Maroc/CAN : sanctions levées

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a annulé en grande partie des sanctions sportives prises par la Confédération africaine de football (CAF) contre le Maroc, qui avait refusé d’organiser la CAN 2015, et l’a autorisé à disputer les CAN 2017 et 2019.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a décidé ce jeudi d’annuler une partie des sanctions prises par la Fédération africaine de football (CAF) contre le Maroc suite à son refus d’organiser la Coupe d’Afrique des Nations 2015, en début d’année, en raison de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. “La Formation du TAS a admis l’appel dans une large mesure”, explique le TAS, dans un communiqué.

Suspendue pour les CAN 2017 et 2019, la Fédération marocaine (FRMF) a vu cette suspension levée par le TAS, et pourra donc aligner son équipe lors des qualifications des deux compétitions. “L’exclusion de l’équipe A du Maroc des deux prochaines éditions de la CAN n’était pas expressément prévue par les règlements en vigueur au moment du retrait de l’organisation de la CAN 2015 et en tous les cas, au vu des circonstances de l’affaire, n’était pas proportionnée à la faute de la FRMF ; les arbitres ont également pris en considération le fait que l’équipe A du Maroc avait déjà été exclue de la CAN 2015 et que la FRMF devait supporter les dommages financiers que cette exclusion lui avait causé, ainsi que les dépenses engagées dans le cadre de l’organisation de la CAN 2015”, explique le communiqué.

Le TAS a également décidé de réduire les sanctions financières infligées à la Fédération marocaine, en faisant passer l’amende demandée par la Fédération africaine de football (CAF) de huit millions de dollars (un million de dollars d’amende et sept millions au titre des réparations et préjudices), à 50 000 dollars pour l’amende, tout en précisant que “sur le fond, la Formation a estimé qu’aucune disposition réglementaire ne permettait à la CAF d’obliger unilatéralement la FRMF à verser une indemnité pour dommage. La Formation n’a toutefois pas écarté le droit de la CAF à obtenir la réparation d’un dommage éventuel, notamment par la mise en œuvre de la procédure d’arbitrage prévue spécialement dans le Contrat d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations”.

Ebola : le Maroc n’a pas renoncé à organiser la CAN

Le Maroc a formellement démenti avoir «renoncé à l’organisation de la CAN-2015» de football, a indiqué vendredi le ministère marocain de la Jeunesse et des Sports. Le Royaume a toutefois sollicité il y a une semaine le report de la compétition face aux risques sanitaires liés à la pire épidémie d’Ebola de l’histoire, qui a fait quelque 4 500 morts, principalement dans trois pays d’Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone).

 

La Confédération africaine de football (CAF), destinataire de la requête, a immédiatement réagi en indiquant maintenir les dates, tout en annonçant des réunions entre les deux parties début novembre.

 

D’ici là, «le Maroc exprime toujours sa ferme volonté d’accueillir la prochaine édition de la CAN», a assuré dans un communiqué le ministère des Sports, à trois mois jour pour jour du coup d’envoi prévu à Marrakech (17 janvier). Ce texte constitue «un démenti formel» aux «allégations» selon lesquelles le Royaume aurait renoncé, a précisé le ministère.

 

Le ministère des Sports dit travailler sur des «alternatives»

 

Selon la même source, «la position du Maroc (…) ne souffre aucune ambiguïté» : la demande de report fait suite à «l’évolution rapide et inquiétante du virus Ebola, à la lumière des rapports de l’Organisation mondiale de la santé». Le ministère dit proposer «des alternatives» et se préparer «activement à la réunion prévue dans les prochains jours avec les instances responsables de la CAF».

 

Dans un entretien à l’AFP mardi, le ministre des Sports Mohammed Ouzzine avait déjà temporisé. Comme on lui demandait si la décision du Maroc de ne pas organiser la CAN en janvier était «irrévocable», il avait rétorqué que la question n’était «pas tranchée». Mohammed Ouzzine avait signalé la nécessité, au préalable, de rencontrer le président de la CAF, Issa Hayatou, et évoqué lui aussi la tenue d’un Comité exécutif de l’instance panafricaine, le 2 novembre à Alger.

 

Cette semaine, des médias locaux ont toutefois cité le ministre de la Santé, Lahoucine Louardi, sur le caractère définitif de la position du Royaume.

 

D’ici sa rencontre avec la partie marocaine, la CAF travaillerait de son côté à un «plan B», qui consisterait à organiser l’épreuve en Afrique du sud ou encore au Ghana.

 

Maroc : La logistique Rhône-Alpes embarque pour le Rallye des Gazelles

A travers sa volonté de participer à la prochaine édition de ce rallye 100% féminin (20 mars au 4 avril 2015), Claire Ribouillard, déléguée générale du Pôle d’Intelligence Logistique (Pil’es), souhaite représenter l’ensemble de la filière logistique Rhône-Alpes. D’ailleurs, parmi ses sponsors, l’équipage compte le Pil’es’s, le Port de Salaise-Sablons et Koala Services. Toujours à la recherche de nouveaux partenaires de la supply chain, pour créer une équipe « logistique », la responsable du pôle va donc transformer un objectif personnel en véritable challenge collectif. Depuis 1990, le Rallye Aïcha des Gazelles permet aux femmes de toutes nationalités et de tous horizons de se réaliser en participant à un rallye éco-responsable dans le désert marocain. 150 équipages de toutes nationalités se lancent sur les pistes, équipés uniquement d’une carte et d’une boussole (les GPS sont interdits). Depuis 2010, le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc est le premier rallye au monde à obtenir une certification environnementale et internationale.

Contact : contact@lesdunesducoeur.org / lesdunesducoeur.org


Après la traversée du détroit de Gibraltar, Hassan Baraka rallie l’Europe à l’Asie

Deuxième réalisation dans le cadre du défi qu’il s’est lancé : l’athlète marocain Hassan Baraka a traversé ce dimanche, à la nage, le détroit du Bosphore, qui rallie la mer Noire à la mer Marmara, en Turquie.

Un exploit réalisé dans le cadre de la 26e édition du Bosphorus cross continental, compétition sportive du Comité olympique turc, et qui a connu la participation de nombreux athlètes venus des cinq continents.

L’année dernière, Hassan Baraka avait encore fait parler de lui, en traversant le détroit de Gibraltar (16,6 km).

Et ce n’est pas tout, puisqu’il ambitionne de relier les cinq continents à la nage. En effet, Hassan Baraka prévoit de rallier à la nage notamment l’Océanie à l’Asie (Papouasie-Nouvelle Guinée-Indonésie), l’Afrique à l’Asie (l’Egypte-l’Arabie Saoudite), et de faire le pont entre l’Amérique et l’Asie (Russie-Alaska, Etats-Unis). Cette dernière étape étant, à lui seul, un grand défi, compte tenu des forts courants, de l’eau froide et des aléas en Alaska.

“Je vais tenter d’inscrire le Maroc dans le cercle très fermé des nageurs ayant réussi cette aventure”, avait-il déclaré à un média marocain au début de cette année. Pour lui, ce sera sa “plus grande fierté !”.

Source aufaitmaroc.com

Le sportif et militant Mohamed M’jid nous a quitté

Figure charismatique du paysage associatif, sportif et politique, du Maroc Mohamed M’jid était connu de tous pour son franc-parler et pour son engagement en faveur des causes justes.

Son sens du combat a commencé dès le plus jeune âge dans la résistance contre l’occupation française, ce qui lui a valu de se retrouver derrière les barreaux à l’âge de quatorze ans. Son parcours d’homme d’action ne fait que commencer.

Ainsi, dans les années soixante-dix, il représente Safi, sa ville natale au Parlement. Il est également représentant du Haut Commissariat aux réfugiés au Maroc, fonction qu’il continue d’exercer et qui lui a valu un Certificat Nobel de la Paix. Dans le domaine sportif, Mohamed M’jid n’a jamais cessé de promouvoir le sport sous toutes ses formes. Dans sa jeunesse, il était un pratiquant de haut niveau d’athlétisme, de foot et de basket-ball, ainsi que de tennis en tant que président de la Fédération Royale Marocaine de Tennis. Il a également conseillé le Paris-Dakar lorsqu’il passait par le Royaume..

Dans le social, M’jid participe de manière directe ou indirecte aux activités de très nombreuses associations et répond présent chaque fois qu’il est sollicité pour une cause qui l’interpelle.

La création de la Fondation Marocaine pour la Jeunesse, l’Initiative et le Développement, avec un groupe d’amis, des membres de la société civile, des enseignants, des professions libérales, ayant une expérience dans le domaine associatif, pédagogique, encadrement des jeunes et recherche de l’excellence, est le dernier témoignage de son souci de contribuer activement au développement de son pays en général et de la jeunesse en particulier.

 

Les funérailles de feu Mohamed M’jid, décédé jeudi matin à Rabat à l’âge de 97 ans, ont eu lieu vendredi à Casablanca en présence du Prince Moulay Rachid.

 

Après les prières d’Al-Asr et du mort à la mosquée Arrahma, le cortège funèbre s’est dirigé vers le cimetière Arrahma où le défunt a été inhumé, en présence, notamment, du conseiller du Roi, Fouad Ali Al-Himma, du chef du gouvernement M. Abdelilah Benkirane, et de plusieurs personnalités du monde de l’économie, de la politique, de la culture et des lettres et du sport, ainsi que de membres de sa famille.

 

Le Roi Mohammed VI avait adressé un message à la famille du défunt exprimant sa profonde émotion et sa grande affliction, en cette douloureuse circonstance.

Marié à une Française, Mohamed M’jid, était un ami de Partenariat Europe Maghreb & europemaghreb.fr qui présente ses sincères condoléances à sa famille ainsi qu’à ses proches.


Un skieur franco-marocain aux JO de Sotchi

A quelques semaines des JO d’hiver de Sotchi, Samir Azzimani s’entraîne sur le bitume de la banlieue parisienne pour représenter le Maroc à l’épreuve de… ski de fond. Une première qui galvanise cet adepte du système D, bien décidé à aller au bout de son rêve. Participer aux Jeux olympiques d’hiver quand on a toujours vécu en banlieue parisienne et qu’on doit sa rencontre avec le  ski à une colonie de vacances? Trop facile. Samir Azzimani l’a déjà fait : c’était à Vancouver, en 2010. Des centaines de milliers de personnes avaient vu défiler à la cérémonie d’ouverture le seul représentant du Maroc.

empty.gif

Tout sportif amateur se contenterait de ce moment de grâce et d’une honorable 44e place en slalom. Pas Samir. Il s’est lancé un nouveau défi : à 36 ans, participer aux JO 2014, à Sotchi, en Russie, en ski alpin et… en ski de fond, discipline qu’il n’a jamais pratiquée en compétition!

Des milliers de 4L sur les routes du désert marocain

Quelque 1500 écoles et universités et 2700 étudiants sont dans les starting block pour la 16ème édition du 4L Trophy dans le désert marocain. Top départ le 14 février.

Pour sa seizième édition, la grande caravane du 4L Trophy va se lancer sur les routes du Sud marocain. Six jours d’aventure extraordinaire pour quelque 2700 jeunes étudiants, par équipe de deux au volant de leur 4L, seul et unique véhicule autorisé. Dans une version vintage: pas de GPS ni de moteurs gonflés mais une boussole, un road book et le désert pour mener à bien une compétition qui – au contraire de la grande majorité des autres rallyes – ne se mesure pas à la vitesse. L’objectif est en effet de s’orienter le mieux possible afin de parcourir les étapes en effectuant le moins de kilomètres possible.

1460 écoles et universités

Ces étudiants âgés de 18 à 25 ans sont issus de 1460 écoles et universités. Elles sont françaises pour l’essentiel, «mais nous avons également des participants belges, suisses, allemands, espagnols, canadiens et même brésiliens», explique Jean-Jacques Rey, patron de Desertours et fondateur du 4L. «C’était il y a 18 ans. J’avais organisé un circuit dans le pays Dogons. Le soir autour du feu, nous avions été plusieurs à nous dire que nous aurions adoré faire un tel voyage quand on avait dix huit ans», raconte celui qui a lui-même participé à de très nombreux rallyes. Le 4L est né ainsi. «La première année nous avions trois équipages et une voiture d’accompagnement, en 2005 il y en avait 460 et aujourd’hui 1350».

L’organisation a suivi la même évolution. Le seul et unique 4X4 des origines a été multiplié par 90, sans compter deux énormes camions pour l’assistance et un hélicoptère pour les égarés ou retardataires. Rien n’est laissé au hasard pour ce que certains jeunes vivront comme un voyage initiatique, loin de leur famille, totalement interdite de séjour sur le parcours.

Les jeunes vont effectuer quelque 6000 kilomètres où il sera question de débrouillardise, d’engueulades, d’entraide, de fous-rires, d’émerveillement… Sans oublier l’un des volets essentiels du 4L Trophy: la solidarité, en partenariat avec l’association Enfants du Désert. Chaque année les jeunes sont sollicités pour amener sur le terrain du matériel scolaire (72 tonnes en 2012) ou donner un peu d’argent. Leur investissement a déjà permis de construire une école et d’ajouter des salles de classe et des sanitaires dans deux autres.

Top départ le 14 février

Pilotée par Lætitia Chevallier, l’association Enfants du Désert est relayée au Maroc par une quinzaine d’ONG qui s’assureront avec elle que les dons arrivent bien aux destinataires, en particulier les jeunes enfants. Sans oublier au Maroc toutes les initiatives individuelles des uns et des autres: installation de petites éoliennes, pompes à eaux solaires, pose de panneaux photovoltaïques… Du matériel qu’un ancien concurrent revisite tous les ans pour s’assurer du bon fonctionnement et réparer si nécessaire.

Depuis deux ans, en partenariat avec la Croix-Rouge française, des aliments destinés aux plus démunis sont également distribués au départ des villes françaises. Le 4L Trophy soutient aussi l’association «Rire Médecin».

Au Futuroscope de Poitiers pour les uns à Saint Jean-de-Luz pour les autres, tous les équipages sont attendus pour le top départ le 14 février.

Maroc : L’espagnol Meirsa pour réaliser le golf de l’Argan Resort

Grupo Meirsa, le leader espagnol de la réalisation de terrains de golfs, a décidé de créer une filiale au Maroc. Cette décision fait suite au marché remporté auprès de Prestigia (Groupe Addoha) pour la réalisation d’un parcours de 18 trous, conçu par Tony Jacklin, et qui sera adossé à l’Argan Golf Resort de Marrakech.

Maroc: Plus de 80% des Marocains font confiance au leader du PJD

Pas moins de 82 % des Marocains font confiance au chef de gouvernement désigné, M. Abdelilah Benkirane, secrétaire général du Parti Justice et Développement (PJD), révèle un sondage d’opinion effectué par l’institut LMS-CSA pour le compte de l’hebdomadaire Actuel.

 

“Rarement un chef de gouvernement aura bénéficié d’une telle adhésion au lendemain de sa nomination. 82% des Marocains font aujourd’hui confiance au leader du PJD”, souligne Actuel.

 

Ce sondage, réalisé du 02 au 05 décembre auprès de 1.000 personnes âgées de 18 ans et plus, “en face à face, est une première”, note la publication, soulignant que l’étude éclaire sur le degré de confiance, exceptionnel, dont bénéficie le chef du gouvernement.

 

En même temps, le sondage hiérarchise les dossiers prioritaires auxquels le prochain cabinet aura à s’atteler sans tarder, à savoir la lutte contre la corruption (62 %), la politique de santé et l’accès aux soins (59 %), la réforme de l’enseignement et de l’éducation (51 %), autant de chantiers prioritaires souhaités par les Marocains.

 

Il révèle aussi les principales attentes de la population en matière de politique économique et sociale: un SMIC (Salaire minimum interprofessionnel de croissance) à 3.000 DH (71 %), la réduction de la fiscalité des entreprises pour favoriser la création d’emplois (59 %), la création d’une caisse d’allocation chômage (46 %) sont les trois premières mesures que le gouvernement devra prendre pour répondre aux fortes attentes de la population.

 

Le sondage traduit d’autre part un ancrage profondément conservateur de la société marocaine, puisque 77 % des sondés estiment que la vente d’alcool doit être interdite, 57 % sont totalement favorables à la suppression des festivals, alors que 68 % sont très favorables à une nouvelle politique culturelle plus conforme aux fondamentaux de l’islam. En revanche, constate le sondage, 49 % des Marocains sont favorables à l’interruption volontaire de grossesse contre 32 % qui y sont totalement opposés.

 

D’après le sondage, le nouveau chef du gouvernement “porte les espérances d’un Maroc acteur reconnu sur la scène internationale”. Sur ce registre, les Marocains se déclarent “totalement favorables” ou “plutôt favorables” au développement des relations bilatérales avec la Turquie (69 %), au renforcement de son leadership au sein de la diplomatie africaine (64 %), et à une coopération plus étroite avec le Qatar pour donner un nouveau souffle à la Ligue arabe (62 %).

 

L’initiative d’un sommet Maroc-Tunisie-Libye-Egypte pour tirer les enseignements du “Printemps arabe” a recueilli l’adhésion de 68 % des sondés qui se sont prononcés en faveur d’une adhésion “sans réserve” du Royaume au Conseil de Coopération du Golfe (60 %), l’organisation d’un sommet avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika pour négocier la réouverture des frontières avec l’Algérie a été aussi préconisée par 68 % des personnes interrogées.


Eliminatoires CAN-2012 : Victoire de l’Algérie devant le Maroc (1-0)

L’équipe nationale algérienne de football a battu son homologue marocaine sur le score de 1 à 0 (mi-temps: 1-0) en match comptant pour la 3e journée du Groupe D, des éliminatoires de la CAN-2012 disputé dimanche au stade du 19 mai 56 à Annaba. Le but de la rencontre a été inscrit par Hacène Yebda (6e sur penalty). Après cette rencontre, l’Algérie a rejoint à la 1ère place les sélections de la République Centrafricaine, du Maroc et de la Tanzanie avec quatre points. Dans l’autre match du Groupe D joué samedi, la Tanzanie s’était imposée devant la République Centrafricaine (2-1). L’Algérie et le Maroc se retrouveront le 3 juin prochain au Maroc, pour le compte de la 4e journée des éliminatoires de la CAN-2012.