Fives Group s’implante à Tanger

La zone franche de Tanger vient d’attirer le Français Fives Group, leader en ingénierie industrielle en Europe, spécialisé dans la réalisation d’usines clés en main pour plusieurs secteurs, dont l’automobile et l’énergie. Le groupe a procédé à la création Cinetic Maroc via Cinetic Assembly, sa filiale dédiée à l’intégration de solutions de manutention industrielle de charges lourdes.

Partenaire de Renault-Nissan en Espagne, Cinetic Assembly sera également l’un des fournisseurs de l’usine de Renault Tanger.

La nouvelle entité devrait recruter une vingtaine d’ingénieurs.


Capgemini compte doubler ses effectifs au Maroc d’ici deux ans

L’Inde n’est pas la seule priorité de la SSII en matière d’offshore. Présente depuis 2007 au Maroc, Capgemini vient d’inaugurer un nouveau siège social dans le parc technologique de Casanearshore, zone franche destinées aux spécialistes de l’offshore informatique. Passée de 110 collaborateurs en 2008 à 260 aujourd’hui, la première SSII française compte doubler ses effectifs d’ici deux ans. Preuve que la demande des grands comptes français est bien réelle. Elle prévoit de recruter d’ici la fin 2010 une centaine de salariés dont 70 % pour son activité intégration de système et 30 % dans la gestion d’infrastructure, une offre que Capgemini va lancer prochainement. La moitié des recrues seront des jeunes diplômés, l’autre moitié des profils plus expérimentés. Une partie des seniors recrutés est constituée de Marocains ayant suivi leur carrière à l’étranger et qui choisissent de rentrer au pays, précise-t-on au sein de la SSII.


Energie : L’appel d’offres pour la STEP (Maroc) sera lancé fin 2010

La station de transfert d’énergie par pompage (STEP), cette fois-ci dans la région d’Agadir, est liée à la retenue du barrage Abdelmoumen, dont elle porte le nom. Cette station, la deuxième de ce type au Maroc, se base sur l’usage de deux réservoirs d’eau d’une capacité de 1,2 million de m3 chacun Elle sera mise en service en 2014 et permettra d’alimenter une grande partie du sud du Maroc.

Coopération : Mise à niveau du secteur marocain de la pêche

Le Conseil d’administration de l’Agence Française de Développement (AFD) a approuvé l’octroi d’un financement de 28 millions d’euros (prêt de 27 millions d’euros et subvention de 1 million d’euros) à l’Office National des Pêches (ONP) pour la mise à niveau et aux normes sanitaires des infrastructures et équipement de l’ONP et le renforcement des capacités commerciales de l’Office.

Avec des captures atteignant un million de tonnes, le secteur de la pêche procure 600.000 emplois et représente 2,3 % du PIB du Maroc et 10 % de ses exportations. Les autorités ont adopté une stratégie de développement de ce secteur, le plan Halieutis, et ont signé avec l’ONP un contrat de performance pour la période 2009 – 2012, avec un programme d’investissement s’élèvant à 297 millions d’euros. Ce programme vise à mettre à niveau les normes sanitaires des infrastructures et des équipements du secteur et à renforcer les capacités sanitaires de ses acteurs.

L’AFD apportera son concours à la construction de quatre halles de marée et d’une plate-forme pour les exportateurs, à la mise à niveau des ports de pêche repris en gestion par l’Office, à l’introduction de contenants normalisés conformes aux normes de qualité et d’hygiène des produits et à la modernisation du système d’information et de gestion de l’Office. En outre, l’AFD accompagnera le jumelage de halles marocaines et françaises, l’appui à la profession des mareyeurs et la généralisation du dispositif de traçabilité des produits de la pêche.

Coopération : Amélioration du réseau d’eau potable à Oujda (Maroc)

Le Conseil d’administration de l’Agence Française de Développement (AFD) a approuvé l’octroi d’un prêt de 10 millions d’euros à la Régie Autonome de Distribution d’Eau et d’Electricité d’Oujda pour un programme d’amélioration du rendement du réseau d’eau potable de la ville d’Oujda.

Le premier concours accordé par l’AFD à la régie lui a permis d’atteindre un taux de raccordement au réseau d’eau potable de 98 % et d’assurer une distribution 24h/24 ; cependant, le rendement actuel, de 53 %, est le plus faible de toutes les régies du Maroc, la moitié de l’eau produite étant perdue. Le programme prévoit des prestations de recherche de fuite et des travaux de renouvellement de réseaux et de branchements et des compteurs, ainsi que la mise en place d’outils de suivi et d’accompagnement. Il permettra d’atteindre un rendement de 63 % en 2014, et de 75 % en 2019. La diminution des charges qui en découlera permettra d’éviter, ou de différer, des augmentations tarifaires et de diminuer les ressources en eau nécessaires pour alimenter la ville.


France Expo Casablanca 2010

Du 10 au 13 novembre 2010, Ubifrance et la Chambre française de Commerce et d’Industrie du Maroc (CFCIM) organisent la 5e édition de France Expo Casablanca, exposition multisectorielle avec près de 10 000 visiteurs attendus, 350 exposants et 9 000 m2 d’exposition. Renseignements : www.ubifrance.fr


Sous-Traitance : Premier salon SISTEP-MIDEST au Maroc en 2011

Seul salon professionnel marocain dédié à la sous-traitance industrielle, le SISTEP et le MIDEST se sont associé avec comme objectif, de devenir LE rendez-vous annuel incontournable de l’industrie dans ce pays et en Afrique. La première version issue de cette alliance se déroulera du 17 au 20 mai 2011 au Parc des Expositions de Casablanca (OFEC).

Accord de coopération franco-marocain dans le nucléaire

La préparation de cet accord avait été lancée lors d’une visite du président Nicolas Sarkozy au Maroc en octobre 2007. Mal doté en énergies fossiles, le royaume chérifien, qui n’a qu’un réacteur nucléaire, compte construire sa première centrale nucléaire entre 2022 et 2024. Des appels d’offres internationaux pourraient être lancés entre 2011 et 2014.

“C’est un accord général, un accord cadre qui permet d’accompagner le Maroc sur le chemin de la préparation à son entrée dans le champ de l’énergie nucléaire”, a déclaré le Premier ministre français François Fillon, à l’issue de la 10e rencontre de haut niveau franco-marocaine, à Paris. L’accord prévoit une coopération en matière technologique et dans les domaines de la formation et de la sûreté.

“Ce n’est pas un accord commercial pour la construction aujourd’hui d’un réacteur nucléaire. C’est dans une deuxième étape que la France fera des propositions en ce sens compte tenu de l’excellence de sa technologie et de ses entreprises”, a dit François Fillon lors d’une conférence de presse commune avec son homologue marocain, Abbas El Fassi.

SOLAIRE ET FERROVIAIRE

Le Premier ministre marocain a déclaré plus tard, à l’issue d’un entretien avec le président Nicolas Sarkozy, que la France était aussi intéressée par une participation dans des projets marocains importants touchant aux énergies renouvelables. Le Maroc veut produire 2 000 Mégawatts à l’horizon 2020 par l’énergie solaire et autant par l’énergie éolienne.

“On a choisi cinq sites pour le solaire et le premier sera à Ouarzazate (sud marocain). La France va intervenir dans ce premier site”, a expliqué Abbas El Fassi. Au total, la réunion de haut niveau franco-marocaine a été marquée par la signature d’une douzaine d’accords, a-t-il dit.

Le Premier ministre marocain a par ailleurs déclaré que le bouclage financier du train à grande vitesse Tanger-Casablanca, un projet de deux milliards d’euros, était achevé, avec des contributions françaises, saoudiennes et koweïtiennes. La France et le Maroc avaient signé un protocole d’accord sur la construction de ce TGV par des groupes français lors de la visite de Nicolas Sarkozy dans le royaume chérifien.

Abbas El Fassi a également dit avoir parlé avec le président français du rôle que pouvaient jouer la France et le Maroc en Afrique sub-saharienne. “Nous sommes déjà installés en Afrique dans les domaines des banques, des services, de l’informatique, et nous voulons un partenariat franco-marocain pour le développement de l’Afrique”, a dit le Premier ministre marocain. “C’est une chose qui est acceptée par la France.”