Méditerranée : l’UE a lancé une opération navale contre le trafic de migrants

L’Union européenne a lancé officiellement, lundi, lors d’une réunion de ses ministres des Affaires étrangères à Luxembourg, une mission navale de lutte contre le trafic de clandestins en Méditerranée, qui sera limitée dans un premier temps à une surveillance accrue des réseaux de passeurs.

« Cette première phase de l’opération commencera à être mise en oeuvre dans les jours à venir, à savoir un recueil d’informations et des patrouilles en haute mer pour aider à la détection de réseaux de passeurs », a expliqué la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

Baptisée EU Nav for Med et forte d’un millier d’hommes, l’opération est dirigée par l’amiral italien Enrico Credendino, basé à Rome.

Son navire de commandement sera le porte-avions italien Cavour, doté d’un hôpital. Quatorze pays de l’Union y contribuent, en matériels ou en hommes : Italie, Royaume-Uni, Allemagne, Slovénie, Grèce, France, Luxembourg, Espagne, Belgique, Finlande, Hongrie, Lituanie, Pays-Bas et Suède. Il faut savoir que le trafic d’êtres humains rapporterait plus aujourd’hui que celui de la drogue.


Maroc : LOGICIELS & PRESTATIONS INFORMATIQUES

Le fonds de capital développement et des entrepreneurs du web européen Solorun (Luxembourg) entre au capital de la plateforme de ‘social advertising’ Buzzeef.

M. Juncker : « Nous voulons être l’ambassadeur de la Tunisie pour lui permettre d’accéder au statut avancé avec l’UE »

« Nous voulons être l’ambassadeur de la Tunisie pour lui permettre d’accéder au statut avancé avec l’Union Européenne (UE) », a souligné, jeudi, à Tunis, Jean-Claude Juncker, Premier ministre du Grand-Duché du Luxembourg.
« Nous comptons parmi ceux en Europe qui voudraient permettre à la Tunisie d’accéder à ce statut », a-t-il affirmé peu avant son départ de l’aéroport Tunis-Carthage, à l’issue d’une visite officielle de trois jours en Tunisie.

« La Tunisie est un pays en marche, qui avance rapidement et accomplit des performances », a-t-il expliqué.
« Nous voulons travailler avec ceux qui veulent avancer et ont le sens de la conquête de l’avenir », a-t-il ajouté.

S’exprimant devant la presse, Jean- Claude Juncker a indiqué avoir eu avec le président Ben Ali, le Premier ministre, et des membres du gouvernement tunisien des entretiens « très riches » qui ont donné l’occasion d’apprécier les excellentes relations d’amitié établies entre le Grand-Duché du Luxembourg et la Tunisie.
« Nous sommes convenus d’approfondir les relations bilatérales », a-t-il affirmé à ce sujet.

Le Luxembourg souhaite établir un partenariat stratégique avec la Tunisie, porter la coopération tuniso- luxembourgeoise à un niveau plus élevé et plus conséquent et diversifier les créneaux de la coopération bilatérale notamment dans les domaines économiques, a-t-il encore ajouté.

Le Premier ministre du Grand-Duché du Luxembourg a précisé que le ministre de l’Economie luxembourgeois effectuera, en janvier prochain, une visite en Tunisie à la tête d’une délégation d’hommes d’affaires.

Par ailleurs, M. Juncker a passé en revue les opportunités de coopération offertes dans les deux pays, mettant l’accent sur l’importance de la coopération dans le secteur de l’off-shoring et en particulier dans le secteur des services.

« La Tunisie a une vocation de centre financier et peut prétendre à jouer un rôle régional dans ce domaine », a-t-il indiqué en substance avant d’annoncer

qu’il reviendra, en mars prochain, pour assurer le suivi des propositions convenues, lors de sa présente visite.