Libya sparks Tunisia’s summer of concern

* By Oussama Romdhani.   —   —   —

 

 

The village of Metouia, in the Tunisian southeast, in an unlikely late summer destination. Chemical pollution on the nearby coast and continued neglect of its date tree oases, since the 1970’s, have led to a steady decline of its appeal to outsiders. Throughout the years, it has been visited mainly by its native sons, who have emigrated to the capital, Tunis, and to foreign lands such as France. Revisiting my birthplace for the first time in three decades, I was personally uncertain of what to expect.

 

Getting there involved a 140 kilometer drive on a one-lane-road. Along the way towards Gabes, Metouia’s province capital, one has to watch for speeding tanker-trucks and luggage-laden cars of Tunisians returning from abroad all in a hurry to reach their destinations before nightfall. A seemingly endless string of lamb-roasting restaurants and smuggled gasoline stations compete for the attention of drivers on both sides of the road.

 

It seems that security patrols gave up cracking down on smuggled gasoline merchants long ago. Even before the 2011 uprisings, jerrycans of gasoline smuggled from across the Libyan and Algerian borders used to be on display in many of the road intersections throughout the Tunisian south. For the discerning minds, they constituted early warning signs of inadequate socioeconomic policies breeding unemployment and marginalization. Since the fall of Qaddafi, traffickers have taken advantage of the growing anarchy in Libya as well as the fraying of security in Tunisia to boost revenue from smuggled goods and hard currency trafficking. Now, the conspicuous rows of canister stands are creeping up much further north and now include makeshift pumps to accommodate the heavier flow of customers. As you cross into the border of the Gabes province, the sale of smuggled gasoline mingles cozily with various legal and illegal commercial activities. “Molokhia, Henna, gasoline and currency exchange available,” reads a sign twenty miles north of the province capital.

 

Many of the cars on the road bear Libyan license plates, a reflection of the growing number of travelers from south of the border. But conversations in Metouia show the degree to which the relationship between the region’s population and its Libyan guests has changed since the heydays of the uprisings in both countries. Bedouin-like hospitality towards Libyans right one saw after the fall of the Qaddafi regime has given way to a more cautious attitude. “Now they have to pay first,” says Salem, a Metouia dweller reflecting the disappointment of the locals over what they describe as the unreciprocated generosity by Libyans once they went back home.

Added source of concern

 

Recent developments in Libya itself are an added source of concern for many in Metouia, who fear a spillover of armed conflict from their neighbor’s territory. In some instances, villagers’ minds wander off even further east, finding reason to fret over ISIS advances across Syria and Iraq. The heavy toll suffered by the Tunisian army last July, after terrorist ambushes in the western mountains, seems somehow to heighten the fear of ISIS-like scenarios. “Trust me, we might be a brave people but we are peaceful and would be no match for them,” says Abdelhamid, a civil society activist, alluding to ISIS fighters. With wide access to the internet and satellite stations, he and others think they know whom to blame. “The U.S. has created this monster. Hillary Clinton has confessed to this in her memoir,” they volunteer to tell you, quoting widely-circulating media reports.

 

In Metouia, home to a population of less than 10,000, not much goes on in the hot days of summer with the exception of coffee-shop chats and nighttime weddings. Both venues offer a view of the paradoxical social conditions that women continue to face more than five decades after the introduction Personal Status Code by Tunisia’s first president, Habib Bourguiba. Marriage celebrations can be misleading at first to outside observers. As if by some unspoken license, young ladies can be seen strutting their stuff in miniskirts and modern hairdos till the wee hours of the night. But in daytime, conservative decorum reigns supreme. Women do not venture much out into the streets, and almost never into the men-only coffee-shops. And in spite of the undeniable popularity of both fermented and unfermented “Legmi” (a local drink made from date palm sap), social life is still punctuated by mosque attendance. Religious conservatism has given the whole Tunisian southeast the reputation of being an “Ennahdha-land,” a reference to the country’s main Islamist party. Indeed, many of Ennahdha’s leaders hail from small villages around Gabes. During the October 2011 National Constituent Assembly elections, the party swept the province’s vote. Today, the Islamist formation does not seem to have lost its appeal among its hardcore loyalists. But coffee-shop chats offer an insight into the disenchantment of villagers who have not seen their lives improve since 2011, a period which included two years of Islamist-led rule. Some of the locals say they resent being taken for granted by Ennahdha because of their religiosity; and seem to be looking for greener political pastures outside Islamist lines. “Nida Tounes,” the main secularist party, is mentioned as an alternative even though it is criticized for failing to reach out to them like most other non-Islamist parties. Budget-strapped political formations have been generally reluctant to work the vote in the smaller communities of the southeast, not sure of the electoral yield from their investment. They will have to wait till next month’s elections to be able to draw a clearer political map of the country.

 

Much more than interest in party politics, it is the fierce commitment to the independence of civil society that is perhaps the most striking feature of the new social order in Metouia. No less than 50 associations, active in such fields as local development, protection of the environment and protection of the handicapped, compete for funding and other support. They do not see themselves as beholden to any political party and are determined to keep it that way. “Don’t worry,” Abdelhamid reassures me. “We know how to fend off for ourselves.”

 

The relationship with the state is a bit more complex. NGO leaders are no longer wary of possible meddling by the state. Sometimes, much like other village dwellers, they even seem to bemoan the weakness of public authorities and their inability to help. They also seem to express less critical views of the pre-2011 regime. But I could not really tell however whether their views constituted a sober assessment of the post-revolutionary governments’ performance or an uncalled-for deference to a member of the former regime to whom they were talking.

 

A few weeks before the start of the electoral campaign, Metouia is not unique in the ambiguities it offers. Unfettered discussions are not a clear predictor of the way elections will go. With the common man in the street not necessarily swayed by party narratives and the political establishment’s disconnect from many parts of the land, uncertainty about voter intentions will continue to reign supreme until Election Day.

 

 

*Oussama Romdhani is a former Tunisian minister of Communication, previously in charge of his country’s international image. He served as a Tunisian diplomat to the United States, from 1981 to 1995. A recipient of the U.S. Foreign Service Distinguished Visiting Lecturer Award, he was also a Washington DC press correspondent and Fulbright Research Scholar at Georgetown University. Romdhani is currently an international media analyst. Official blog page: www.oussama-romdhani.com


Financer l’accès à l’eau et à l’assainissement en Méditerranée, les financements innovants : solution ou illusion ?

Les Pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée sont caractérisés par une situation de stress hydrique structurelle qui devrait s’accentuer dans les trente prochaines années. Les défis de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement en Méditerranée sont nombreux. Les relever entraînerait d’importants effets bénéfiques, en termes de niveau d’éducation, notamment des filles, de santé et d’hygiène publique. Mais les besoins en financement du secteur sont à la hauteur des bénéfices socio-économiques escomptés : près de 17 milliards US dollars par an. S’il faut développer des ressources financières stables pour financer ce secteur de façon pérenne, les enjeux du secteur vont au-delà de ces seuls aspects financiers. Un changement de paradigme basé sur une gouvernance plus efficace et une vision stratégique de l’allocation de l’eau à ses différents usages est également nécessaire.

Pour ce faire, le nouveau rapport d’IPEMED propose différents mécanismes de financement innovants, reposant notamment sur le principe pollueur-payeur, qui pourraient permettre la mobilisation de près de 60 milliards d’euros. Il souligne également l’importance d’une gouvernance transversale en faveur de l’accès à l’eau et à l’assainissement rassemblant les Etats, les autorités de gestion de fonds et la société civile au sein d’une structure adaptée.

Tunisie/Appel à candidature: prix national pour une utilisation rationnelle de l’énergie

Un appel à candidatures au Prix national pour l’encouragement à l’utilisation rationnelle de l’énergie a été lancé par le ministère de l’Industrie, de l’énergie et des mines, pour promouvoir les énergies renouvelables.

Ce prix est ouvert aux personnes physiques ou morales (sociétés, associations, établissements publics, collectivités locales, etc.) et récompensera les acteurs ayant contribué à promouvoir les énergies renouvelables, la rationalisation de l’utilisation de l’énergie et/ou le développement de technologies propres et alternatives.

Les dossiers de candidature doivent parvenir à l’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Energie (ANME) avant le 15 avril 2014.

Pour plus d’informations, lire l’article intégral sur African Manager

Trophées des Français de l’étranger, le 06/03 au ministère des Affaires étrangères – Paris

Message d’Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée aux Français de l’étranger : les Français de l’étranger ont du talent

“Chaque jour, sur les cinq continents, les Français de l’étranger créent, innovent, transmettent. Par leur dynamisme et leur volontarisme, ils contribuent au rayonnement de notre pays. Etudiants, entrepreneurs, humanitaires, enseignants, chercheurs : tous dessinent “les nouvelles frontières de la France”. Dans ce “monde fini” de Paul Valéry, ils dessinent une France conquérante, créative et à l’écoute de son temps, qui a pris toute la mesure des enjeux d’un monde global. Cette réalité demeure cependant méconnue.

L’initiative du petitjournal.com n’en est que plus opportune : elle mérite d’être saluée et soutenue. Aussi suis-je heureuse d’’apporter pour la deuxième année consécutive mon haut-patronage aux “Trophées des Français de l’étranger”. A l’heure où certains dénoncent le choix de ceux de nos compatriotes qui décident de vivre à l’étranger – les lauréats des différentes sections du prix contribuent à donner une image neuve et positive de l’expatriation. Ils démontrent que les Français de l’étranger ne manquent jamais de représenter, d’incarner et d’honorer les valeurs de la France.

 

 

Le concours “Trophées des Français de l’étranger”

Français de l’étranger, vous êtes créatif, artiste ? Vous êtes parti en volontariat international en entreprise (V.I.E) ? Vous êtes entrepreneur ? Vous défendez la langue et la culture françaises ? Vous travaillez dans l’humanitaire ? Vous êtes cadre expatrié dans une grande société ? Vous vous investissez bénévolement ? Vous agissez pour la défense de l’environnement ?

Pour la deuxième année consécutive, les Trophées, organisés sous le haut patronage de la ministre déléguée aux Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, ont pour ambition de mettre un coup de projecteur sur les initiatives des Français de l’étranger.

N’attendez plus et postulez pour les Trophées des Français de l’étranger. Ils seront remis le 6 mars 2014 à Paris, au Quai d’Orsay, lors d’une soirée de prestige.

Les différents prix :

  • Arts de vivre Coup de Coeur (trophée remis par The Bank for Expats) ;
  • Education-Enseignement (trophée remis par le CNED) ;
  • Entrepreneur (trophée remis par Humanis) ;
  • Environnement (trophée remis par AGS) ;
  • Jeune Espoir, moins de 28 ans ;
  • Social-Humanitaire (trophée remis par la Caisse des Français de l’étranger).

Date limite : 15 janvier 2014
Le jury se réunira début février à Paris afin de procéder à la désignation des lauréats des Trophées des Français de l’étranger parmi les candidatures présélectionnées.

Comment postuler ?

puce_noire.png

En remplissant le formulaire sur le site internet du petitjournal.com

Pour en savoir plus :

puce_noire.png

Les Trophées 2014 des Français de l’étranger sur le site internet du petitjournal.com


Meknès: SUEZ ENVIRONNEMENT, via sa filiale SITA ATLAS, remporte un important contrat

La Communauté urbaine de Meknès confie à SITA Atlas la réhabilitation de son site de stockage des déchets ménagers, ainsi que la création et l’exploitation d’un centre d’élimination et de valorisation. Ce centre novateur au Maroc, conçu et exploité par la filiale de SUEZ ENVIRONNEMENT pour une durée de 20 ans et un montant de près de 90 millions d’euros, répondra aux objectifs de développement durable fixés par les élus et aux standards internationaux.

Tunisie : Appel d’offres international pour la dépollution du golfe de Gabès

Selon le ministère de l’Industrie et de la Technologie, le Groupe Chimique Tunisien (CGT) va lancer incessamment un appel d’offres international pour le projet de dépollution du golfe de Gabès. Dans ce cadre, Mohamed Lamine Chakhari, ministre de l’Industrie et Mamia El Banna, ministre de l’Environnement, ont examiné les opportunités de coopération avec la compagnie chinoise (WENGFU Group) la Banque Chinoise de Développement (China Développement Bank).
La réunion a porté sur le traitement du  phosphogypse dans le golfe de Gabès. M. Chakhari, ainsi, appelé le groupe chinois à l’appel d’offres international. Il a indiqué que la Tunisie s’attache  à résoudre de manière intégrale le problème de la pollution causée par les rejets des usines du CGT afin d’améliorer les conditions de vie des habitants de la région.

France – Euroméditerranée organise les « Ateliers de l’Écocité »

A l’issue d’un concours d’urbanisme international débuté en juillet 2008, un jury d’élus, de techniciens et de professionnels, présidé par Guy Tessier, a désigné le 12 novembre le lauréat appelé à élaborer et mettre en oeuvre le programme d’aménagement urbain et durable ( PAUD) de l’extension d’Euroméditerranée. En clair, la feuille de route de l’opération, le projet d’ensemble qui va guider la réalisation de tous les aménagements sur le périmètre. L’equipe choisie est dirigée par Francois Leclercq/TER, associé à Remy marciano/Jacques Sbriglio et au Groupes Setec. Elle s’engage pour 9 années aux cotés d’Euroméditerranée dans une vaste maitrise d’oeuvre urbain incluant la conception du PAUD d’ici à 2010, les études d’intégration urbain en 2011-2012, la concertation et la communication sur le projet en parallèle, et le pilotage des chantiers dans la première Zone d’aménagement concertée (ZAC) du périmètre, à l’horizon 2013.  Le projet retenu à l’issue du concours n’est pas gravé dans le marbre: il s’agit plutôt d’une esquisse très détaillée d’un pan entier du Marseille futur, conforme au cahier des charges défini aujourd’hui par les partenaires d’Euroméditerranée, mais susceptible d’évoluer demain au contact des projets d’habitat, d’équipements économique que ces mêmes partenaires programment sur le périmètre. Tout cela, au fond, pour résoudre une des grandes questions qu’Euroméditerranée traite depuis 15 ans : Comment créer de la qualité de vie au bénéfice des Marseillais en reconstruisant la ville sur la ville ? Les principes d’aménagement retenus pour l’extension apportent de nouvelles réponses. Et même à l’état de canevas, elles annoncent de grands changements . . .

f35836ff91.gif

Perspective Aérienne

Le coeur de la Métropole Marseillaise                                                                                                                             Si l’on regarde sur une carte le périmètre de l’extension d’Euroméditerranée, que voit-on ? Une zone stratégique, à la croisée des grands axes vers Aix-en-Provence, Marignane et l’aéroport, Aubagne . . .C’est là aussi que le ruisseau des Aygalades, dévalant depuis les massifs de l’Etoile et de la Nerthe, vient se jeter dans la Méditerranée. Cette confluence est l’une des clés du projet urbain retenu pour Euroméditerranée II. Ce n’est pas seulement un nouveau quartier de ville qui va être aménagé: c’est aussi un nouveau centre de l’agglomération, avec des équipements majeurs et une façade littorale très attractive.
Un grand parc nature au  fil de l’eau                                                                                                                             Le projet d’aménagement propose de faire resurgir le ruisseau des Aygalades des entrailles de Marseille pour en faire le fil conducteur d’un parc urbain de 14 hectares tout en longueur. Dans la continuité du parc François Billoux, le nouveau parc des Aygalades débute au niveau du boulevard du Capitaine Gèze et se prolonge jusqu’à la mer par la création d’un cours très arboré sur la rue d’Anthoine. Vaste espace de nature, de promenades au bord de l’eau, d’activités ludiques et sportives, ce parc doit devenir le lien végétal entre Euroméditerranée II et les quartiers adjacents (Le Canet, les Crottes. . .), tout en jouant le rôle de bassin de ruisseau lors des épisodes de pluies torrentielles.

3d092f339b.gif

Corniche nord

 

Une promenade en travelling “sur” l’A55                                                                                                                    Que faire de l’A55 ? Cette question était posée à tous les candidats au concours d’urbanisme. La proposition du projet lauréat ne manque pas d’audace : enfouir l’autoroute du littoral dans un sarcophage ! Entre la tour CMA-CGM et l’échangeur du Cap Pinède, la passerelle disparaît, remplacée par une voie rapide semienterrée dans le talus surplombant le triage d’Arenc « avec vue mer ». Au-dessus, le projet prévoit l’aménagement d’une corniche littorale piétonne en prolongement de la rue de Paris, soit la possibilité d’une promenade d’environ 1 km, à 15 m au-dessus des voies ferrées et du port, avec la mer en panorama…Et sans la voiture !

La plus grande place de Marseille                                                                                                                               La nouvelle corniche dessine avec la rue de Lyon, le boulevard du Capitaine Gèze et la rue André Allar, un périmètre qui pourrait devenir le centre d’Euroméditerranée II . Le projet suggère de programmer ici un choix de plusieurs grandes réalisations à l’échelle de l’agglomération : palais des événements,marché des cinq continents, grand hôtel, ou encore une place publique aux dimensions inédites à Marseille, de l’ordre de 2 hectares…
Les urbanistes ont déjà trouvé le petit nom de cette grande idée : l’îlot XXL.

f2de33e391.gif

Plan guide

 

La proximité au centre d’une nouvelle qualité de vie                                                                                                   Et puis, bien sûr, on va se loger, se déplacer,travailler, se détendre, faire ses courses, se cultiver et se divertir, en un mot, vivre dans ce périmètre. Le nombre d’habitants et d’emplois sera multiplié par dix en dix ans. Créer une telle attractivité implique une profonde transformation des quar tier s compr is dans le périmètre (Arenc, Les Crottes, le Canet…) en préservant cependant les qualités villageoises du bâti existant etl’architecture industrielle typique. Conçu pour poser les bases d’un modèle de développement durable méditerranéen, le projet d’aménagement combine réhabilitations et constructions de nombreux logements à hautes performances environnementales, implantations de commerces, d’équipements de proximité (écoles, crèches, locaux
associatifs, sports…) et de nouvelles capacités d’accueil d’activités économiques à haute valeur ajoutée, intégration des transports publics (métro, tramway, TER…) et des modes doux de déplacements (piétons, vélos…), création de voies de quartiers et de traverses arborées pour une circulation apaisée… Le tout en pleine continuité avec les quartiers environnants (Bellevue, la Cabucelle…) qui bénéficieront de la dynamique de l’extension.
Marqués par leur passé industriel (180 sites recensés) et contraints par des installations logistiques importantes, les quartiers d’EuroméditerranéeII vont reprendre vie et respirer… À l’image de ces rues du Canet dont l’horizon,aujourd’hui barré d’entrepôts, pourrait demain s’ouvrir sur un parc baigné de verdure…

Source ANIMA

Forum mondial de l’eau à Marseille du 12 au 17 mars

Le plus grand rendez-vous mondial de l’eau

Tous les trois ans depuis 1997, le Forum Mondial de l’Eau mobilise les imaginations, les innovations, les compétences et les savoir-faire, pour faire avancer la cause de l’eau. Il rassemble tous les acteurs autour des enjeux actuels – aussi bien locaux que régionaux ou mondiaux – qui ne peuvent se traiter qu’avec toutes les parties prenantes réunies dans un cadre commun, avec des objectifs partagés.

L’objectif du 6ème Forum Mondial de l’Eau est de relever les défis auxquels notre monde est confronté,  et d’agir afin que l’eau se retrouve en tête des agendas politiques. Il n’y aura pas de développement durable tant que les questions de l’eau resteront non résolues. Partout sur la planète, pour toutes et pour tous, le droit à l’eau (reconnu par 189 États au sein de l’ONU, il y a un an) doit être garanti et mis en œuvre.

Ceci est notre première priorité. Mais au total, notre Commission thématique a développé 12 priorités d’action et 3 conditions de succès. Notre Commission régionale a également défini des priorités et objectifs pour l’Afrique, l’Amérique, l’Asie-Pacifique, l’Europe et 2 régions intercontinentales.

La 6ème édition, Marseille 2012

Le temps des solutions et des engagements!

Le 6ème Forum Mondial de l’Eau innove avec:

  • Une feuille de route pour des engagements concrets, impliquant des experts et décideurs de différents secteurs et régions du monde.
  • Un renforcement du processus politique, en particulier grâce à des contributions significatives et des engagements de la part de parlementaires et d’autorités locales et régionales du monde entier.
  • Des débats sur des questions sensibles.

 

Chiffres clés

• 140 délégations ministérielles
• Plus de 180 pays représentés dont l’Algérie
• Plus de 800 conférenciers
• 25 000 participants attendus
• Plus de 400 heures de discussions et débats
• Plus de 250 sessions et panels et environ 100 événements « Racines & Citoyenneté »
• Des trialogues régionaux organisées entre ministres, parlementaires et autorités locales / régionales.
• Des tables rondes de haut niveau

Une semaine de discussions, de débats, de solutions et de partage d’expériences afin de parvenir à des solutions concrètes et à des engagements pour la cause de l’eau.
Le Forum est ouvert à tous ceux qui veulent contribuer et participer à la résolution des défis mondiaux de l’eau!