Le Maroc et la Chine renforcent leur coopération

Le 12 mai dernier, le Maroc et la Chine ont signé 15 conventions scellant des partenariats public-privé. Ces conventions ont été signées dans le cadre de la visite officielle du roi Mohammed VI à Pékin. La première prévoit la création d’un parc industriel et résidentiel entre le Maroc et le groupe chinois Haite qui opère dans plusieurs secteurs comme l’aviation civile et militaire, les pièces aéronautiques, l’énergie, les mines ou encore l’assurance et l’immobilier. Ce parc industriel sera situé dans la région de Tanger. Le groupe Haite a également signé un mémorandum d’entente avec Morocco-China International et BMCE Bank of Africa. Celui-ci marque la création d’un autre parc industriel sino-marocain et d’un fonds d’investissement d’un milliard de dollars. Ce fonds cible les secteurs aéronautique, financier, les infrastructures et parcs industriels. Il permettra la création d’une société de gestion de fonds et le renforcement du partenariat dans les domaines de l’assurance vie en Chine, du leasing d’avions, ainsi que d’un partenariat technique pour le lancement d’une banque dédiée au secteur des nouvelles technologies en Chine. L’ensemble de ces contrats représentent plusieurs milliards de dirhams d’investissement.


Après l’Egypte, Pékin met les “ONG” étrangères sous surveillance

C’est une nouvelle étape de la préservation de l’Empire du Milieu défendue par le président Xi Jinping. Les organisations non gouvernementales étrangères travaillant en Chine dans l’humanitaire, l’environnement, la recherche académique ou bien les chambres de commerce, seront placées sous le contrôle direct de la police, selon une nouvelle loi adoptée par la chambre d’enregistrement du gouvernement, jeudi. À partir de l’an prochain, ces ONG devront obtenir l’agrément des services de sécurité. Elles seront sous la menace d’une fermeture, si elles «portent atteinte aux intérêts nationaux», ou «menacent les intérêts de la société». Des critères définis par le Parti.

Les ONG sont souvent des agences d’influence, d’agitation ou de renseignement

La Maison-Blanche a fait part de sa «profonde inquiétude», appelant Pékin à respecter les «droits et libertés». «Cette loi va entraver les contacts entre les peuples, les échanges universitaires et les activités commerciales, qui sont tous des éléments cruciaux de notre relation bilatérale», avait souligné Hans-Dietmar Schweisgut, l’ambassadeur de l’UE en Chine, dans une lettre qui lui valu un éditorial au vitriol du quotidien nationaliste Global Times.

Les milliers d’ONG étrangères – souvent des agences d’influence, d’agitation ou de renseignement – devront communiquer leur programme annuel de travail et leurs informations financières. Elles ne pourront recruter de «membres» chinois, sauf autorisation spéciale. La collecte de fonds leur sera également interdite. Cette loi vise à «bâillonner» la société civile, selon Amnesty International.

La méfiance justifiée de Xi Jinping

Cette nouvelle mesure s’inscrit dans la grande reprise en main idéologique pilotée par Xi Jinping. Lors de son arrivée au pouvoir, un document confidentiel distribué aux hauts cadres ciblait les «forces hostiles» de «l’Occident», accusées de comploter contre la mainmise du Parti sur la société. En 2013, ce «Document 9» mettait en garde contre le danger de valeurs, telles que la «société civile», la «démocratie constitutionnelle» ou la «liberté de la presse». À l’époque, les Printemps arabes manipulés par de nombreuses ONG occidentales, notamment américaines, avaient alerté le régime. A l’époque, l’Egypte avait expulsé certaines ONG et leurs dirigeants spécialisés dans l’agitation aussi bien sur Internet que dans les rues…

«Les dirigeants actuels sont beaucoup plus actifs que par le passé pour définir les règles et les limites. Il est clair que cette loi a été mise en place pour des objectifs de sécurité», estime Jia Xijin, professeur à l’Université Tsinghua, à Pékin. Elle complète une loi sur la sécurité nationale adoptée l’an dernier, offrant les armes juridiques permettant d’arrêter certains agitateurs étrangers, selon la notion «d’État de droit» à la chinoise cher au Président.

Sous la pression internationale (lire occidentale), Pékin a légèrement adouci son texte en autorisant les ONG à travailler temporairement dans le pays en partenariat avec des organisations locales. Une concession dénoncée comme en trompe l’œil, puisque les organisations chinoises opèrent sous le contrôle étroit des autorités. «Le défi le plus urgent pour les ONG est désormais de décider si elles veulent rester en Chine», juge Jia Xijin.

Elles sont les «bienvenues», a expliqué un porte-parole de l’Assemblée nationale populaire, à condition de «respecter les lois chinoises»…ce que ne supportent pas les néo-colonialistes et autres tenants de la pensée unique.


La Chine appelle Israël à cesser “l’offensive à Gaza”

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a appelé dimanche Israël à mettre fin à “son offensive à Gaza et à lever le blocus imposé à l’enclave palestinienne depuis 2006”.

M. Wang s’exprimait lors d’une conférence de presse commune avec son homologue égyptien Sameh Choukri au Caire, où se tiennent des discussions en vue d’une trêve dans la bande de Gaza.

“Les deux camps, les Israéliens et les Palestiniens, doivent immédiatement et totalement cesser le feu, y compris les raids aériens, les opérations au sol et les tirs de roquettes pour sauver les personnes et la paix dans la région”, a déclaré le chef de la diplomatie chinoise, promettant une aide d’1,5 million de dollars (1,1 million d’euros) à Gaza.

La Chine appuie les demandes du Hamas

“Toute action qui implique un usage excessif de la force et qui conduit à des victimes civiles est inacceptable”, a-t-il encore dit, ajoutant qu’Israël devait lever le blocus de la bande de Gaza et libérer des prisonniers, deux demandes du Hamas préalables à tout cessez-le-feu.

Le ministre chinois a néanmoins déclaré que la sécurité d’Israël devait être prise en compte.

France/Insécurité: des miliciens chinois protégerons leurs touristes

  •  Des “patrouilleurs” chinois, policiers pour la plupart, seront déployés cet été sur les sites touristiques en France afin “de faire de la prévention” pour leurs compatriotes face aux pickpockets, a indiqué le ministère français de l’Intérieur qui abandonne ainsi une de ses missions à des étrangers. Ils auront une “mission de prévention” auprès et avec la police française.

 

Paris attire de plus en plus de Chinois qui y dépensent souvent des fortunes en produits de luxe mais la multiplication des vols et des agressions dont ils ont été victimes récemment a provoqué de nombreuses protestations en Chine et des mises en garde dans la presse qui accuse la France de laxisme. En mars 2013, un groupe de 23 touristes chinois fraichement débarqué de Roissy avait été la cible de voleurs devant un restaurant situé non loin de l’aéroport.

 

Selon des sources policières, les Chinois, mais aussi les Japonais, sont traditionnellement une “proie privilégiée des pickpockets” car “ils ont souvent de fortes sommes d’argent en liquide sur eux”.

Intensification des flux d’affaires entre l’Afrique et la Chine

Bank of China (BOC) et Nedbank, quatrième banque d’Afrique du Sud, envisagent de promouvoir conjointement les flux commerciaux. Une initiative qui intervient dans un contexte où la première banque internationale de Chine et neuvième banque commerciale au monde envisage d’accroître ses intérêts sur les marchés d’Amérique latine, d’Afrique et du Moyen-Orient. Chez Nedbank, qui a récemment présenté des résultats semestriels en hausse de 13%, on espère de l’alliance qu’elle permette de mobiliser les investisseurs chinois qui, de plus en plus, accourent sur le continent africain, tout comme elle devrait permettre à la banque sud-africaine de profiter de l’expérience chinoise en Afrique afin d’offrir de meilleurs services à sa clientèle.
Source : ADAC

Maghreb: La Chine construira l’Opéra d’Alger

Les autorités de Pékin ont promis de construire l’Opéra d’Alger (d’une superficie de 1.800 m2) dont le coût d’investissement est estimé à 30 millions d’euros. C’est la ministre de la Culture, Khalida Toumi, qui a annoncé la “bonne“ nouvelle alors qu’elle recevait une délégation chinoise chargée de la réalisation de cet opéra, en précisant que la pose de la première pierre aura lieu le 1er novembre 2012 dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance nationale.
Selon le site www.afrik.com, qui rapporte l’information, «l’idée de réalisation remonte à 2006, lors de la visite du président Abdelaziz Bouteflika en Chine. La totalité de la construction est donc prise en charge par le groupe Beijing qui a réalisé le grand stade et l’Opéra de Pékin».

Une ligne aérienne directe Maroc-Chine pour bientôt

Voici l’un des chantiers sur lesquels les deux pays planchent, afin d’intensifier les échanges commerciaux sino-marocains. À l’occasion d’une visite à Pékin, Youssef Amrani, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la coopération, a rencontré le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Zhang Ming, pour la mise en place d’un partenariat stratégique Maroc-Chine. Selon le ministre marocain, il s’agit de «l’élargissement et de l’approfondissement de la coopération bilatérale dans tous les domaines, en portant un intérêt particulier aux niches novatrices».

Syrie: la Belgique opte pour la guerre !

  • Une intervention “humanitaire” avec une protection militaire sur le terrain sera nécessaire en Syrie si le régime du président Syrien Bachar al Assad continue sur la voie de la “barbarie”, a affirmé aujourd’hui le chef de la diplomatie belge Didier Reynders.

    “Le régime a pris le chemin de la barbarie et je fais de moins en moins confiance au président Bachar al Assad”, a-t-il déclaré au cours de l’émission Internationales sur la chaîne de télévision TV5.  “Il y a un plan sur la table avec une échéance, le 10 avril”, a-t-il souligné. “Si ce plan n’est pas respecté, alors il faudra passer à l’étape suivante”, a-t-il affirmé.

  • “Une intervention humanitaire sera nécessaire et elle supposera une présence militaire armée”, a-t-il soutenu.  “Ce point sera débattu lors de la prochaine réunion des amis de la Syrie prévue en France”, a-t-il précisé. “Tout le monde dit qu’il soutient le plan de Koffi Annan (émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe) sur la Syrie. Il va falloir mettre la Russie et la Chine au pied du mur”, a-t-il insisté.

    Le régime du président Bachar al-Assad a annoncé qu’il ne retirerait pas ses troupes des villes dont certains quartiers se sont soulevés à moins de “garanties écrites” de l’opposition, à deux jours de la date limite fixée par l’ONU.

Libye: une délégation de Pékin pour préparer le retour des entreprises chinoises

Une équipe de fonctionnaires et de patrons chinois doit arriver ce samedi 4 février 2012 à Tripoli. Le groupe de décideurs, envoyé par le ministère chinois du Commerce, devrait rester en Libye jusqu’à mercredi prochain. Objectif : préparer le retour des entreprises chinoises dans le pays, alors que l’opinion publique se montre de plus en inquiète sur les dangers encourus par les travailleurs chinois envoyés à l’étranger.

Cette mission des fonctionnaires chinois en Libye était prévue de longue date a indiqué Pékin. Elle intervient malgré tout dans le contexte tendu des enlèvements dont été victimes des ressortissants chinois en Egypte et au Soudan.

Après la «marche vers l’extérieur», à savoir cette formidable expansion des entreprises chinoises ces dernières années en Afrique et notamment dans des régions à risques, Pékin avance aujourd’hui avec prudence. Les images des 36 000 Chinois rapatriés de Libye, l’hiver dernier, sont encore dans toutes les mémoires.

Du 4 au 8 février, «l’équipe se rendra à Tripoli et à Benghazi pour vérifier les dommages endurés par les entreprises chinoises lors du conflit» précise le communiqué officiel. Il s’agira aussi «d’échanger des points de vues avec des responsables libyens sur de futurs projets ou la reprise de projets déjà engagés par les entreprises chinoises avant la guerre civile».

La délégation est composée de fonctionnaires du ministère de la Coopération économique et de patrons. Les autorités évoquent notamment la présence du groupe du BTP Gezhouba chargé de la construction de plus de 7 000 habitations. Autres participants, les leaders de la téléphonie Hua Wei ou ZTE également, qui ont déjà des équipes sur place.

Réseau électrique, chemins de fers, raffineries, infrastructures: avant la guerre soutenue par la Coalition occidentale, 75 entreprises chinoises étaient présentent en Libye avec près de 18, 8 milliards de dollars de contrats. Mais c’est un beaucoup plus gros gâteau que visent aujourd’hui les Chinois : selon les experts, la reconstruction en Libye devrait coûter au moins 100 milliards de dollars.

Hu Jintao: “Nous entrons en guerre si les Etats Unis attaquent l’Iran”

Le président chinois a averti les Etats Unis : ” en cas d’une intervention militaire contre l’Iran, la Chine entretra immédiatement et directement en guerre contre les Etats Unis”.

 

Selon le bulletin du département d’état Us (Europian Union Times), le président Hu Jintao a affirmé à son homologue russe et son premier ministre (Vladimir Poutin) que la seule voie permettant stopper une intervention militaire américaine contre l’Iran est une action armée.

 

Jin Tao a également souligné que la marine chinoise était en état d’alerte. ” On fera la guerre même si cela déclenche la troisème guerre mondiale, a affirmé le président chinois.