans le même temps été conclu. Il doit permettre de renforcer les liaisons aériennes, les actions de communication et la médiatisation des divers événements organisés chaque année dans la ville, comme le Festival international du film (FIFM) ou encore le “Marrakech du rire”.

 

Située au pied du Haut Atlas, Marrakech (un million d’habitants) constitue la destination phare en matière de tourisme au Maroc, avec plusieurs millions de nuitées enregistrées chaque année.

 

Le royaume a accueilli au total en 2012 près de 10 millions de visiteurs et s’est fixé pour objectif d’atteindre les 20 millions par an d’ici 2020-22, afin de devenir l’une des “20 premières destinations au monde”, selon le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad.

 

Basé sur une approche novatrice en termes de transversalité, d’intégration et de cohérence des interventions publiques, “Marrakech, cité de renouveau permanent” veut renforcer l’attractivité économique de la ville et consolider sa place en tant que pôle touristique mondial.

 

Source atlasinfo


Une retraite dorée pour Sarkozy à Marrakech?

L’ex-locataire de l’Elysée rejoint le club des VIP français qui se mettent au vert à Marrakech dans leurs demeures de rêve. Nicolas Sarkozy, accompagné de sa femme Carla et de leur petite Giulia, devrait y séjourner quelques mois dans une villa.

Mise à jour du 17 mai: Nicolas Sarkozy accompagné de son épouse Carla Bruni est arrivé mercredi 16 mai au soir à Marrakech pour une visite privée. Il devrait y séjourner jusqu’au 31 mai. Dans un entretien jeudi à l’hebdomadaire Valeurs Actuelles  l’ancien ministre du Travail Xavier Bertrand déclare que Nicolas Sarkozy a “besoin de se reposer et de profiter des siens” et “fera part de ses projets” professionnels “après la rentrée”.

*****

La passation de pouvoir achevée entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, les Sarkozy vont d’abord partir en famille se reposer. «Carla et son époux vont souffler un peu, réfléchir à leur avenir mais aussi redécouvrir un autre rythme, sur un autre mode», souligne une source proche de l’ex-Première dame de France. Carla Bruni-Sarkozy devrait également profiter de ce repos pour finaliser son prochain album, dont la sortie est annoncée pour l’automne prochain.

«Je vais m’occuper de ma fille», aurait confié l’ex-président à ses intimes. Selon un ami, il va prendre «trois mois de vacances» et préparer sa nouvelle vie professionnelle. Aucun détail officiel n’a filtré quant à la destination – la maison familiale des Bruni au Cap Nègre sur la Côte d’Azur ou l’étranger? Mais déjà des rumeurs persistantes circulent: l’ex-couple présidentiel et leur petite Giulia devraient se mettre au vert dans leur villa de maître de Marrakech acquise fin 2011.

Un «cadeau» tenu secret

A l’époque, la presse marocaine avait fait état d’une information, sans en livrer la source, qui laissait entendre que Nicolas Sarkozy avait reçu cette maison en cadeau. «Un superbe palais faisant partie du projet immobilier de luxe Amelkis à Marrakech, aurait été offert à un célèbre chef d’Etat européen», rapportait l’hebdomadaire Al Ousboue cité par Biladi.

Le «cadeau», entouré du plus grand secret, avait ainsi été dévoilé par des anonymes, mettant dans l’embarras de généreux donateurs, affirmait l’hebdomadaire marocain. Al Ousboue indiquait que c’est un riche homme d’affaires des Emirats arabes Unis qui avait offert cette luxueuse demeure à un «chef d’Etat européen à l’occasion de la naissance récente de son bébé».

La villa de près de 700 m2, construite dans une enclave VIP et ouvrant de plein pied sur l’un des plus beaux golfs de la ville, serait similaire à celle que s’étaient fait construire en 2004, sur le même site, Jean-Louis Borloo, ex-ministre de Sarkozy et son épouse, la journaliste de télévision Béatrice Schonberg. Elle fait partie d’un projet du groupe émirati Emaar (un temps associé au roi du Maroc sur le projet) où les demeures de ce standing sont commercialisées à partir de 700.000 euros.

Carla Bruni-Sarkozy l’avait probablement visité en décembre dernier dans la plus grande discrétion lorsqu’elle avait séjourné à Marrakech pour les fêtes de fin d’année.

Bottin mondain

On le sait, depuis quelques années, Marrakech est devenue l’un des lieux de résidence préféré des célébrités françaises. En dresser la liste, c’est retrouver ceux qui font l’actualité politique, la Une des magazines people, trustent les émissions de télévision ou sont au cœur du capitalisme à la française. Certains n’y voyagent qu’en oiseaux migrateurs. Ils prennent à Marrakech leur quartier d’hiver mais n’y possèdent pas de nid. Nicolas Sarkozy fut d’abord l’un d’eux. Lui et ses proches y avaient leur rituel de vacances de la Saint-Sylvestre.

En 2007, pour son premier déplacement au Maroc en tant que président, il avait débarqué à Marrakech. Durant son quinquennat, le roi Mohammed VI mettait souvent à sa disposition le Jnan Kebir (le grand jardin), le dernier né des palais du monarque alaouite, mélange d’architecture mauresque et de décoration africaine. Le couple Sarko-Carla était aussi l’invité de Mohammed VI au Royal Mansour – qui a aussi vu défiler Cécilia et son compagnon Richard Attias ainsi que Jacques et Bernadette Chirac.

Classé en 2011 parmi les hôtels «les plus extraordinaires du monde» par le Conde Nast Traveler, la Bible des voyageurs fortunés, le palace est en passe de détrôner la célébrissime Mamounia. Que vient chercher la tribu gauloise qui hante ces palaces de rêve et achête des riads au cœur de la médina et des villas de maître nichées dans les palmeraies? Un concentré de Marrakech-sur-Seine, autrement dit un club ultra sélect où les élites parisiennes se retrouvent entre elles.

Palais des 1001 ennuis

La tribu a ses pionniers qui ouvrirent la voie il y a vingt ou trente ans. Le couple Yves Saint-Laurent – Pierre Bergé était de ceux-là. Après un premier voyage à Marrakech en 1966, ils firent en 1974 l’acquisition d’une première maison, Dar Essaâda (la maison du bonheur en arabe), réplique en miniature de la célèbre villa Taylor où Churchill et Roosevelt avaient scellé le sort de l’Afrique du Nord en pleine Seconde Guerre Mondiale. Ils aimaient passer de longues heures dans les Jardins Majorelle, du nom de ce peintre tombé amoureux des couleurs chatoyantes de la cité.

Et, lorsqu’au début des années 80 un promoteur immobilier avait menacé de les raser, ils décident de faire oeuvre de sauvegarde, achètent le terrain, l’atelier et la maison du peintre. Rebaptisée Villa Oasis, la propriété est devenue un lieu mythique. C’est dans ses jardins aujourd’hui ouverts au public que les cendres d’YSL ont été dispersées.

Alain Delon et Mireille Darc aussi font figure de précurseurs dans cette «colonisation touristique» qui n’ose pas dire son nom. Avec ses zelliges flamboyants, ses murs intérieurs peints au tadelakt, ses fenêtres voilées par des moucharabiehs, le riad qu’ils s’offrirent était à vrai dire un palais, le palais de la Zahia – la joie de vivre en arabe. Situé à deux pas de la Mamounia, c’est une immense bâtisse que des Occidentaux cousus d’or se repassent lorsque l’ennui menace.

Paul Getty Junior l’homme le plus riche des Etats-Unis, disait-on à la fin de seconde guerre mondiale, l’avait achetée en 1968 et en avait fait un bijou architectural en préservant son style d’origine grâce au concours de l’architecte Bill Willis, qui y ajouta une piscine dans une cour-jardin à l’abri d’un haut mur. Il l’avait ensuite cédé à une comtesse française au sang bleu, née La Rochefoucauld, avant que le couple d’acteurs ne le rachète à son tour.

Un vaudeville très Paris-Marrakech

Puis est arrivé Bernard-Henri Lévy, qui a fait de ce riad, tout proche d’un des palais du roi Mohammed VI, un salon de la vie politique franco-française où se croisent ténors de droite et grandes consciences de gauche.

Les alcôves de son salon marocain et de sa vaste salle à manger, qui forment des niches rectangulaires coiffées de plafonds en cèdre décorés, résonnent encore de l’intrigue amoureuse qui a passionné le Tout-Paris il y a quelques années: c’est là que Carla Bruni, venue en escapade avec l’éditeur Jean-Paul Enthoven, brisa le couple Raphaël Enthoven, le fils de Jean-Paul, et de Justine Lévy, la fille de BHL. Un vaudeville très Paris-Marrakech qui inspira deux romans, ceux de Justine et de Jean-Paul.

Jusqu’à sa chute, Dominique Strauss-Kahn faisait partie du cénacle. Et pour cause: plus personne en France ni dans la médina n’ignore que le désormais paria de la politique française dispose lui aussi d’un riad  à quelques pas de babouches de celui de BHL. Dispose, car il n’est pas le propriétaire de la luxueuse demeure. Elle appartient pour l’essentiel à son épouse, la journaliste Anne Sinclair, qui l’aurait achetée à Laura Gomez, ex-femme de Kyle Eastwood, le fils de Clint – pour près de 500.000 euros.

Kech, hypnotique «base arrière»

Malgré la crise, l’investissement s’est révélé judicieux: la bâtisse, est aujourd’hui évaluée au bas mot à 3 millions d’euros par les professionnels.

DSK n’est pas le seul à avoir sa «base arrière» à Marrakech. Il a entre autres voisins un éphémère secrétaire d’Etat de l’ère François Mitterrand, Thierry de Beaucé, qui exploite depuis des années, avec son compagnon brésilien, le riad Madani, une ancienne demeure du grand vizir Glaoui, transformée en maison d’hôte de luxe avec jardin de rêve et piscine en terrasse sur plus de trois mille mètres carrés.

Les patrons du CAC 40 ne sont pas en reste. Sans parler des stars du Show-biz comme Jamel Debbouze, heureux propriétaire d’une villa dans le quartier huppé de Targa. Exemple parmi d’autres, Jean-René Fourtou, qui fut le tombeur du «maitre du monde», Jean-Marie Messier, avant de prendre sa place à la tête du groupe Vivendi – lequel contrôle le principal opérateur téléphonique du pays, Maroc Telecom -, a également ses habitudes à Marrakech. Des habitudes d’homme très riche. Il possède depuis plus de dix ans une propriété, Dar El Sadaka (La maison de l’amitié), installée dans une ancienne oliveraie de 13 hectares aux allures de musée fantasmagorique. Fourtou, comme Alain Carignon, l’ancien maire de Grenoble, qui réside également à Marrakech, sont des proches de Sarkozy. Ils avaient même été pressentis pour jouer les sous-marins pour la campagne de l’ex-président…

C’est un fait: Marrakech hypnotise. La ville attire comme la lumière un papillon. Presque tout le gotha français y possède son palais des mille et une nuits, surtout lorsque les bords de Seine ne sont plus cléments.

Source  www.slateafrique.com  par Ali Amar

A lire aussi

Les vacances à Marrakech, un rituel de la Sarkozie

Attentat de Marrakech, coup de grâce pour le tourisme marocain?

A Marrakech, DSK fait encore tourner les têtes

Les grandes destinations du tourisme sexuel en Afrique


Attentat/Marrakech: peine capitale requise

Le procureur Khalid Kardodi a requis la peine maximale, affirmant que la loi anti-terroriste stipulait la peine de mort, en citant le principal accusé, le Marocain Adil Al-Atmani, et un de ses complices Hakim al Dah. “Les faits sont avérés, l’accusation est établie, vérifiée et prouvée”, a affirmé le procureur précisant qu’il s’agit de personnes “qui ont avoué avoir adhéré au courant salafiste, jihadiste” et “aux idées d’al-Qaida au Maghreb, après leurs séjours en 2005 en Irak, en Syrie, en Tchéchenie, au Mali, en Algérie et en Mauritanie”. “La cour détient des pièces à conviction et est en possession de leurs aveux ainsi que des résultats des analyses scientifiques et des autopsies effectuées sur les victimes”, a-t-il encore dit tout en qualifiant l’attentat de “crime prémédité”.

Verdict le 27 octobre ?

Le procureur a requis contre les sept autres accusés des “peines maximales, en conformité avec les charges retenues contre eux, et pour constitution de bandes criminelles et non-dénonciation”.

L’explosion de la bombe le 28 avril dans un café situé (photo) sur une place historique avait tué huit touristes français et trois suisses. Après ce réquisitoire, la cour a fixé la prochaine séance, qui sera consacrée aux plaidoiries de la défense, au 27 octobre.
“Le verdict pourrait intervenir au cours de cette même séance”, a indiqué à l’AFP un des avocats des parties civiles.

Toujours inscrite dans le code pénal – mais en voie d’être formellement supprimée –la peine de mort n’est plus appliquée au Maroc depuis 1992, en dépits des attentats qui frappent épisodiquement cette monarchie visée par al-Qaida. La nouvelle constitution votée en juillet prévoit pour la première fois explicitement le “droit à la vie”.


Le personnel de DSK à Marrakech brifé?

Les membres du personnel du riad de Dominique Strauss Khan à Marrakech se désolent de la situation dans laquelle se trouve leur employeur, a indiqué à europemaghreb.fr une source marocaine. Pour eux, il est innocent et ils s’attendent à être prochainement interrogés par des enquêteurs.

 

Maroc : “pas de crainte spéciale” (Guaino)

Henri Guaino, conseiller spécial du président Nicolas Sarkozy, a déclaré que la France “n’avait pas de crainte particulière sur le Maroc” où un attentat a fait aujourd’hui 15 morts, dont six Français, à Marrakech, selon le bilan communiqué par une chaîne publique marocaine.

Interrogé sur le point de savoir si la France redoutait des attentats dans ce pays, M. Guaino a répondu: “On n’avait pas de crainte particulière en ce moment sur le Maroc”, a-t-il ajouté. “Le terrorisme c’est quelque chose que l’on redoute toujours”, “cela nous rappelle à une vigilance extrême contre ce phénomène terrifiant”, a poursuivi le conseiller de l’Elysée. “Aucune cause ne peut justifier ce genre d’attentat, aucune cause ne peut justifier de terroriser et de tuer des victimes innocentes”, a-t-il dit.

Interrogé sur un lien éventuel entre l’attentat et la grâce accordés à des détenus islamistes au Maroc, Henri Guaino a déclaré: “Faut-il pour autant ne jamais gracier personne ? Je ne suis pas sûr que l’on arrive à éradiquer le terrorisme en mettant le plus de gens possible en prison”.

“Une terre d’élection pour les réseaux terroristes”

“On arrive à éradiquer le terrorisme en détruisant les réseaux, a expliqué Henri Guaino, en mettant hors d’état de nuire ceux qui préparent des attentats, ce qui exige surtout une vigilance de tous les instants, une mobilisation de tous les moyens, en particulier des moyens de renseignement”.

“Et on sait bien que l’Afrique, aussi bien sub-saharienne que l’Afrique du Nord, est aujourd’hui une terre d’élection pour ces réseaux terroristes et qu’en plus ces réseaux vont profiter des troubles qui se produisent sur toute la rive sud de la Méditerranée”, a encore déclaré ce proche de Nicolas Sarkozy.


 

Les Young Mediterranean Leaders reportent leur forum de Marrakech

Le Forum YML, prévu à Marrakech du 10 au 12 mars 2011 a été reporté.  « A l’heure où la région est confrontée, parfois violemment, à d’immenses bouleversements, il nous est apparu inapproprié de le maintenir », soulignent les organisateurs.

 

Maroc : Forum économique mondial sur la région MENA

Le Secrétaire général de la Ligue Arabe, M. Amr Moussa est arrivé lundi soir à Marrakech, pour prendre part au Forum économique Mondial sur la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), dont les travaux se sont ouverts officiellement mardi dans la cité ocre.

Les travaux du forum économique mondial sur la région MENA s’articuleront autour de trois grands axes : “Réponses régionales aux risques globaux”, “Encourager une croissance durable” et “Afrique du Nord : Nouvelles régions de partenariat commercial”.

Une attention particulière sera accordée aussi aux fonds souverains et à leur orientation croissante vers un engagement régional dans des domaines essentiels comme les énergies renouvelables, la santé et les systèmes sociaux, le développement des infrastructures et les avancées technologiques.