Tunisie/UE : «les conditions de sécurité sont bien meilleures en Tunisie», affirme Barroso !

José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, a affirmé l’engagement de l’Europe à faire avancer la coopération avec la Tunisie, vers un partenariat privilégié et un statut avancé, estimant que la transition démocratique dans ce pays, peut avoir un impact majeur sur les pays arabes mais aussi, sur le monde entier.
Tenant jeudi, après-midi, au siège de la Commission européenne, à Bruxelles, une conférence de presse conjointe avec Hamadi Jebali, chef du gouvernement provisoire, Barroso a envoyé un message rassurant aux touristes européens, «les conditions de sécurité sont bien meilleures en Tunisie»
Pour Hamadi Jebali, cette première visite, à Bruxelles, vise à lancer un message fort «la Tunisie veut conclure un partenariat stratégique avec l’Europe», plaidant pour «un petit plan Marshall» pour le pays.
Faisant le bilan de sa visite, à Bruxelles, il a estimé que «beaucoup de résultats positifs ont été réalisés même si la situation économique en Europe ne permet pas de faire plus d’efforts en faveur de la Tunisie».
Il était accompagné, dans sa visite, à l’Union européenne, par une forte délégation ministérielle composée de quatre ministres (finances, tourisme, réforme administrative, affaires économiques et sociales), de trois secrétaires d’Etat chargés, respectivement, de la coopération internationale, des affaires européennes et de l’immigration ainsi que de son conseiller spécial, MondherBen Ayed.


Jaloul Ayed plaide la cause tunisienne auprès des bailleurs des fonds à Washington

Jaloul Ayed, ministre des Finances, vient de participer aux réunions du printemps du Fonds monétaire international (FMI) et du groupe de la Banque mondiale (BM) à Washington où il a eu une série de rencontres avec de hauts responsables de l’administration américaine, de la BM, du FMI, et des ministres du G8.
Un communiqué du ministère précise que ces rencontres étaient principalement axées sur le processus de transition démocratique, la stabilisation de la situation économique et financière en Tunisie et les défis socioéconomiques à relever par le gouvernement intérimaire, notamment au niveau de la création d’emploi au profit des jeunes et du développement régional.
Il a notamment rencontré, les sénateurs John McCain, membre de la commission des services armées, et Lindsey Graham, co-président du sous-comité des dotations budgétaires du sénat, qui ont rendu un vibrant hommage au peuple tunisien, exprimant leur disposition à apporter leur soutien à la Tunisie au sein du Congrès et à faire connaître le potentiel qu’offre la Tunisie aussi bien en tant que pôle d’affaires que destination touristique de choix auprès des opérateurs économiques américains.

M. Ayed a exprimé l’appréciation des autorités tunisiennes pour l’initiative des deux sénateurs américains de créer un fonds Tunisie-Etats-Unis pour l’entreprise.
Par ailleurs, au cours d’une réunion consacrée à la situation en Tunisie et en Egypte, organisée dans le but de mobiliser les ministres des Finances du G8 et groupes de pays et d’institutions financières internationales, Jaloul Ayed a présenté, notamment, les priorités immédiates de la Tunisie. Il fera état du retour progressif de la sécurité, de l’équilibre à maintenir entre la gestion des attentes et des requêtes sociales, d’une part, et la stabilité macro-économique et budgétaire, d’autre part. Il a rappelé dans ce cadre les mesures prises en faveur des chômeurs, pour le redémarrage de l’économie, pour la réduction des disparités régionales et de la pauvreté.
“The Millenium Challenge Corporation“ intéresse la Tunisie
Selon le document du ministère des Finances, la Tunisie porte un intérêt au mécanisme de l’agence américaine «the Millenium Challenge Corporation». Il s’agit d’un mécanisme innovateur d’aide favorisant la croissance économique et la lutte contre la pauvreté. La présidente de ladite agence, Sheil Herrling, a fait part de sa disposition à soutenir la Tunisie et à explorer les différentes possibilités de coopération et d’assistance technique que pourrait offrir cette agence à la Tunisie.
Toujours au chapitre des rencontres, M. Ayed s’est entretenu avec Mme Elizabeth Littefield, présidente de l’Overseas Private Investment Corporation (OPIC), sur les moyens d’impulsion des investissements privés américains en Tunisie, notamment dans des secteurs à forte employabilité des diplômés de l’enseignement supérieur, telles que la finance, les énergies renouvelables et la technologie.
Les deux responsables ont mis l’accent sur la nécessité de faire connaître davantage les opportunités d’investissement qu’offre la Tunisie au secteur privé US.
Au cours le ministre des Finances a participé à une session plénière consacrée à la société civile, la jeunesse et l’entrepreneuriat social, organisée dans le cadre du forum annuel «Etats-Unis monde islamique» par le Brookings Institute, un think tank influent à Washington.