Sommet de l’UA sous influence occidentale: hommage au «printemps arabe» et appel au respect des droits des homosexuels

Le 18ème sommet des dirigeants de l’Union africaine s’est ouvert ce dimanche 29 janvier à Addis-Abeba, en Ethiopie. L’Union africaine a élu son nouveau président : le chef de l’Etat du Bénin, Thomas Boni Yayi. Plusieurs personnalités ont déjà pris la parole à la tribune. Parmi elles, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, qui a défendu les droits des homosexuels sur le continent ; et le nouveau président tunisien Moncef Marzouki, qui faisant éloge du « printemps arabe » a mis en garde « tous les régimes dictatoriaux ».

En revanche, signe de l’influence politique occidentale, rien de concret n’a été dit sur l’alimentation, la santé, le travail, l’eau, l’éducation, etc.

Sur la forme, comme sur le fond, le nouveau président tunisien s’est distingué. Vêtu d’une simple veste, sans cravate, Moncef Marzouki s’est fait en arabe, en français et en anglais l’avocat des printemps arabes. « Notre révolution a envoyé un message », a-t-il déclaré. « Les révolutions vont balayer tous les régimes dictatoriaux, rien ne pourra arrêter les peuples qui décident de rompre les chaînes », a prévenu Moncef Marzouki.

Un tabou a été brisé lors de cette cérémonie d’ouverture. Pour la première fois à la tribune de l’Union africaine, l’homosexualité africaine a été publiquement évoquée. Le secrétaire des Nations unies a lancé un appel à la fin des discriminations homosexuelles en Afrique, une allusion à peine voilée aux législations homophobes en Ouganda et au Cameroun.

Et alors que ce sommet est officiellement consacré au renforcement du commerce entre les Etats d’Afrique, Ban Ki-moon a aussi rappelé que le futur du continent dépend également du développement des droits de l’homme. Le Premier ministre libyen s’est également exprimé pour signifier que la Libye nouvelle avait définitivement tourné la page du colonel Kadhafi le roi des rois d’Afrique.

A l’issue de cette cérémonie, l’Equato-Guinéen Obiang Nguema a cédé le marteau de président de séance à son homologue béninois Boni Yayi qui va présider l’organisation pendant un an.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *