Algérie : de nouvelles restrictions à l’import

Le ministre algérien du Commerce, Mohamed Benmeradi a annoncé récemment la volonté du gouvernement de réduire les importations. Après avoir atteint 46,7 milliards de dollars en 2016, elles devraient encore osciller entre 40 et 41 milliards de dollars à la fin de l’année.
Le Conseil des ministres a adopté un projet de loi portant amendement de la Loi de 2009 relative à la protection du consommateur et à la répression des fraudes.
Cette révision a pour but de palier aux insuffisances de ladite législation apparues après dix années de mise en œuvre. A ce titre, il est notamment proposé d’enrichir cette législation, notamment en matière de spécifications de conformité,  de modalités du service après-vente,  de mesures conservatoires pour des produits suspectés de contrefaçon,  de clarifications de régime de l’admission temporaire notamment au niveau des établissements spécialisés et des zones sous douanes,  et enfin d’adaptation du régime de sanctions prévues pour la protection des consommateurs et la répression des fraudes.

Pour rappel, le Plan d’action du gouvernement prévoit d’intensifier les actions de contrôle afin d’instaurer la transparence et de lutter contre les pratiques commerciales déloyales.

Tunisie : Deux millions de tonnes de céréales à importer, début 2011

  • La Tunisie importera deux millions de tonnes de céréales , au début de l’année 2011. Selon l’agence Reuters, ces importations compenseront le déficit qui a affecté l’actuelle saison. La production suffira uniquement à couvrir la consommation locale jusqu’au mois de janvier ou février 2011. A noter que la récolte pour cette saison a fortement reculé de 56% soit 1,1 million de tonnes contre 2,5 millions de tonnes en 2009.
    Sur l’échelle internationale, la sécheresse et les incendies qui ont touché la Russie ont provoqué une hausse des prix des céréales de 60% par tonne pour atteindre 302 dollars contre 190 dollars auparavant. Il est à noter que les besoins annuels de la Tunisie en céréales sont estimés à 1,5 million de tonnes.
    Selon les chiffres disponibles, les quantités de céréales collectées jusqu’au 19 juillet 2010, s’élèvent à 4,8 millions de quintaux, contre 8,7 millions de quintaux une année auparavant. La baisse des pluies a nettement affecté la récolte de cette année. On compte 3,7 millions de quintaux de blé dur, 0,8 million de quintaux de blé tendre, 0,3 million de quintaux d’orges et 18 000 quintaux de triticale.
    Concernant les fourrages d’automne, la récolte de foins a atteint 596 000 tonnes, contre 900 000 tonnes l’année dernière. Celle de sillages a atteint 424 000 tonnes (523 000 tonnes en 2009). Pour les fourrages verts, la récolte a atteint 1,6 million de tonnes (2,1 millions de tonnes l’année dernière).
  • Selon l’agence TAP, la superficie des terres cultivées en fourrages d’été est estimée à environ 21 000 hectares, contre 20 000 hectares la saison précédente outre la programmation de 326 300 hectares pour le fourrage d’automne pour la saison prochaine, dont 48 600 hectares irrigués.
    Les réserves globales de ressources fourragères ont atteint, à la fin de juin 2010, environ 720 000 tonnes. Elles englobent 470 000 tonnes de sillages qui couvrent les besoins de 10 mois, 1 200 000 tonnes d’avoines et 65 000 tonnes d’orges fourragères. La quantité d’orge locale collectée par les privés varie entre 250 et 270 000 tonnes.