Tunisie : Encore une démission d’un ministre expérimenté

Le ministre tunisien de la Planification et de la coopération internationale Mohamed Nouri Jouini a présenté sa démission du gouvernement provisoire lundi, juste après son collègue de l’Industrie et de la technologie, Afif Chelbi.

L’agence de presse officielle TAP, qui officialisé l’information, ne précise pas les raisons de ces démissions successives qui interviennent après le départ dimanche du premier ministre Mohamed Ghannouchi, remplacé par Béji Caïd Essebsi, un ancien ministre du premier président de la Tunisie indépendante Habib Bourguiba.

Avec le départ de ces trois personnalités, le gouvernement transitoire ne compte plus désormais aucun ministre ayant fait partie du gouvernement du président déchu Zine el Abidine ben Ali.

Mais dans l’immédiat, ces départs, sont restés sans effet sur les protestataires qui campent dans le centre de Tunis. Lundi, les manifestants ont poursuivi leur sit-in sur la  place de la Kasbah.

 

Ben Ali souhaite des débats télévisés entre le gouvernement et les citoyens

L’objectif étant d’assurer une meilleure communication entre l’administration et le citoyen, une écoute attentive des attentes et des préoccupations des acteurs dans les différents domaines d’activité, un accompagnement médiatique actif pour tout ce qui s’entreprend et se réalise en Tunisie, dans un esprit de franchise et d’ouverture, constituent les contours de la feuille de route que propose le président Ben Ali pour la prochaine étape, en vue d’impulser une plus grande efficacité et une plus large visibilité à l’action gouvernementale, dans le cadre de la concorde et de la confiance.

«Parce que la Tunisie est un pays démocratique, pluraliste où l’information est libre et le citoyen est responsable», savoir informer équivaut à donner un sens à une interrogation fondée, à une action bien menée ou à un processus enclenché.

A l’évidence, renforcer les tribunes de communication entre les ministères et les citoyens témoigne d’une préoccupation première et légitime de fournir, à tous, des informations complètes et pertinentes aux intervenants dans tous les secteurs, et de répondre à leurs requêtes.

La décision présidentielle annoncée récemment par le Premier ministre tunisien « hisse l’action gouvernementale à un palier supérieur en faisant de l’information un puissant levier qui permet à la Tunisie de renforcer son processus de développement dans un esprit d’ouverture et de solidarité, tout en continuant à offrir une vision claire et des perspectives encourageantes ».