Le chef d’Al-Qaïda appelle les musulmans du Maghreb à combattre la France

Le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri a appelé les musulmans du Maghreb à combattre les soldats français au Sahel, dans un message vidéo rendu public récemment, selon le Centre américain de surveillance des sites djihadistes SITE. Dans cette vidéo de sept minutes, qu’aucun élément ne permet de dater, le successeur d’Oussama ben Laden ne fait aucune référence aux récents attentats de Ouagadougou, revendiqués par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), un mouvement jihadiste basé au Mali et affilié à Al-Qaïda.
La semaine dernière, une double attaque coordonnée a visé l’ambassade de France et l’état-major général des armées burkinabè dans la capitale du Burkina, faisant sept morts et plus de 80 blessés parmi les forces de l’ordre. Neuf jihadistes ont été abattus. “Ceux qui ont combattu, tué et pourchassé vos pères sont de retour pour tuer vos frères musulmans (…) et vous rappeler que vous restez sous leur occupation et leur oppression”, affirme Ayman al-Zawahiri, en référence à l’époque de la colonisation.
Il souligne également l’échec des révolutions du Printemps arabe estimant que “l’ancienne corruption est revenue, mais plus féroce (…) qu’avant”. Ayman al-Zawihiri menace régulièrement la France dans ses messages: en septembre dernier, il avait déjà appelé les musulmans du Maghreb et d’Afrique subsaharienne à donner “une leçon aux Français” qui “ont tué vos aïeux, occupé vos terres et torturé vos ancêtres”.
Environ 4.000 soldats français sont déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane qui combat les groupes jihadistes dans la région et appuie les forces des pays du G5-Sahel.

Coup d’Etat en Egypte: al-Qaida accuse les US

  • Le chef d’al-Qaida Ayman al-Zawahiri a accusé les Etats-Unis d’avoir “comploté” avec l’armée égyptienne pour faire destituer le président islamiste Mohamed Morsi, déposé et arrêté par les militaires il y a un mois, dans un message audio posté samedi sur des forums jihadistes. “Les croisés, les laïcs et l’armée américanisée (d’Egypte) se sont entendus (…), grâce à l’argent des pays du Golfe et un complot des Américains, pour renverser le gouvernement de Mohamed Morsi”, déclare Zawahiri, l’Egyptien qui a succédé à Oussama ben Laden tué en mai 2011 par des soldats américains au Pakistan.

 

En évoquant les “croisés”, le chef d’al-Qaida vise spécifiquement les chrétiens de la communauté copte qui compose 6 à 10% de la population égyptienne. Ils ont “soutenu la destitution de Morsi pour créer un Etat copte (…) dans le sud de l’Egypte”.

 

Le 3 juillet, le commandant en chef de l’armée et ministre de la Défense Abdel Fattah al-Sissi a renversé le premier président égyptien élu démocratiquement plus d’un an après la chute de Hosni Moubarak. M. Morsi est issu de l’influente confrérie islamique des Frères musulmans qui avait remporté les législatives fin 2011.

 

L’armé avait justifié sa destitution par le mécontentement qui a poussé des millions d’Egyptiens à manifester pour réclamer son départ, lui reprochant d’avoir accaparé le pouvoir au seul profit des Frères musulmans et d’avoir achevé de ruiner une économie déjà exsangue. M. Morsi était crédité de 41% d’opinion positive… soit 15% de plus par exemple que François Hollande!


Al-Qaida recruterait en Libye

Al-Qaida a envoyé en Libye des militants chevronnés pour tenter d’y recruter des hommes après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, rapporte la chaîne CNN. Parmi ces recruteurs, figure un militant expérimenté détenu un temps en Grande-Bretagne et envoyé en Libye par le chef d’al-Qaida Ayman Al Zawahiri, selon CNN, qui cite une source libyenne elle-même informée par des responsables occidentaux.

Arrivé en Libye en mai, il aurait depuis cette date recruté quelque 200 hommes dans l’Est du pays, ajoute CNN, qui précise que les agences de renseignement occidentales surveillent son activité. Un autre militant d’al Qaida, disposant de passeports européen et libyen, a quant à lui été arrêté alors qu’il se dirigeait vers la Libye, dans la région du Pakistan et de l’Afghanistan, dans un pays qui n’a pas été précisé, toujours selon CNN.

Après la chute de Mouammar Khadafi, les gouvernements occidentaux s’étaient inquiétés de la possibilité qu’Al Qaïda ou un groupe similaire exploite l’instabilité du pays ou puisse mettre la main sur les stocks de missiles sol-air (photo SAM 7) du Guide.  Mais des responsables américains interrogés par l’AFP jugent qu’al Qaida reste encore affaiblie par les coups portés par les Etats-Unis ces derniers mois, et que le réseau n’a pas fait d’avancée majeure en Libye depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi. “Il est beaucoup trop tôt pour dire qu’al Qaida s’est fermement implantée en Libye”, a déclaré l’un d’eux sous couvert d’anonymat. L’organisation “a encore du chemin à faire pour conquérir le coeur des Libyens”, a-t-il ajouté, jugeant que la Libye n’était pas un terrain fertile pour elle.

 

Ayman al-Zawahiri, nouveau numéro un d’al-Qaida

Al-Qaida a désigné un nouveau chef : c’ est l’Égyptien Ayman al-Zawahiri qui succède à Oussama Ben Laden, selon la chaine de télévision Al-Arabiya qui a reçu un communiqué de l’organisation terroriste.

Âgé de 60 ans, ce fils de notable cultivé avait été condamné à trois ans de prison après l’assassinat du président égyptien Anouar el-Sadate en 1982, alors qu’il était à la tête du Djihad égyptien, fusion de plusieurs groupes extrémistes, dont le sien.

A sa libération, il quitte définitivement son pays pour se rendre au Pakistan, où il rejoint un jeune et riche Saoudien, Oussama Ben Laden.

Il devient progressivement le double plus terne mais plus présent d’Oussama Ben Laden. C’est lui qui menace la France, traite Obama de «nègre domestique» ou dénonce l’action de l’Otan en Libye. Il vise particulièrement les Etats Unis et Israël.

Cette désignation à la tête d’al-Qaida attendue puisque selon certains, al-Zawahiri était devenu le véritable chef depuis plusieurs années. «Al-Qaida était tombée dans la main de fer d’Ayman al-Zawahiri», déclarait un ancien d’al-Qaida au Figaro.


 

Al-Qaida appelle à de nouvelles attaques

Le numéro deux d’al-Qaida, Ayman al-Zawahiri, appelle à mettre au point de nouvelles attaques contre l’Occident, près de dix ans après les attentats du 11-Septembre, indique le centre américain de surveillance de sites islamistes (SITE).

Cette vidéo de 35 minutes est la deuxième à être diffusée dans le cadre d’une série intitulée “Message d’espoir et bonnes nouvelles pour le peuple d’Egypte”. Elle a été produite par la cellule communication d’al-Qaida, as-Sahab. Elle ne fait apparaître qu’une image fixe d’Ayman al-Zawahiri.

“Si nous ne sommes pas capables de produire des armes équivalentes aux armes des croisés d’Occident, nous pouvons saboter leurs systèmes économiques et industriels, anéantir leur puissance qui se bat sans cause, jusqu’à ce qu’ils fuient”, dit Ayman al-Zawahiri dans ce message.

Les combattants de Dieu “doivent inventer de nouvelles façons (de combattre), des façons qui n’ont jamais été envisagées dans les esprits occidentaux”, a-t-il poursuivi.
“Le recours à des avions pour les transformer en armes puissantes comme cela a été fait au cours des invasions bénies de New York, Washington et de la Pennsylvanie est un exemple de cette pensée courageuse”, dit le dirigeant d’Al-Qaïda dans une référence aux attentats du 11 septembre 2001.

Au cours des attentats du 11-Septembre, des islamistes avaient précipité des avions de ligne détournés dans le World Trade Center à new York, sur le Pentagone à Washington et dans un champs en Pennsylvanie, faisant 3.000 morts.
Dans un autre message diffusé il y a une semaine, le numéro deux d’al-Qaida, critiquait ce qui était encore au moment de l’enregistrement de la vidéo le régime d’Hosni Moubarak, jugé “tyrannique” et dans la main des Etats-Unis.