Maroc: Danone baisse les prix du lait pour stopper le boycott

Le P-dg de Danone, Emmanuel Faber, a annoncé une baisse d’environ 10% sur certaines briques de lait pasteurisé et le lancement d’un “format économique” pour contrer le boycott qui a fait chuter ses ventes au Maroc depuis mai.

Le chiffre d’affaire de Centrale Danone – détenu à 99,68% par le groupe français – a baissé de 40% au second semestre, à la suite d’un mystérieux mouvement de boycott contre la “cherté de la vie” lancé sur les réseaux sociaux. 

Forme inédite de protestation anonyme

Les stations-service Afriquia et l’eau minérale Sidi Ali, également leaders sur leur marché au Maroc, sont également visées par cette forme inédite de protestation anonyme que le gouvernement marocain n’a pas réussi à juguler. 

Danone, qui veut “être à l’écoute des consommateurs” a décidé de baisser le pack de lait de 470 ml de 3,5 à 3,2 dirhams (0,32 à 0,29 EUR), “à prix coûtant”, en renonçant à ses marges, a dit Emmanuel Faber au cours d’une conférence de presse diffusée sur Facebook. Il a aussi annoncé le lancement d’un nouveau format de 470 ml de lait écrémé à 2,5 dh. 

Ces mesures commerciales ont été décidées au terme d’une vaste campagne de concertation qui ont réuni environ 100.000 personnes dans différentes villes du pays, consommateurs de tous milieux sociaux et tous âges, commerçants ou éleveurs, selon Danone. 

Des gens en difficulté financière

“Il n’y aucune explication rationnelle du boycott et plutôt que d’essayer de le comprendre, on a essayé de l’entendre avec cette consultation: on a entendu qu’il y a des gens en difficulté financière, il y a une question de pouvoir d’achat”, a expliqué Didier Lamblin, le directeur général de Centrale Danone, au cours de la conférence de presse. 

Le boycott représente pour Danone d’une “crise unique, nouvelle, pionnière”, sans précédent “nulle part dans le monde”, a-t-il dit. 

L’impact “très très significatif” du boycott “n’a pas changé en juillet-août (….) et on espère dans les semaines qui viennent voir une partie significative revenir: on a perdu 40% en dix jours, on serait content si on pouvait récupérer 50%”, a-t-il précisé. 

L’objectif premier de Danone est de convaincre “les consommateurs de revenir vers la marque” pour “permettre à l’entreprise de revenir à l’équilibre”, a par ailleurs souligné M. Faber sans exclure des “adaptations” selon les résultats. 

Danone avait décidé dès le mois de mai de ne pas renouveler les contrats de 886 intérimaires et de réduire de 30% son approvisionnement en lait auprès de ses quelque 120.000 éleveurs locaux sous contrat. 

Les footballeurs européens dissuadés de soutenir la Palestine par le lobby des sponsors

Une soixantaine de footballeurs ont lancé jeudi 29 novembre un appel de soutien aux Palestiniens. Dans un communiqué, les joueurs condamnaient la dernière offensive israélienne et appelaient au boycott du Championnat d’Europe des moins de 21 ans prévu en juin là-bas. Mais nous apprenons ce mercredi matin que les sponsors de ces footballeurs, notamment pour les plus connus, les auraient dissuadés de soutenir la Palestine au motif ils ne savaient pas qu’il s’agissait de… la Palestine!

« Nous, footballeurs européens, exprimons notre solidarité avec le peuple de Gaza qui vit depuis trop longtemps en état de siège, et dont on refuse les droits humains les plus fondamentaux : la dignité et la liberté. Les derniers bombardements israéliens à Gaza, provoquant la mort d’une centaine de civils, ont été une nouvelle offensive à la conscience du monde », écrivaient-ils pourtant dans un communiqué détaillé ci-dessous par notre confrère lecourrierdelatlas.com.

Cet appel a été lancé par le footballeur franco-malien, Frédéric Kanouté. Ancienne gloire du FC Séville, l’international malien joue aujourd’hui dans le club chinois de Beijing Guaan. Ce n’est pas un coup d’essai pour le joueur qui avait déjà fait part de son soutien pour la Palestine en janvier 2009 où il avait arboré un maillot griffé « Palestina » qui lui avait valu une amende.

Cette fois, il n’est plus seul. Derrière lui, des signataires de prestige comme Didier Drogba, Karim Ait Fana, Abou Diaby, Ryad Boudebouz, Jérémy Menez ou les frères Ayew ont apporté leur soutien.

Boycott de l’Euro espoir en Israël

« Nous avons appris avec consternation que, le 10 novembre 2012, l’armée israélienne a bombardé un terrain de sport à Gaza, provoquant la mort d’enfants qui jouaient au football », précise le communiqué.

Dans ces conditions, il est hors de question pour les footballeurs de cautionner le championnat d’Europe des moins de 21 ans qui doit se tenir en juin prochain en Israël : « Il est inadmissible que des enfants soient tués alors qu’ils jouent simplement au football, notamment à la veille où Israël va accueillir l’UEFA des moins de 21 ans, se voyant ainsi récompensé alors qu’il commet des actes contraires aux valeurs du Sport ».

Une action qui va dans le sens de celle enclenchée par les organisations de défense de droits des Palestiniens qui tentent tant bien que mal d’empêcher la tenue de cet évènement sportif.

Le texte conclut que « malgré le récent cessez-le-feu, les Palestiniens doivent encore subir une éprouvante vie sous occupation. Ils doivent être protégés par la communauté internationale car tout homme a le droit d’aspirer à une vie faite de dignité, de liberté et de sécurité. Nous espérons qu’un règlement juste émergera enfin ».

Souvent moqués, parfois à juste titre, pour leur manque d’implication, les footballeurs ont tentés de prendre là le contrepied du politiquement correct qui prédomine dans le milieu. Avec des grands noms comme Drogba mais aussi Alou Diarra, Mamadou Niang, Hassan Yebda, Eden Hasard ou Steve Mandanda, nul doute que cet appel devrait trouver un écho populaire non négligeable mais pas auprès du lobby des annonceurs et autres sponsors.

Liste des signataires

Gael Angoula, Bastia Sporting Club (France)

Karim Ait-Fana, Montpellier HSC (France)

André Ayew, Olympique de Marseille (France)

Jordan Ayew, Olympique de Marseille (France)

Demba Ba, Newcastle United (Royaume-Uni)

Abdoulaye Baldé, AC Lumezzane (Italie)

Chahir Belghazouani, AC Ajaccio (France)

Leon Best, Blackburn Rovers Football Club (UK)

Ryad Boudebouz, Football Club Sochaux Montbéliard (France)

Yacine Brahimi, Granada Football Club (Espagne)

Jonathan Bru, Melbourne Victory (Australie)

Yohan Cabaye, Newcastle United (Royaume-Uni)

Aatif Chahechouche, Sivasspor Kulübü (Turquie)

Pascal Chimbonda, Doncaster Rovers Football Club (Royaume-Uni)

Papiss Cissé, Newcastle United (UK)

Omar Daf, Football Club Sochaux Montbéliard (France)

Issiar Dia, Lekhwiya (Qatar)

Abou Diaby, Arsenal Football Club (Royaume-Uni)

Alou Diarra, Olympique de Marseille (France)

Soulaymane Diawara, Olympique de Marseille (France)

Samba Diakité, Queens Park Rangers (Royaume-Uni)

Pape Diop, West Ham United (UK)

Abdoulaye Doucouré, Stade Rennais Football Club (France)

Didier Drogba, Shanghaï Shenhua (Chine)

Ibrahim Duplus, Football Club Sochaux Montbéliard (France)

Soudani El Arabi Hilal, Vitoria Sport Club Guimares (Portugal)

Jires Kembo Ekoko, Al Ain Football Club (Emirats Arabes Unis)

Nathan Ellington, Ipswich Town Football Club (UK)

Rod Fanni, Olympique de Marseille (France)

Doudou Jacques Faty, Sivassport Kulübü (Turquie)

Ricardo Faty, AC Ajaccio (France)

Chris Gadi, Olympique de Marseille (France)

Remi Gomis, FC Valenciennes (France)

Florent Hanin, SC Braga (Portugal)

Eden Hazard, Chelsea Football Club (Royaume-Uni)

Charles Kaboré, Olympique de Marseille (France)

Diomansy Kamara, Eskisehispor Kulübü (Turquie)

Frédéric Kanouté, Beijin Guoan (Chine)

Anthony Le Tallec, AJ Auxerre (France)

Djamal Mahamat, Sporting Braga (Portugal)

Steve Mandanda, Olympique de Marseille (France)

Kader Manganne, Al Hilal Riyad Football Club (Arabie Saoudite)

Sylvain Marveaux, Newcastle United (UK)

Nicolas Maurice-Belay, FC Girondins de Bordeaux (France)

Cheikh M’bengué, Toulouse Football Club (France)

Jérémy Menez, Paris Saint-Germain Football Club (France)

Arnold Mvuemba, Olympique Lyonnais (France)

Laurent Nardol, Chartres Football Club (France)

Mahamadou N’diaye, Vitoria Sport Club Guimares (Portugal)

Mamadou Niang, Al-Sadd SC (Qatar)

Mbaye Niang, SM Caen (France)

Fabrice Numeric, FK Slovan Duslo Sala (Slovaquie)

Billel Omrani, Olympique de Marseille (France)

Lamine Sané, FC Girondins de Bordeaux (France)

Mamady Sidibé, Stoke City Football Club (UK)

Momo Sissoko, Paris Saint-Germain Football Club (France)

Cheikh Tioté, Newcastle United (UK)

Adama Traoré, Melbourne Victory (Australie)

Armand Traoré, Queen Park Rangers FC (Royaume-Uni)

Djimi Traoré, Olympique de Marseille (France)

Moussa Sow, Fenerbahçe Spor Kulübü (Turquie)

Hassan Yebda, Granada Football Club (Espagne)

Alima Boumediene Thiery : interdiction politique d’inscription à l’Ordre des avocats

Depuis décembre 2011, Alima  Boumediene Thiery a déposé sa demande d’inscription au barreau des avocats du Val d’Oise… celle-ci lui est refusée malgré ses diplômes universitaires (Deug, Licences, Maîtrises, DEA et DESS, doctorat), sa formation de juriste et son expérience de 12 ans de parlementaire tant au Parlement Européen qu’au Sénat français.

 

Que lui reproche le Conseil de l’Ordre des avocats du Val d’Oise pour lui opposer ce refus ?

 

Le Mémoire déposé par le Bâtonnier représentant l’Ordre des Avocats du Barreau du Val d’Oise ne remet pas en cause les conditions juridiques nécessaires à son inscription.

Néanmoins il indique que l’intéressée

« exerce un militantisme efficace dans le cadre des ses activités politiques lequel apparaît contraire à l’honneur, à la probité, aux bonnes mœurs… et aux respects des principes essentiels de dignité et de modération… ».

Les actions pacifiques de boycott sont qualifiées

« d’opérations de commando… invitant les clients à boycotter tous les produits venant d’Israël au nom de l’anti-sionisme ». L’appel au boycott des produits venant d’Israël est invoqué comme une incitation à la discrimination. Il convient de noter l’utilisation du terme « commando » par le Conseil de l’Ordre !!!

 

Le Conseil de l’Ordre des avocats du Val d’Oise considère que

, « même si ces faits n’ont pas été suivis de condamnation, il apparaît clairement que les missions engagées par Mme Alima Boumediene Thiery sont contraires aux principes de modération, de dignité et de probité…. et que ces agissements peuvent être constitutifs de qualifications pénales», bien que la Cour d’Appel de Paris ait confirmé que « le soutien au boycott pour des motifs politiques ne caractérise en aucun de ses éléments le délit de provocation à la discrimination, la haine ou la violence…. » comme lors du boycott du régime d’apartheid en Afrique du Sud. Ainsi, la Cour relève que « la critique pacifique de la politique d’un Etat relevant du libre jeu de débat politique, se trouve, aux termes de la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’homme, au cœur même de la notion de société démocratique ».

 

Ainsi, l’Ordre des Avocats du Val d’Oise n’hésite pas à commenter le jugement du 14 octobre 2010, précisant que

« la relaxe est -sous entendue, seulement-

due au vice de procédure », puis il fait mention d’une nouvelle instance engagée à l’encontre de Mme Alima Boumediene Thiery devant le TGI de Pontoise, audience renvoyée en septembre 2013, au mépris du principe fondamental de la « présomption d’innocence » dont il s’affranchit aisément, comme celui du droit à la liberté d’exprimer ses opinions politiques, reconnu à tout citoyen, y compris aux avocats.

 

Enfin, l’Ordre des Avocats du Barreau du Val d’Oise rejette la demande d’inscription au tableau des Avocats du Barreau du Val d’Oise de Mme Alima  Boumediene Thiery, constatant que « son attitude, en ce qu’elle milite activement dans le cadre de l’incitation à entraver l’exercice normal d’une activité économique en visant de façon discriminatoire les producteurs et fournisseurs de produits en raison de leur appartenance à une nation, en l’occurrence Israël, ne respecte pas les principes de moralité, de modération et de dignité nécessaire à l’inscription sur le tableau d’un ordre d’avocat. »

Mme Alima Boumediene Thiery conteste ce rejet, qu’elle qualifie d’illégal et discriminatoire, et a déposé un recours à la Cour d’Appel de Versailles qui devra, en audience publique, nous dire si le fait d’être militante active et pacifique est contraire au respect des principes essentiels de la profession d’avocat !

HK


Flottille : la Turquie constitue sa propre commission d’enquête

La Turquie a annoncé jeudi avoir constitué sa propre commission d’enquête sur l’assaut israélien contre une flottille d’aide à Gaza ayant coûté la vie à neuf Turcs le 31 mai, commission qui devra rendre compte à un panel d’experts mis en place par l’ONU sur cette affaire.
“La commission nationale d’enquête et de recherche”, créée au sein du bureau du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, est chargée de présenter un rapport au panel d’experts de l’ONU “sur les circonstances de l’abordage (israélien) et le traitement infligé aux activistes du convoi”, souligne un communiqué du ministère des Affaires étrangères.
Des responsables des ministères des Affaires étrangères, de la Justice, de l’Intérieur et de la Mer prendront part aux travaux de cette commission, ajoute le document.
Neuf Turcs avaient été tués dans de violents heurts avec les commandos israéliens lors de l’abordage du ferry turc Mavi Marmara dans les eaux internationales, alors que le navire bondé de militants pro-palestiniens tentait de forcer le blocus israélien autour de la bande de Gaza.
L’assaut contre l’expédition internationale a mis à mal les relations entre Israël et la Turquie. Ankara a rappelé son ambassadeur.
Israël a aussi mis en place une commission d’enquête nationale sur l’assaut.
Ankara estime qu’Israël doit présenter des excuses, payer des compensations pour les victimes et aussi lever le blocus de Gaza.
Bien que disposant d’un représentant au sein du panel de l’ONU, Israël a menacé mardi de boycotter ce groupe s’il demandait à interroger ses soldats.

“Mahmoud” boycotté

Face au succès remporté par “Mahmoud”, le nouveau spectacle du comique contesté Dieudonné, la Ligue de Défense Juive (organisation extrémiste interdite aux USA et en Israël) ferait pression sur les FNAC pour qu’elles ne vendent plus de billets afin d’asphyxier financièrement le théâtre parisien de la Main d’or, propriété de l’artiste engagé.