L’UE débloque 27 millions d’euros pour la mise à niveau des services en Tunisie

La Tunisie et l’Union européenne ont signé, lundi 9 juillet à Tunis, deux nouvelles conventions de financement portant sur un Programme d’appui à la société civile (PASC) et un Programme d’appui à la compétitivité des services (PACS). Elles ont été paraphées, côté tunisien, par les ministres de l’Investissement et de la Coopération internationale, Riadh Bettaieb, de l’Industrie, Mohamed Lamine Chakhari, et du Commerce et de l’Artisanat, Béchir Zaafouri, et côté européen par Stefan Füle, Commissaire européen chargé de l’Elargissement et de la Politique européenne du Voisinage.
Le PASC vise à renforcer la contribution de la société civile tunisienne au dialogue politique et économique, à la consolidation de l’Etat de droit, à la démocratisation et au développement socioéconomique. Il sera sera piloté par un comité présidé par une personnalité indépendante et composé de représentants de la société civile.
D’un montant de 7 millions d’euros, le PASC qui s’étend sur quatre ans (2012-2015), s’articule autour de trois composantes: renforcement des capacités opérationnelles des organisations de la société civile, création de canaux et mécanismes de partenariat et de dialogue entre les associations ainsi que l’amélioration des textes législatifs et cadres réglementaires et institutionnels régissant l’activité de la société civile.
Quant au PACS, il a pour objectif de consolider la compétitivité des entreprises tunisiennes de services (environ 400 entreprises visées), particulièrement celles implantées dans les régions, de renforcer les capacités des organisations représentatives du secteur ainsi que d’améliorer l’environnement entrepreunarial du secteur et l’augmentation de sa capacité de création d’emplois.
Financé par l’UE sous forme de don d’un montant de 20 millions d’euros, le PACS (2012-2015), concerne principalement les services liés aux domaines de la santé, les technologies de l’information et de la communication, le transport et la logistique.
Par ailleurs, Stefan Füle a affirmé avoir « … proposé de relancer et de créer une nouvelle série de conventions dans les domaines de l’agriculture, l’investissement, les services et le tourisme en vue de permettre davantage à des labels tunisiens d’accéder aux marchés européens, d’inciter de nouvelles entreprises européennes à investir en Tunisie et d’augmenter le flux de touristes et la mobilité de personnes dans les deux sens ».
A rappeler que l’UE a réservé une enveloppe de 400 millions d’euros, outre les aides supplémentaires, pour soutenir les projets et programmes de développement socio-économique en Tunisie durant la période 2011-2013.
Source WMC/TAP

Euroméditerranée: Mobiliser les talents de la « diaspora », nouvel enjeu économique des pays MED

La nouvelle étude « Diasporas : Passerelles pour l’investissement, l’entrepreneuriat et l’innovation en Méditerranée », publiée par ANIMA dans le cadre du programme Invest in Med, montre que le décollage économique de la région MED doit s’appuyer sur les talents de la diaspora.

Cette étude mesure le potentiel économique des talents de la diaspora MED (analyse des diverses contributions, profil-pays, organisation en réseaux) et propose un plan d’action concret et réaliste pour accélérer leur mobilisation en faveur de leurs pays d’origine. Lire le communiqué de presse et l’étude sur les diasporas

La Libye accueillera le 3ème sommet Afrique-UE

Le troisième sommet entre l’Union européenne et l’Afrique aura lieu les 29 et 30 novembre 2010 en Libye.

Lors de cet événement, qui aura pour thème principal «l’investissement, la croissance économique et la création d’emplois», les chefs d’État et de gouvernement examineront les grands dossiers suivants : paix et sécurité, changement climatique, intégration régionale et développement du secteur privé, infrastructures et énergie, agriculture et sécurité alimentaire, migrations.

Le thème principal regroupe plusieurs sujets et souligne différentes facettes du partenariat, ce qui facilitera l’établissement de positions communes lors des prochaines grandes négociations internationales.

Les engagements politiques des Chefs d’état et de gouvernement seront traduits dans le plan d’action (2011-13) pour être adoptés lors du Sommet. Ce plan d’action inclura des actions concrètes pour renforcer la coopération dans les 8 partenariats et aussi pour introduire des nouveaux domaines de promesse.

La participation au sommet d’observateurs de haut niveau de la BEI, de l’ONUDI et des institutions financières internationales est confirmée, de même que l’organisation d’événements en marge du sommet permettant une interaction directe avec des dirigeants d’entreprises du secteur privé.