L’Union européenne alloue 200 millions d’euros au Maroc

  • L’Union européenne (UE) et le Maroc ont signé vendredi à Rabat deux accords de financement “en faveur du développement social” du Royaume et de la “compétitivité” de son secteur privé, pour un montant de 200 millions d’euros.

Ces accords ont été paraphés par le ministre marocain de l’Economie Mohamed Ben Chaaboune et le commissaire autrichien Johannes Hahn, chargé de la politique européenne de voisinage et d’élargissement. Le premier, baptisé “compétitivité et croissance verte” et doté d’environ 100 millions d’euros, sera dédié au secteur privé marocain, a annoncé la délégation de l’UE au Maroc. Le second, doté du même montant, vise à “renforcer le programme de protection sociale”, alors que le Maroc est marqué par de criantes inégalités sociales et territoriales.

Le responsable de l’UE s’est également entretenu avec le chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani et le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita. “Notre visite a pour objectif de donner une nouvelle impulsion aux relations maroco-européennes”, a affirmé M. Hahn à l’issue des entretiens. “Le Maroc et l’UE qui partagent des relations très anciennes, sont amenés aujourd’hui à adapter ces relations au nouveau contexte et aux attentes des deux parties”, a souligné de son côté le chef de la diplomatie marocaine.

Tunisie : Création de 425 000 emplois au cours du prochain quinquennat

Taoufik Baccar, en sa qualité de membre du Comité central du RCD, a donné une conférence portant sur “Les dimensions économiques et sociales du programme présidentiel pour le prochain quinquennat”, et ceci à l’occasion de l’université d’été du RCD, à Tabarka dans le nord du pays (du 30 juillet au 1er août 2010). Au passage, il a rappelé les différentes réformes financières ayant ont permis de réduire les impacts de la crise financière et économique internationale.

Selon la TAP, M. Baccar a affirmé que le programme présidentiel “Ensemble, relevons les défis 2009-2014, qui a tenu compte des mutations internationales, contribuera à réaliser un saut qualitatif dans les domaines économique et social. Il permettra, à ce titre, d’améliorer la compétitivité de l’économie nationale, de parvenir à davantage de progrès social et de créer des emplois.

Et l’emploi étant la priorité des priorités, l’objectif du programme présidentiel mise sur la création d’au moins 425 000 emplois au cours du prochain quinquennat. Pour ce faire, le gouverneur de la BCT a indiqué que le rendement des mécanismes et structures concernés directement ou indirectement par l’emploi sera amélioré. Parallèlement, les mécanismes d’installation à son propre compte seront promus, outre la facilitation de l’accès au financement et le développement des mécanismes d’insertion professionnelle.

M. Baccar a passé en revue les réformes financières décidées, lesquelles ont permis de réduire les impacts de la crise financière et économique internationale, rappelant notamment que la Tunisie a réussi à conserver son rang au niveau des agences internationales de notation.

TAP