Islamisme pro-occidental : Le Drian samedi et dimanche au Qatar

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se rendra samedi au Qatar pour une visite de deux jours consacrée à la coopération bilatérale et à la situation internationale, a indiqué aujourd’hui le ministère.

L’opération militaire française au Mali devrait en particulier être évoquée lors des entretiens que le ministre doit avoir avec le prince héritier du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani, et le chef d’état-major des armées. Le Drian rencontrera par ailleurs des industriels français.

La coopération franco-qatarienne en matière de défense est ancienne et basée notamment sur la formation de militaires qatariens. Le Qatar est par ailleurs « un client privilégié de la France » dans le domaine de l’armement, souligne le ministère de la Défense. « Depuis 2007, les prises de commandes se sont élevées à 450 millions d’euros pour 200 millions d’euros de matériels livrés », a précisé le porte-parole adjoint de la Défense, le général Martin Klotz.

Le Qatar a émis à la mi-janvier des doutes sur l’efficacité de l’intervention militaire française contre les groupes islamistes au Mali, estimant que le recours à la force ne règlerait pas le problème et appelant au dialogue. L’émirat a en revanche démenti toute forme d’aide aux islamistes radicaux dans ce pays.
Dans le domaine de l’entraînement militaire, des exercices au cours desquels des unités françaises et qatariennes coopèrent ont lieu régulièrement au Qatar. Du 16 février au 7 mars, l’exercice commun Gulf Falcon 2013 doit rassembler quelque 1.300 militaires français et autant de qatariens, avec la participation de forces terrestres, maritimes et aériennes.

Islamisme pro-occidental: nouvelle ségrégation en Arabie Saoudite

Les magasins saoudiens employant des hommes et des femmes devront désormais ériger une séparation d’au moins 160 centimètres de haut pour empêcher les deux sexes de se côtoyer, a annoncé aujourd’hui la presse du royaume ultraconservateur.
Selon la presse, cette décision est stipulée par un mémorandum signé par le chef de la puissante police religieuse, chargée de veiller au respect de la morale islamique, Abdel Latif Al-Cheikh, et le ministre du Travail Adel Faqih.

En juin 2011, les autorités du Royaume, où la ségrégation des sexes est strictement imposée, avaient ordonné aux magasins de lingerie féminine de remplacer leurs vendeurs, généralement asiatiques, par des vendeuses saoudiennes. Cette décision avait ensuite été étendue aux parfumeries. En décembre, le chef de la police religieuse avait violemment critiqué le ministère du travail, estimant que les nouvelles vendeuses ne bénéficiaient pas « d’une atmosphère adéquate pour travailler » et affirmant que certaines avaient fait « l’objet de harcèlement ».

La décision des autorités d’employer des femmes avait fait suite à une campagne menée sur internet par des femmes exprimant leur gêne face à la présence de vendeurs masculins dans les magasins de lingerie, même si les cabines d’essayage pour femmes restent prohibées dans le royaume. La décision était entrée en vigueur malgré l’opposition du mufti d’Arabie saoudite, cheikh Abel Aziz Al-Cheikh, qui avait estimé que cela mettrait les vendeuses « en contact direct » avec les hommes gérant ces magasins.

Le ministre du Travail avait indiqué que cette décision devait créer à terme jusqu’à 44.000 emplois pour les Saoudiennes, parmi lesquelles le taux de chômage dépasse les 30% selon une étude officielle, alors que le royaume fait appel à quelque huit millions de travailleurs étrangers.