Algérie/élections locales: le FLN et le RND toujours en tête

Le FLN a raflé à l’issue de ce scrutin 603 communes (30,56 %) suivi du RND avec 451 communes (26,21 %), soit la majorité des 1541 communes que compte le pays.
Le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, a annoncé, aujourd’hui, les résultats provisoires  des élections locales tenues jeudi. Le taux de participation a atteint  44,96 % pour les élections des assemblées de wilayas ( APW) et  46, 83% pour les assemblées communales (APC). Ces chiffres marquent une légère progression par rapport au taux de participation enregistré lors des élections locales de 2012 (40,92% pour les APW et 44,26% pour les APC).

Les suffrages exprimés sont de l’ordre de 10,14 millions pour les APW et 10,5 millions votants pour les APC, a indiqué Bedoui en rappelant que le corps électoral compte 22 883 772 d’inscrits.  Le nombre de bulletins nuls est de 1,8 million dans l’élection des membres des APC et 1,08 million pour les APW.

Les résultats annoncés par le ministre de l’Intérieur viennent confirmer la mainmise des partis au pouvoir sur la vie politique en Algérie. Le FLN a raflé à l’issue de ce scrutin 603 communes (30,56 %) suivi du RND avec 451 communes (26,21 %), soit la majorité des 1541 communes que compte le pays. Le Front Elmoustakbel a obtenu 71 communes, le FFS 64, le MPA 62, puis vient le MSP et le RCD avec respectivement  49  et 37 communes. Les listes indépendantes ont remporté les élections dans 35 APC, TAJ 31 et le FNA 27. Le Parti des travailleurs PT s’est contenté de 17 communes.

Le FLN est arrivé également en tête dans les APW avec 711 sièges (35,48%) suivi du RND avec 527 sièges  (26,30). Le MSP a obtenu quant à lui 152 sièges.

Noureddine Bedoui a soutenu que les élections se sont déroulées dans le « calme » malgré des « incidents  isolés » enregistrés dans certaines régions.

Algérie : Le FLN remporte les élections locales

Le Front de libération nationale (FLN, présidentiel) a remporté la majorité aux assemblées communales (APC, mairies) et aux assemblées départementales, à l’issue des élections locales d’hier en Algérie, a annoncé aujourd’hui le ministre de l’Intérieur Dahou Ould Kablia. Le FLN, qui a déjà la majorité à l’Assemblée nationale, a obtenu la majorité absolue dans 159 municipalités sur les 1.541 que compte le pays et la majorité relative dans 832 communes, a précisé Dahou Ould Kablia.

L’ancien parti unique devance le Rassemblement national démocratique (RND) de l’ex-premier ministre Ahmed Ouyahia qui a remporté la majorité absolue dans 132 communes et la majorité relative dans 215 assemblées communales. Ces deux partis sont suivis par les indépendants qui contrôlent 17 municipalités et du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, opposition laïque) qui a obtenu la majorité absolue dans 13 communes, principalement dans son fief en Kabylie (est d’Alger). La révélation de ce scrutin est le Mouvement populaire algérien (MPA) qui s’assure une majorité absolue dans 12 communes.

Ce parti dirigé par l’actuel ministre de l’Environnement Amara Benyounès a obtenu son agrément dans le cadre des réformes politiques mises en oeuvre en avril 2011 par le président Abdelaziz Bouteflika pour parer à une contagion du Printemps arabe. Le taux de participation à ces élections a été faible, mais il est en hausse par rapport à celui des législatives où il était de 43,1%. Il a atteint 44,27 % des quelques 21 millions d’électeurs, selon les chiffres fournis par Dahou Ould Kablia. Le taux de participation était le principal enjeu de ce double scrutin auquel ont participé 52 formations politiques et 179 listes indépendantes.

Algérie : Les partis politiques se préparent à entrer en compétition

A moins de quatre mois des élections locales, la majorité des partis se prépare activement à entrer dans une compétition “décisive”, autant pour les grandes formations souhaitant consolider leur position sur l’échiquier politique que pour les “petites” pour lesquelles l’obtention de sièges est tributaire de l’établissement de listes communes.

En effet, les partis de l’Alliance présidentielle : le parti du Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND), multiplient, chacun de son côté, les rencontres pour mobiliser leurs bases en prévision des élections des Assemblées populaires communales (APC) et de wilaya (APW) du 29 novembre 2012.

Belkhadem : “redoubler d’efforts”

Le secrétaire général du parti du FLN, Abdelaziz Belkhadem, a indiqué que les prochaines élections “sont plus difficiles comparées aux législatives, car il s’agit, a-t-il dit, de confirmer notre victoire du 10 mai dernier et maintenir intact la confiance investie en nous par le peuple algérien”, invitant les militants de son parti à “redoubler d’efforts et à être constamment à l’écoute des citoyens”.

Considérant ces élections locales d’une importance “cruciale”, M.Belkhadem a souligné que le parti du FLN doit “les appréhender avec sérieux et détermination afin d’assurer la victoire” et confirmer ainsi sa place de “première force politique” dans le pays.

Ahmed Ouyahia lance un appel à la mobilisation

De son côté, le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, a lancé un appel à la mobilisation et au rassemblement lors du prochain scrutin, mettant l’accent sur la nécessité d’établir des listes de candidats et candidates capables de prendre en charge les préoccupations quotidiennes des citoyens à travers les 1.541 APC et 48 APW.

Le RND, qui a installé une commission nationale chargée de préparer cette échéance électorale, a annoncé que les listes de candidature pour les APC étaient ouvertes à tous les citoyens, notamment les femmes et les jeunes, alors que celles des APW étaient limitées aux seuls militants de cette formation politique.

Nahda se réunit à la fin du mois pour débattre de sa participation ou non

Le secrétaire général du mouvement Nahda, Fateh Rebiai, a annoncé, pour sa part, que le conseil consultatif national du mouvement se réunira à la fin du mois d’août pour débattre de la participation ou non aux locales, soulignant que la décision “dépendra des garanties présentées par les autorités pour assurer la crédibilité du scrutin”.

Il a ajouté que s’il y a participation, elle se fera dans le cadre de “l’Alliance de l’Algérie verte” qui regroupe son parti et les mouvements de la société pour la paix (MSP) et El Islah.

El Islah pour une “alliance politique”

Le secrétaire général du mouvement El Islah, Hamlaoui Akouchi, a, quant à lui, affirmé que son parti soutenait la formation d’une “alliance politique” avec les différents courants islamiques dans le pays, précisant que la décision sur la participation de son parti aux élections locales sera annoncée durant l’université d’été prévue du 21 au 23 septembre dans la wilaya de Boumerdes.

FFS en réunion extraordinaire

Le conseil national du Front des forces socialistes (FFS), formation ayant réussi à décrocher 27 sièges à la nouvelle Assemblée populaire nationale (APN) après son boycott des législatives de 2003 et 2007, se réunit vendredi en session extraordinaire consacrée aux élections locales.

Lors de cette session, il sera procédé à la présentation du code des élections locales du FFS définissant les critères de candidatures et d’établissement des listes électorales du parti, ainsi que l’organisation et la participation à ce rendez-vous électoral.

Le PT pour “”davantage de garanties”

Le Parti des travailleurs (PT) a, lui, consacré une bonne partie de son université d’été à préparer les élections locales, à travers la mise en place d’ateliers de travail chargés d’élaborer un plan d’action.

La secrétaire générale du PT, Louiza Hanoune, a demandé “davantage de garanties” pour encourager les formations politiques à participer aux prochaines échéances électorales, exigeant “l’assainissement” du fichier électoral et le retrait des magistrats des commissions électorales, leur présence “n’ayant fait, selon elle, qu’alourdir la machine électorale”.

Belkacem Sahli (ANR) appelle les nouveaux partis à se regrouper

Plusieurs autres partis ont déjà annoncé leur participation aux élections locales, à l’instar de l’Alliance nationale républicaine (ANR), dont le secrétaire général, Belkacem Sahli, a appelé les nouveaux partis à se regrouper autour de listes communes pour “multiplier les chances de succès”.

Le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Daho Ould Kablia, a déclaré récemment que les partis politiques n’ayant pas la possibilité d’atteindre le taux de 7% exigé aux élections locales pour prétendre à des sièges, “n’auront d’autres choix que de se rassembler dans des listes communes”.

“Je crois qu’avec le taux de 7% requis pour qu’une liste de parti ou indépendante soit acceptée, il ne restera que deux à trois partis qui pourront dépasser cette barre au niveau national. Plusieurs partis seront laminés. Le seul choix qui reste pour beaucoup de formations, ce sont les regroupements et les alliances électorales”, a-t-il estimé.

Source APS