Méditerranée : l’UE a lancé une opération navale contre le trafic de migrants

L’Union européenne a lancé officiellement, lundi, lors d’une réunion de ses ministres des Affaires étrangères à Luxembourg, une mission navale de lutte contre le trafic de clandestins en Méditerranée, qui sera limitée dans un premier temps à une surveillance accrue des réseaux de passeurs.

« Cette première phase de l’opération commencera à être mise en oeuvre dans les jours à venir, à savoir un recueil d’informations et des patrouilles en haute mer pour aider à la détection de réseaux de passeurs », a expliqué la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

Baptisée EU Nav for Med et forte d’un millier d’hommes, l’opération est dirigée par l’amiral italien Enrico Credendino, basé à Rome.

Son navire de commandement sera le porte-avions italien Cavour, doté d’un hôpital. Quatorze pays de l’Union y contribuent, en matériels ou en hommes : Italie, Royaume-Uni, Allemagne, Slovénie, Grèce, France, Luxembourg, Espagne, Belgique, Finlande, Hongrie, Lituanie, Pays-Bas et Suède. Il faut savoir que le trafic d’êtres humains rapporterait plus aujourd’hui que celui de la drogue.


FORUM INTERNATIONAL DES AGENCES DE PROMOTION ET DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL : 20-23 novembre 2013, Oujda, Maroc

Thème : « Promotion économique et sociale des territoires et  développement des investissements »

L’Agence de l’Oriental – agence de développement de la région orientale du Royaume du Maroc – et ANIMA Investment Network organisent un Forum International des agences euro-méditerranéennes de promotion et de développement territorial. Le Forum est organisé à l’occasion du dixième anniversaire de l’Initiative Royale de Développement de l’Oriental, lancée à Oujda en 2003.

Au cœur de la Région de l’Oriental, cette rencontre aura lieu à Oujda du 20 au 23 novembre 2013 et sera consacrée au thème : «Promotion économique et sociale des territoires et développement des investissements».

CONTEXTE

Lancée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI lors d’un discours royal à Oujda le 18 mars 2003, l’Initiative de Développement de l’Oriental a enclenché une véritable dynamique de développement. Une nouvelle vision du développement régional, la réalisation de grands projets et de programmes publics et privés de développement, la mobilisation des forces vives de la région ont permis de désenclaver la région, de l’ouvrir sur son environnement euro-méditerranéen et de l’intégrer dans le tissu économique national.

 

Au Nord comme au Sud, les territoires sont entrés eux aussi dans la course à la compétitivité, dans un environnement global et extrêmement concurrentiel et alors qu’ils subissent de nombreuses mutations. Marketing territorial, accroissement de l’attractivité et promotion des investissements sont primordiaux pour faire face aux défis auxquels ils sont confrontés.

 

Ces thèmes seront au cœur des débats du Forum. Des expériences des régions, agences de développement, acteurs institutionnels, chefs d’entreprises et autres acteurs et décideurs territoriaux de pays du nord et du sud de la Méditerranée permettront des points de vue croisés et des débats sur la diversité des défis, des moyens et des approches dans la promotion des territoires et des investissements.

 

PARTICIPANTS ET CONTENU

Sont attendus au côté de nombreux décideurs marocains des représentants d’agences et organismes d’Algérie, Belgique, Catalogne, Egypte, France, Grèce, Italie, Jordanie, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Tunisie, Turquie, ainsi que des membres d’organisations et de réseaux internationaux.

Des panels en sessions plénières traiteront des stratégies régionales, des stratégies sectorielles, des grands projets mobilisateurs pour le développement, ainsi que du rôle des diasporas et des réseaux. Elles seront complétées par des visites de terrain, permettant aux participants de découvrir quelques-uns des projets mis en œuvre dans la région de l’Oriental depuis le lancement de l’Initiative Royale.

 

Cliquez ici pour VOUS INSCRIRE

 

Cliquez ici pour télécharger le PROGRAMME

 

Communiqué

Maroc : Réseau Entreprendre consolide son action

Après le succès du lancement de Réseau Entreprendre Casablanca en 2010, Réseau Entreprendre Maroc confirme son dynamisme en inaugurant une section à Marrakech présidée par Mohamed Zahid, avec le soutien de Réseau Entreprendre International. La création d’une troisième section à Agadir est prévue d’ici fin 2012. Aziz Qadiri, Président de Réseau Entreprendre Maroc confirme l’intention de créer 7 sections d’ici la fin de 2015. Réseau Entreprendre, déjà présent en Belgique, Espagne, France, Italie, Maroc et Tunisie, accompagne les jeunes entrepreneurs à travers des prêts d’honneur et un tutorat de deux ans par un chef d’entreprise expérimenté.

Dieudonné censuré par la police belge

La police de Bruxelles a interrompu hier soir un spectacle l’humoriste français controversé Dieudonné et dressé un procès verbal pour « propos xénophobes » et « incitation à la haine raciale », ont indiqué aujourd’hui les autorités de la capitale belge. « Dans la salle (de spectacle), les policiers ont constaté que des propos xénophobes étaient tenus. Ils ont rédigé un procès verbal visant Dieudonné pour propos xénophobes et incitation à la haine raciale », a expliqué Nicolas Dassonville, le porte-parole du bourgmestre (maire) de Bruxelles, Freddy Thielemans.
Dans un premier temps, Dieudonné, régulièrement accusé dans le passé de dérapages antisémites, devait présenter son spectacle hier soir à Schaerbeek, l’une des communes de l’agglomération bruxelloise, mais les autorités locales ont interdit sa prestation, selon M. Dassonville. Dieudonné et ses admirateurs se sont alors rabattus sur le Fiesta Bar, une salle située sur le territoire de la ville de Bruxelles. Lorsqu’une dizaine de policiers sont arrivés sur place, un premier spectacle était en cours, tandis que d’autres spectateurs attendaient à l’extérieur le début d’une deuxième séance prévue à 22h, selon M. Dassonville. Quelque 500 personnes en tout étaient présentes, a-t-il précisé.

La justice belge enquêtait déjà sur Dieudonné

Après avoir constaté la tenue de propos « xénophobes », les policiers ont exigé que l’exploitant interrompe le spectacle en coupant l’électricité. Les spectateurs se sont alors dispersés dans le calme, selon la même source. Le porte-parole n’a pas précisé la nature exacte des propos tenus, mais il a souligné que le « PV de la police avait été transmis au parquet », qui pourra entamer des poursuites. La ville de Bruxelles étudie également les suites judiciaires à donner à cette affaire, selon M. Dassonville.

« Le bourgmestre de Bruxelles condamne fermement le spectacle de Dieudonné et les propos tenus », a encore souligné le porte-parole de M. Thielemans. La justice belge avait déjà ouvert en mars une enquête visant Dieudonné afin de voir s’il avait enfreint la législation réprimant l’incitation à la haine et le négationnisme lors d’un spectacle donné près de Liège (est).

Syrie: la Belgique opte pour la guerre !

  • Une intervention « humanitaire » avec une protection militaire sur le terrain sera nécessaire en Syrie si le régime du président Syrien Bachar al Assad continue sur la voie de la « barbarie », a affirmé aujourd’hui le chef de la diplomatie belge Didier Reynders.

    « Le régime a pris le chemin de la barbarie et je fais de moins en moins confiance au président Bachar al Assad », a-t-il déclaré au cours de l’émission Internationales sur la chaîne de télévision TV5.  « Il y a un plan sur la table avec une échéance, le 10 avril », a-t-il souligné. « Si ce plan n’est pas respecté, alors il faudra passer à l’étape suivante », a-t-il affirmé.

  • « Une intervention humanitaire sera nécessaire et elle supposera une présence militaire armée », a-t-il soutenu.  « Ce point sera débattu lors de la prochaine réunion des amis de la Syrie prévue en France », a-t-il précisé. « Tout le monde dit qu’il soutient le plan de Koffi Annan (émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe) sur la Syrie. Il va falloir mettre la Russie et la Chine au pied du mur », a-t-il insisté.

    Le régime du président Bachar al-Assad a annoncé qu’il ne retirerait pas ses troupes des villes dont certains quartiers se sont soulevés à moins de « garanties écrites » de l’opposition, à deux jours de la date limite fixée par l’ONU.

Tunisie: société « 3B » s’implante à Bouargoub avec la création en vue de 5 000 emplois

Basée à Battice, en Belgique, la société 3B, un des leaders européens dans la fabrication de fibre de verre destinée à renforcer les applications à base de thermoplastiques et de résines thermodurcissables, annonce qu’elle projette d’établir une toute nouvelle usine en Tunisie en 2013 à la zone industrielle de Bouargoub, et ce en partenariat avec un grand groupe tunisien qui ne souhaite pas communiquer .
Cette nouvelle usine augmentera la capacité de production de la société à plus de 200.000 tonnes par an avec la création d’environ 5.000 emplois directs et indirects.
Par ailleurs, Binani Industries Limited, société holding détenant le Groupe Braj Binani, qui pèse 1,6 milliard de dollars, a annoncé jeudi 2 février 2012 le rachat de la société 3B, acteur européen dans le secteur des technologies et produits en fibre de verre. Binani Industries Limited est l’un des groupes d’entreprises indiens de premier plan au niveau mondial, diversifié dans les secteurs du ciment, du zinc, de la fibre de verre, des matériaux composites et du béton prêt à l’emploi.
Selon Braj Binani, président du conseil d’administration de Binani Industries Limited, «le rachat, qui nous coûte 275 millions d’euros, renforcera les activités principales de notre groupe à l’échelle mondiale. Le groupe est présent sur des segments de marché à croissance rapide, parmi lesquels la fibre de verre. Nous faisons partie des rares groupes jouissant d’une forte présence dans ce segment de niche, au niveau mondial, et nous travaillons pour accélérer le développement de nos activités dans la fibre de verre au cours des prochaines années. Dans cette optique, 3B représente le meilleur choix. Nous nous réjouissons de tirer profit de son expertise, son solide département de R&D et de son excellent réseau de clients».


Belgique: Nordine Amrani, multirécidiviste, fait un carnage à Liège

Un homme de 33 ans a tiré et lancé des grenades sur la foule, ce mardi 13 décembre 2011, sur la place Saint-Lambert, la plus animée de Liège (sud-est de la Belgique), tuant trois passants et en blessant 75 autres avant de trouver la mort dans des circonstances encore floues. Le tireur, Nordine Amrani, un soudeur d’origine marocaine, était convoqué ce mardi dans un service de police pour une audition. Il avait déjà été condamné en 2008 pour possession d’armes, des faits de recel, de stupéfiants et de moeurs.

 

Fin de matinée, des coups de feu retentissent dans Liège. Juché sur le toit d’un magasin, un individu tire sur la foule avec un fusil d’assaut et envoie des engins explosifs en direction des passants. L’homme, un trentenaire condamné par la justice belge il y a trois ans, est passé à l’acte vers 12h30 (11h30 TU) sur la place Saint-Lambert. De nombreuses personnes se promenaient dans ce quartier commerçant, où se trouvent le Palais de justice et un marché de Noël. Il était armé de grenades, d’un fusil et d’un pistolet, a précisé le procureur du roi Danièle Reynders lors d’une conférence de presse.

Le bilan provisoire de la fusillade est de trois morts et 75 blessés. Un garçon de 15 ans a été tué sur le coup tandis qu’un adolescent de 17 ans et une femme de 75 ans sont décédés des suites de leurs blessures à l’hôpital. Le tireur se serait ensuite tiré une balle dans la tête, d’après des témoins.

Selon l’agence de presse Belga, le tireur, Nordine Amrani, âgé d’une trentaine d’années, était « bien connu » des services judiciaires belges, a indiqué Danielle Reynders.

Cet homme, déjà condamné pour possession d’armes et pour des affaires de recel, de stupéfiants et de moeurs, avait été convoqué ce mardi « pour une audition dans un service de police ». Mais au lieu de s’y rendre, il a revêtu un treillis et s’est armé d’un fusil automatique léger, d’un revolver et de grenades avant de rejoindre à la mi-journée la place Saint-Lambert.

Le roi des Belges et son épouse se sont rendus sur les lieux

« Je sortais du Palais de justice. J’ai vu un homme faire un grand mouvement avec les bras en lançant quelque chose vers les abribus. J’ai entendu une explosion », a raconté à l’AFP Nicolas Gilenne, un journaliste ayant assisté à la scène. L’homme s’est « retourné, a pris un autre objet, l’a dégoupillé. J’ai alors commencé à courir. Il était seul et semblait très maître de ses actes. Il voulait toucher le plus de gens possible. J’ai entendu quatre explosions et des tirs pendant environ dix secondes », a-t-il ajouté.

Les blessés ont été évacués vers une tente installée près du musée Archéoforum, à la clinique de l’espérance à Montegnée, à l’hôpital de la Citadelle ou d’autres de la région.

Le centre-ville a été bloqué une partie de la journée. Les autorités ont demandé aux habitants de ne pas s’y rendre, ni de jouer les curieux. De même, les personnes déjà présentes dans le centre ont été priées de rester à l’abri. Le calme est revenu en millieu d’après-midi.

Le roi des Belges, Albert II, et son épouse Paola se sont rendus sur les lieux peu après 17h00, de même que le nouveau Premier ministre Elio Di Rupo.


Maroc Une délégation belge intéressée par l’immobilier

Le secrétaire d’Etat chargé du Développement territorial, Abdeslem El Misbahi, a reçu lundi à Rabat, une importante délégation belge venue s’informer des opportunités d’investissement qu’offre le Maroc en matière de promotion immobilière, d’énergies renouvelables, des techniques et matériaux de construction et des villes nouvelles.

La délégation belge, composée de plusieurs hommes d’affaires et de chefs d’entreprises belges, est conduite par le ministre chargé des finances, du budget, de la fonction publique et des relations extérieures du gouvernement de la région de Bruxelles-Capitale, Luc Vanraes.

Lors de cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre du renforcement des liens de coopération entre le Maroc et la Belgique, M. El Misbahi a salué les bonnes relations que les deux pays entretiennent sur le plan politique, et appelé à renforcer davantage le partenariat économique et social, indique mardi un communiqué du Secrétariat d’Etat chargé du Développement territorial.

M. El Misbahi a également passé en revue les grands chantiers engagés par le ministère de l’Habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace, mettant l’accent en particulier sur les opportunités d’investissements immobiliers.

Cette visite, qui s’est caractérisée par des entretiens techniques avec des responsables du ministère et par des visites de terrain, notamment au niveau des villes nouvelles en cours de réalisation (Temesna), a été, pour les deux ministres, l’occasion de « mettre en exergue certains chapitres d’intérêt commun à développer dans un cadre de coopération bilatérale, en l’occurrence, l’aménagement du territoire et le développement rural », ajoute la même source.

 

La Belgique bientôt en faillite ?

A la suite de l’effritement rapide de la confiance des investisseurs, la Belgique occupe une inquiétante 16ème place sur cette liste, juste après le Liban et la Roumanie, rapporte De Morgen.

Le bureau d’analyse CMA établit chaque trimestre la liste des pays enregistrant le risque plus important lié à leur déficit. Le pays en haut de la liste est celui qui risque le plus la banqueroute. CMA se base sur la prime d’assurance que les grands investisseurs payent en échange d’un éventuel risque sur les bons d’Etat. Cette prime d’assurance n’a augmenté au quatrième trimestre pour aucun pays aussi fortement que pour la Belgique. Cela coûte à présent entre 220 000 et 250 000 euros par an pour garantir des bons d’Etat belges d’une valeur de 10 millions d’euros, contre « seulement » 129 000 fin septembre. C’est la raison pour laquelle la Belgique figure pour la première fois sur la liste des 20 pays ayant le plus gros risque lié à la dette.
La situation de la Belgique se dégrade à une vitesse impressionnante. Il y a neuf mois, la Belgique occupait encore une rassurante 53ème place sur la liste. Fin septembre, elle était encore en 37 ème position.

lefigaro.fr

Belgique: Vaste opération anti-terroriste à Bruxelles et Anvers

Des perquisitions ont été effectuées à Bruxelles et Anvers dans le milieu du terrorisme. Mais également aux Pays-Bas et en Allemagne. Les forces de police ont procédé à de nombreuses interpellations.

Plusieurs personnes liées à la mouvance islamiste et soupçonnées d’avoir préparé un attentat en Belgique ont été interpellées hier mardi dans le pays ainsi qu’en Allemagne et aux Pays-Bas. Les interpellations qui se sont déroulées à Anvers et dans les deux pays limitrophes ont pour cadre une « enquête en matière de terrorisme jihadiste international », a indiqué une porte-parole du parquet fédéral. « En tout, 10 personnes soupçonnées d’avoir préparé un attentat en Belgique ont été interpellées en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne », a-t-elle ajouté. « Grâce à de longs mois d’efforts soutenus, des éléments d’enquête suffisants ont pu être collectés et ont finalement conduit (…) à l’exécution de 10 perquisitions, sur ordre du juge d’instruction, à Anvers, aux Pays-Bas, et en Allemagne. » a déclaré le parquet dans un communiqué. Toutes les personnes interpellées ont entre 20 et 30 ans. Elles ont toutes la double nationalité, soit Belgo-marocaine, soit Russo-tchétchène. Elles sont notamment soupçonnées de recruter des combattants et de collecter de l’argent pour l’organisation terroriste tchétchène « L’Emirat du Caucase », révèle le site web du quotidien flamand Het Laatste Nieuws.

L’enquête et les perquisitions ont été menées par la PJF Anvers, avec l’appui de la police locale d’Anvers, les unités spéciales de la police fédérale (CGSU), du corps d’intervention d’Anvers et les services de police néerlandais et allemands. L’enquête a été menée en étroite collaboration et en étroite coordination avec plusieurs autres pays et Eurojust, et avec l’assistance technique de la Sûreté de l’Etat (belge).

Perquisitions et interpellations à Bruxelles

Dans le même temps, 17 perquisitions ont été menées dans diverses communes de l’agglomération bruxelloise par la PJ fédérale de Bruxelles. Ces perquisitions ne seraient liées en aucune manière à celles d’Anvers. L’enquête a démarré il y a trois ans et a été menée autour du Centre Islamique Belge Assabyle, par le Parquet Fédéral et par la juge d’instruction Panou. L’enquête a permis de mettre au jour des ramifications internationales. Plusieurs personnes ont été interpellées mardi au cours de l’opération et elles ont été entendues dans les locaux de la PJF de Bruxelles. Certaines d’entre elles sont soupçonnées d’appartenir à un groupe actif notamment dans le recrutement et l’envoi de candidats jihadistes vers l’Irak ou l’Afghanistan, a précisé le parquet fédéral. L’opération de mardi a mobilisé de nombreux policiers appartenant à la PJF de Bruxelles, appuyés par les Unités Spéciales (CGSU). Les enquêteurs ont également bénéficié de l’aide de différents services de police belges et étrangers.

Trois personnes arrêtées appartiennent à Sharia4Belgium

Selon le site web du quotidien flamand Het Laatste Nieuws qui cite Lieve Pellens, porte-parole du parquet fédéral, trois des personnes interpellées à Anvers figurent parmi les leaders de Sharia4Belgium, une branche belge d’Islam4UK, le mouvement britannique d’Anjem Choudary, un radical bien connu de l’autre côté de la Manche. L’objectif de cette association est d’installer la charia dans le monde entier, ceci par quatre voies possibles: la majorité de la population se convertit, une puissance islamique conquiert le pays, révolte contre l’oppression des musulmans comme en Bosnie ou en Afghanistan, les musulmans renversent le régime. Toutefois, les non-musulmans auraient beaucoup de droits, garantis par la charia, « rassure » Anjem Choudary. Sharia4Belgium avait fait parler d’elle au printemps en publiant sur Youtube une vidéo choquante appelant les musulmans au boycott des élections car, disait l’un des membres du groupe, « Quand tu votes, tu ne restes plus musulman. La démocratie n’a rien à voir avec l’islam ». La video est disponible.

Source rtlinfo.b