Qui est Huma Abedin, la femme dans l’ombre d’Hillary Clinton?

À 39 ans seulement, Huma Abedin est la femme la plus proche d’Hillary Clinton. Elle la conseille et l’épaule sans jamais trop s’exposer. Femme de l’ombre, elle orchestre les moindres décisions de la candidate à la prochaine présidentielle américaine. Portrait d’une femme d’influence.

Le fidèle bras droit

Alors qu’elle est encore étudiante à l’université américaine George Washington, Huma Abedin intègre en 1996 la Maison Blanche en tant que stagiaire auprès de la First Lady de l’époque : Hillary Clinton. Elle ne la quittera plus. D’assistante personnelle à chef de cabinet au secrétariat d’État en passant par le maillon fort de sa brigade féminine lors de sa candidature à la présidentielle de 2008, Huma Abedin régente l’agenda et les déplacements de l’ancienne Première Dame.

Avant de répondre aux journalistes, Hillary regarde toujours Huma, preuve de la complicité qui existe entre les deux femmes. L’historien Thomas Snegaroff, dans son livre Bill et Hillary Clinton, Le mariage de l’amour et du pouvoir confirme cette confiance : « De l’affaire Lewinsky à la conquête du Sénat, elle ne l’a jamais trahie, n’a jamais changé de camp, même pour Obama. Hillary a une confiance aveugle en elle. »

La fille de coeur

« Je n’ai qu’une seule fille, mais si je devais en avoir une autre se serait Huma » : c’est la déclaration plus qu’explicite que Hillary Clinton a faite au mariage de Huma Abedin et de son époux Anthony Weiner dont elle a divorcé en août dernier (lui aussi politicien démocrate). La preuve d’une relation profonde et affectueuse, voire ambiguë, entre les deux femmes, dépassant les frontières du travail. Une exception chez les Clinton habitués à fonctionner en bande, sans réellement accorder leur confiance à quiconque. « Ils fonctionnent comme un clan. Légèrement paranoïaques, ils n’adoubent que quelques figures clé et ne font pas confiance aux autres. Huma est l’une des très rares à avoir trouvé sa place », souligne Thomas Snegaroff dans son ouvrage.

Une musulmane qui dérange 

D’origine indo-pakistanaise, Huma Abedin est née dans le Michigan mais a grandi en Arabie Saoudite et y a vécu jusqu’à ses 18 ans. Trilingue (ourdou, arabe, anglais), elle est un atout majeur pour Hillary Clinton pour toutes les questions liées aux relations avec le Moyen-Orient. Même si ses origines, et sa religion, en font la cible des attaques des Républicains. En effet, sa mère, Saleha Mahmood Abedin, sociologue et professeure, est une grande spécialiste de la loi de la Charia et est membre (tout comme son père) du International Islamic Council for Dawa and Relief, une entité jugée pro-Hamas et qui regroupe 86 organisations islamiques. S’ajoute à cela le parcours professionnel de Huma : assistante d’édition jusqu’en 2008 du Journal of Muslim Minority (Journal des minorités musulmanes) publié par l’Institut des affaires des minorités musulmanes. Un parcours évidemment jugé suspect pour les Républicains.

Une apparente good wife 

En 2011 puis en 2013, Huma Abedin se retrouve en plein cœur d’un tourbillon de scandales sexuels. Le coupable ? Son mari accro au sexting, c’est-à-dire au sexe virtuel, qui envoie des sexpics (photos de son anatomie) à six femmes qui le suivent sur Twitter. Deux ans plus tard, il rechute en entretenant une relation sexuelle, mais virtuelle, avec une jeune femme de 23 ans. Face à ces deux affronts conjugaux, Huma Abedin devra divorcer.

La seconde femme la plus puissante des Etats-Unis?

Si elle agit aujourd’hui en coulisses, en fidèle conseillère de l’ancienne Secrétaire d’État, Huma Abedin pourrait bientôt devenir le prochain chef de cabinet de la Maison Blanche, à condition évidemment que Hillary Clinton soit élue présidente. La récompense à sa loyauté qui ferait d’elle la seconde femme la plus puissante de Washington.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *