Tunisie: Le discours concret du nouveau président de la République, Kaïs Saïed

Kaïs Saïed offre de nouveaux espoirs à la Tunisie. Dans son discours d’investiture de ce mercredi 23 octobre 2019, du reste fort émouvant, il a dévoilé sa feuille de route.

Décidé, déterminé et totalement engagé dans une refonte totale du rapport gouvernants/gouvernés, il a annoncé la couleur ou plutôt les couleurs, et en prime sa ferme décision de :

  • Rétablir la confiance entre gouvernants et gouvernés ;
  • Renforcer les acquis des femmes et les préserver ;
  • Lutter contre la corruption et le terrorisme sans répit, sans ambiguïté et sans hésitation – «toute balle tirée par un terroriste sera confrontée à des centaines de balles tirées par nos forces armées et sécuritaires» ;
  • Préserver les acquis républicains de la Tunisie : «Ceux qui espèrent un retour en arrière se font de fausses idées. La Tunisie a des institutions, les hommes passent, les institutions restent » ;
  • Veiller au respect des engagements internationaux de la Tunisie même si elle peut rediscuter de certains points avec ses homologues ;
  • Faire de l’application de la loi et de son respect une règle qui doit être apposée par tous et toutes sans distinction et sans favoritisme ;
  • Veiller à la neutralité des institutions de l’Etat qui ne doivent faire l’objet d’aucun marchandage politique et ne doivent être influencées par aucune mouvance ou idéologie politique ou autre ;
  • Ancrer la Tunisie dans son environnement maghrébin, africain, arabe et méditerranéen ;
  • Protéger la liberté, le droit à la différence et la dignité du peuple, principes sacrosaints qui doivent être respectés par tout le monde.

Le peuple a réinventé de nouveaux outils de légitimité démocratique, a scandé Kaïs Saïed dans son discours d’investiture : «Des outils qui seront étudiés dans les centres de recherche et d’études car ils réécrivent son histoire sans se soumettre à aucun diktat d’où qu’il vienne».

La Tunisie est en train de recréer une nouvelle légitimité politique, c’est une révolution, une révolution culturelle qui laisse entrevoir une nouvelle prise de conscience. Une prise de conscience que l’on croyait inanimée alors qu’elle était tout juste dissimulée sous un silence apparent. Le peuple tunisien a prouvé qu’il peut changer le cours de l’histoire et de le réécrire. Il l’a fait, a indiqué le président Saïed.

Préserver l’Etat tunisien, assurer la neutralité des institutions et l’égalité de tous et de toutes devant la loi, redonner à la Tunisie son positionnement rayonnant dans la région et dans le monde et redonner aux Tunisiens confiance en leurs gouvernants.

Avec webmanagercenter.com

Tunisie: Kaïs Saïed, ascension rapide d’un Président nationaliste

Kaïs Saïed a remporté l’élection présidentielle face à Nabil Karoui, selon des chiffres non définitifs, 72% contre 28%. Hors système, hors parti, le juriste de 61 ans devient le deuxième président du pays élu démocratiquement au suffrage universel. Sa prestation de serment est prévue le 30 octobre.

Avec 72% des suffrages, selon des chiffres non définitifs, c’est un score sans appel qui amène Kaïs Saïed à Carthage. Président, il garde la main sur la diplomatie, la Banque centrale et la défense pour lesquelles il devrait soumettre des noms.

Porté par la jeunesse dont il veut faire une force démocratique nouvelle, Kaïs Saïed a plaidé pour un retour au pouvoir du peuple. Son ascension fulgurante vient confirmer le rejet du système et de la classe gouvernante issue de la révolution.

Nationaliste arabe musulman

Il entend donner, par des assemblées locales, une gouvernance inversée qui ferait du terrain un lieu de force de propositions, au détriment du Parlement. Pour ce faire, il devrait modifier la Constitution en obtenant le soutien d’une partie du Parlement.

Devenu le nouveau visage d’une Tunisie en pleine transition, ce nationaliste arabe musulman entend remodeler le paysage politique en misant sur une démocratie participative inédite. Novice en politique, il est désormais l’image de la Tunisie au niveau international.

Un homme politique atypique

Sans parti, sans expérience du pouvoir et sans compromissions avec l’étranger, Kaïs Saïed est un homme politique atypique. Spécialiste de droit constitutionnel, il s’est fait connaître du grand public en commentant les premiers pas de la démocratie tunisienne, sur les plateaux de télévision.

Considéré comme intègre et droit, il habite un quartier de la classe moyenne et est surnommé « Robocop » en raison de sa diction saccadée et de son visage impassible. Ses étudiants le décrivent comme un homme austère, mais toujours disponible et à l’écoute. 

Un conservateur sans programme

Il le dit lui-même, il n’a pas de programme, mais prône une décentralisation radicale du pouvoir et a promis de renforcer le rôle social de l’État. Favorable à la peine de mort, opposé à l’égalité homme-femme en matière d’héritage, ses positions conservatrices lui ont valu d’être accusé d’intégrisme.

Mais ses partisans soulignent qu’il n’y a pas de référence religieuse dans ses discours. Il s’est d’ailleurs voulu rassurant, peu après le premier tour, indiquant qu’il ne ferait pas marche arrière sur les acquis en matière de liberté et de droits des femmes.