Nouvelle base de données utile dans la zone EUROMED

La Commission Européenne a lancé en coopération avec ITC (Internationational Trade Center) une nouvelle base de données pour faciliter le commerce et l’investissement dans la zone Pan-euroméditérannéenne : zone Pan-euroméditérannéenne.
L’EuroMed Trade Helpdesk, en coopération avec l’Export Helpdesk de l’UE, vise à faciliter le commerce et l’investissement dans la région euro-méditerranéenne. Utilisez-le pour analyser les opportunités d’affaires et les exigences d’accès aux marchés, ou envoyer une demande pour se connecter avec notre réseau d’institutions pour vous aider à trouver plus d’informations de marchés sur l’Algérie, l’Egypte, Israël, la Jordanie, le Liban, le Maroc, l’Etat de Palestine et la Turquie.
Le site est disponible en Anglais, Français, Turc et Arabe
Infos disponibles  :
– statistiques commerciales
– droits de douane
– TVA et droits d’accises
– exigences de marchés générales et spécifiques aux produits
– nouvelles des évènements
– Contacts d’entreprises
Cette utilisation est soumise à enregistrement préalable sur la base

Communiqué

 

L’UpM et ANIMA Investment Network lance deux projets de coopération régionale pour promouvoir l’investissement inclusif en Méditerranée

  • Le Secrétariat général de l’UpM, ANIMA, et iesMed ont lancés deux projets Euro-Méditerranéens visant à développer les investissements qui contribuent à la croissance inclusive en Méditerranée .
  • Une intégration régionale plus efficace est essentielle pour assurer un meilleur avenir socio-économique dans la région. Une connexion élargie, le commerce, l’investissement ainsi qu’une voie stable vers le développement durable pourrait fortement accroître la compétitivité de l’ensemble de toute la région Euro-Méditerranéenne dans l’économie mondiale.

La promotion de la coopération économique régionale et l’intégration est au cœur des projets labellisés de l’UpM. Le projets EDILE et EMIPO ont été lancés à Barcelone par le Secrétariat général de l’UpM, ANIMA Investment Network – la plateforme de coopération pour le développement économique en Méditerranée -et, iesMed -la plateforme de coopération pour stimuler l’Economie Sociale Méditerranéenne. Le lancement a eu lieu lors de la Conférence “Promotion de l’investissment inclusif en Méditerranée”  qui s’est déroulée les 14-15 mars au siège de l’UpM.

 

L’intégration économique régionale a un fort potentiel de croissance. Une étude récente menée par le Secrétariat général de l’UpM indique la répartition suivante des flux commerciaux dans la région : 90% au sein de l’UE ; 9 % entre l’UE et ses voisins du Sud ; et seulement 1 % chez les voisins du Sud de la Méditerranée. Les accords d’association et d’autres instruments de libre-échange ont fourni un encadrement positif pour le développement des relations économiques en Méditerranée. Cependant, le PIB de l’UE par habitant est toujours en moyenne 6 fois plus élevé que dans les pays méditerranéens du Sud. En 2014, la balance commerciale de l’UE avec ses partenaires UpM du Sud a eu un excédent de 49 milliards d’euros, ce qui représente le deuxième excédent commercial le plus important et compensant plus d’un tiers du déficit commercial de l’UE avec la Chine*.

 

EDILE s’inscrit dans une approche régionale et propose un label reconnaissant les investissements ayant un  impact  positif au plan local, afin de contribuer à générer davantage de retombées  notamment en matière d’emploi, de sous-traitance et de respect de l’environnement.

 

EMIPO est un projet euro-méditerranéen majeur visant à développer les investissements privés et les partenariats d’affaires dans la zone euro-méditerranéenne en renouvelant l’intérêt des PME pour  ce marché régional.

 

Emmanuel Noutary, Délégué Général d’ANIMA, souligne que ce nouveau partenariat associant acteurs publics et privés « s’inscrit dans la durée pour s’attaquer aux déficits de partage de richesse, d’investissement et d’intégration ».  Claudio Cortese, Premier Secrétaire Général Adjoint de l’UpM, ajoute «le développement du secteur privé, le soutien à la création d’emplois, la répartition équitable des bénéfices économiques ainsi que le renforcement de la coopération et de l’intégration régionale sont des facteurs clés contribuant au développement socioéconomique et à la stabilité de la région »

 

La conférence a mobilisé plus de 55 acteurs du développement économique et de l’économie sociale des deux rives de la Méditerranée, des organisations telles que les agences d’investissement national, les ministères, les organismes de développement, les fédérations professionnelles, les chambres de commerce, des institutions internationales de développement et les entreprises.

Algérie : hausse des IDE en 2013

Avec 31 projets, les investissements en partenariat avec l’étranger enregistrent une hausse de 244 % en nombre et 588 % en valeur par rapport au premier trimestre de 2012. Le taux des investissements déclarés a atteint 108%, comparé à la même période de 2012, ce qui représente une prévision de 75 075 emplois créés, contre 45.503 emplois à la même période de référence, soit une augmentation de 65%. En ce qui concerne les secteurs d’investissement, c’est le transport qui se taille la part du lion avec 2264 projets, suivi du BTPH (924 projets), de l’Industrie (825), des Services (547), de l’Agriculture (85), du Tourisme (68) et enfin la Santé avec 43 projets.

Les Autrichiens estiment qu’il y a beaucoup d’opportunités d’investissement en Tunisie

“Motivées par leurs stratégies de développement, plusieurs entreprises autrichiennes, opérant dans divers secteurs d’activités, souhaitent aujourd’hui investir en Tunisie”. C’est le vice-chancelier autrichien et ministre des Affaires européennes et internationales, Michael Spindelegger, qui l’a déclaré mercredi 16 mai à Tunis.
Selon lui, «des opportunités d’investissement existent en Tunisie, berceau du Printemps arabe», au terme de la rencontre qu’il a eue avec le ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem. Dans ce cadre, M. Spindelegger a annoncé que plusieurs hommes d’affaires tunisiens seront invités en 2013 à la 5e édition du forum de l’Alliance des civilisations qui aura lieu à Vienne.
Il a également affirmé que son pays était disposé à soutenir la transition démocratique en Tunisie.
Encore une promesse supplémentaire de soutien à la Tunisie, mais pour l’heure on doit patienter.

Tunisie : un ‘code unique’ pour la promotion des investissements étrangers

Redorer l’image tunisienne à l’étranger, tel est l’objectif du plan d’actions adopté par le gouvernement tunisien le 06 avril 2012.

La promotion du pays est au cœur d’une nouvelle réforme économique. En effet, le gouvernement souhaite encourager les investissements étrangers en instaurant un « code unique » regroupant des textes de loi d’incitations à l’investissement afin d’assurer la croissance économique. Pour ce faire, le développement du marché intérieur est supposé soutenir le financement de cet amendement estimé à 9,8 milliards d’euros.

Le Canada, la Malaisie, la Turquie et les pays du Golfe sont autant de pays visés par la Tunisie dans le cadre de futures interventions promotionnelles du pays.

Pour en savoir plus, lire l’article intégral sur Audinet Tunisie


Maroc/Investissements: l’AMDI accueille la Banque Palatine à Tanger

L’Agence Marocaine de Développement des Investissements (AMDI) accueillera du 30 novembre au 2 décembre une délégation de la Banque Palatine, banque des moyennes entreprises et des ETI du Groupe BPCE (2ème groupe bancaire français) à Tanger. Cette délégation sera composée d’entreprises françaises des secteurs automobile et électronique. Elle visitera notamment  le port de Tanger Med et Tanger Free Zone, deux plateformes industrielles prêtes à accueillir les entreprises françaises grâce à leurs équipements, aux facilités d’accès et aux nombreux avantages proposés. Daniel Karyotis, Président du Directoire de la Banque Palatine, accompagnera la délégation.

 

 

Cette mission fait suite à un premier succès, au mois de mars 2011, qui avait permis à une dizaine de clients de la Banque Palatine, dans la perspective du développement de leur courant d’affaires avec le Maroc, de rencontrer des acteurs locaux susceptibles de devenir clients, fournisseurs ou partenaires.

Cette deuxième visite permettra de faire découvrir l’offre marocaine aux acteurs de deux secteurs industriels prioritaires. C’est aussi une nouvelle occasion pour la Banque Palatine d’accompagner à l’international les entreprises de taille intermédiaire (ETI).

 

Pour l’AMDI, cette démarche s’inscrit dans la ligne fixée par le Plan Emergence, programme ambitieux qui vise, entre autres, à proposer les conditions les meilleures pour des implantations industrielles, que cela concerne les infrastructures, la qualification du personnel, les conditions fiscales et administratives d’accompagnement de l’implantation.

« Cette collaboration productive avec la Banque Palatine permet au Maroc  de faire découvrir son offre à des entreprises soucieuses  de renforcer leur compétitivité à l’aide d’une installation au Maroc et à tirer profit notamment de la qualité des infrastructures, d’un personnel performant et de coût compétitifs», a commenté M. Fathallah Sijilmassi, Directeur Général de l’Agence Marocaine pour le Développement des Investissements.

 

Pour Daniel Karyotis, Président du Directoire de la Banque Palatine, « la présence à l’international est aujourd’hui une nécessité pour les ETI. En tant que Banquier partenaire, la Banque Palatine se doit donc de les accompagner. C’est pourquoi, ce partenariat avec l’AMDI est pour nous une nouvelle occasion de leur faire découvrir le Royaume du Maroc qui connaît actuellement une forte croissance économique, qui possède des infrastructures modernes et un environnement propice aux investissements. »

 

A propos de la Banque Palatine :

La Banque Palatine, banque des entreprises et du patrimoine du Groupe BPCE, accompagne les entrepreneurs aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Elle déploie son expertise auprès des moyennes entreprises et des ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire). Son réseau de 52 agences en France en synergie avec les métiers d’expertise (gestion privée, corporate finance, immobilier, international, salle des marchés…) accompagne aujourd’hui plus de 8 500 entreprises et 110 000 clients privés. www.palatine.fr


Maroc Une délégation belge intéressée par l’immobilier

Le secrétaire d’Etat chargé du Développement territorial, Abdeslem El Misbahi, a reçu lundi à Rabat, une importante délégation belge venue s’informer des opportunités d’investissement qu’offre le Maroc en matière de promotion immobilière, d’énergies renouvelables, des techniques et matériaux de construction et des villes nouvelles.

La délégation belge, composée de plusieurs hommes d’affaires et de chefs d’entreprises belges, est conduite par le ministre chargé des finances, du budget, de la fonction publique et des relations extérieures du gouvernement de la région de Bruxelles-Capitale, Luc Vanraes.

Lors de cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre du renforcement des liens de coopération entre le Maroc et la Belgique, M. El Misbahi a salué les bonnes relations que les deux pays entretiennent sur le plan politique, et appelé à renforcer davantage le partenariat économique et social, indique mardi un communiqué du Secrétariat d’Etat chargé du Développement territorial.

M. El Misbahi a également passé en revue les grands chantiers engagés par le ministère de l’Habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace, mettant l’accent en particulier sur les opportunités d’investissements immobiliers.

Cette visite, qui s’est caractérisée par des entretiens techniques avec des responsables du ministère et par des visites de terrain, notamment au niveau des villes nouvelles en cours de réalisation (Temesna), a été, pour les deux ministres, l’occasion de “mettre en exergue certains chapitres d’intérêt commun à développer dans un cadre de coopération bilatérale, en l’occurrence, l’aménagement du territoire et le développement rural”, ajoute la même source.

 

Tunisie Télécom, plus de 900 MDT d’investissements entre 2009 et 2011

Tunisie Télécom développe une politique d’investissement soutenue; ainsi, au cours des exercices 2009-2010 et compte tenu de ses prévisions pour 2011, le cumul de ses investissements devrait dépasser les 900 millions de dinars.
Ces investissements sont réalisés dans le cadre du développement, de l’amélioration et de l’introduction de nouvelles technologies.
En 2009, certains investissements ont concerné l’équipement informatique, l’acquisition de solutions de gestion de réseaux et le système d’information de l’entreprise.
En 2010, des investissements pour près de 270 millions de dinars ont été engagés pour la finalisation de l’acquisition de TopNet, pour la mise en place d’un réseau mobile de troisième génération (3G), et notamment pour l’extension du réseau GSM.
Pour 2011, Tunisie Télécom prévoit d’investir près de 300 millions de dinars, notamment dans l’accentuation de son réseau 3G; mais également dans la modernisation de son réseau commercial et dans la mise en œuvre de la construction d’un nouveau siège social.
Au 31 décembre 2009, le total de ses engagements financiers s’élève à 749 millions de dinars; ses dotations aux amortissements ont atteint, pour l’exercice 2009, 255 millions de dinars.

France-Algérie : ” Une nouvelle étape”

La Secrétaire d’Etat chargée du Commerce extérieur (ci-dessous), Anne-Marie Idrac, a fait état aujourd’hui d’une “nouvelle étape” dans les relations franco-algériennes à l’occasion d’une visite de deux jours à Alger.

Ce terme, a-t-elle indiqué lors d’une conférence de presse, a été utilisé par le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia qui l’a reçue lundi. Elle a évoqué aussi “un rythme nouveau dans la relation France-Algérie”, principal sujet de ses discussions avec la partie algérienne.

Mme Idrac, qui était accompagnée de plusieurs chefs d’entreprises, a précisé qu’elle n’avait pas parlé avec ses interlocuteurs “de problèmes politiques”. Elle a surtout insisté sur la “volonté du gouvernement français et des entreprises françaises de développer les investissements en s’inscrivant complètement dans la logique” de développement et de partenariat définis par le gouvernement algérien.

Elle s’est d’ailleurs refusée à commenter la nouvelle loi de finances complémentaire 2010 qui recadre sinon restreint les investissements étrangers et qui doit être votée mercredi par le Parlement.

La visite de la Secrétaire d’Etat a eu lieu après celle, le 20 juin, du secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, et en prévision d’une mission de l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Ce dernier a été chargé au début du mois par le président Nicolas Sarkozy de faciliter et de développer les investissements bilatéraux.
Il devrait, selon des sources diplomatiques françaises, arriver vers la fin du mois de novembre en Algérie.

Source AFP