E. Macron aurait eu des liens financiers avec des oligarques algériens arrêtés

Au terme d’une enquête, le journaliste Marc Endeweld a publié le livre «Le grand manipulateur» où il revient sur les liens que le président français aurait établis en Algérie. Il s’agit notamment de deux oligarques, les hommes d’affaires influents Ali Haddad (photo) et Issad Rebrab, arrêtés en avril dans le cadre d’enquêtes sur des affaires de corruption.

Alors qu’il se trouvait en pleine campagne électorale à la veille de l’élection présidentielle, en février 2017, Emmanuel Macron s’est rendu à Alger où il a eu des rencontres discrètes avec des hommes d’affaires parmi les plus influents du pays, raconte dans son livre «Le grand manipulateur. Les réseaux secrets de Macron» le journaliste Marc Endeweld. Il explique qu’à l’époque le candidat était dans une situation financière assez difficile, l’argent ayant «manqué terriblement pour poursuivre sa campagne, le budget étant très entamé».

Selon Marc Endeweld, il s’agissait notamment de deux hommes influents du pays, Ali Haddad, dans l’entourage d’Abdelaziz Bouteflika, et Issad Rebrab, soutenu par l’ancien Département du Renseignement et de la Sécurité algérien, avec qui le futur Président aurait tissé des liens.

«Le 14 février, en fin de matinée, un petit déjeuner est organisé sur la terrasse de l’hôtel El Aurassi avec les représentants du FCE, le Forum des chefs d’entreprises, l’équivalent du Medef», raconte le journaliste parlant du voyage d’Emmanuel Macron. Ali Haddad y était présent, «tout sourire» face au futur président français.

Quelques heures plus tôt dans le même hôtel, l’homme d’affaires avait déjà pris un autre petit déjeuner avec Macron, selon l’auteur du livre. Rien n’avait filtré de cette rencontre, précise-t-il.

Comme l’explique Marc Endeweld, à l’époque, Alexandre Djouhri, dit Alex, proche à la fois de Dominique de Villepin, l’ancien Premier ministre de Chirac, et de Maurice Gourdault-Montagne, l’actuel secrétaire général du Quai d’Orsay, séjournait fréquemment en Algérie et avait des relations poches avec Ali Haddad.

«Selon trois sources différentes, l’homme d’affaires algérien a bien rencontré à cette occasion le futur Président», affirme le journaliste. Toutefois, cette information a été démentie par Djouhri.

En même temps, la veille de ces petits déjeuners avec Ali Haddad, Macron aurait dîné avec une autre personnalité influente, Issad Rebrab, qui avait à l’époque des relations tendues avec le Président algérien et son entourage, indique Marc Endeweld précisant que le futur Président de la République avait toutefois accepté l’invitation au risque de mécontenter Bouteflika.

Comme l’écrit le site Web d’investigation Mondafrique, il y avait deux raisons. La première est que Macron «connaissait bien l’industriel kabyle qui investissait massivement en France alors qu’il était secrétaire général adjoint à l’Élysée puis ministre de l’Industrie durant […] François Hollande».

La deuxième raison est liée aux liens «très nombreux entre les entourages du candidat et de l’oligarque».

«Rebrab est en effet un intime de François Touazi depuis fort longtemps. Le groupe Cevital que l’homme d’affaires a fondé a fait travailler Alexandre Benalla à l’époque où ce dernier avait créé, depuis le Maroc, la société de sécurité Velours.»

En outre, écrit Mondafrique, Rebrab a été assisté dans ses investissements en France par un ancien trader franco-algérien, Farid Belkacemi, «proche ami d’Alexandre Benalla». Depuis son élection, Emmanuel Macron «n’a cessé de témoigner de son amitié pour l’industriel kabyle», précise le site.

«De là à imaginer des sources de financement algériennes dans la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, il y a un pas que plusieurs sources à Alger franchissent en privé, mais sans preuves et au sein d’un microcosme où courent les rumeurs les plus folles», a résumé le média.

Le 22 avril, plusieurs hommes d’affaires ont été arrêtés en Algérie dans le cadre d’enquêtes pour corruption, dont Ali Haddad et Issad Rebrab.

Rappelons qu’en début d’année, une enquête américaine avait conclu à la forte probabilité d’un financement de la campagne du président Macron par des fonds algériens.

Ceci avait été rapporté, entre autres, par la journaliste belge d’origine algérienne Layla Haddad

Algérie: le groupe Ponroy Santé ouvre une filiale

Le groupe Ponroy Santé (200 millions d’euros de chiffre d’affaires et 700 salariés en 2018) ouvre une filiale en Algérie. Le Français spécialisé dans la conception et la fabrication de compléments alimentaires est présent depuis plus de quinze ans dans ce pays et « figure parmi les trois premiers acteurs » de ce marché selon un communiqué.

Riad Djarmouni, partenaire historique de Ponroy Santé avec Alpharmex Algérie, en prend la direction. Vitalion Algérie, société d’importation, de distribution et de promotion des compléments alimentaires créée en juin 2017, était le représentant exclusif de la société en Algérie et distribuait déjà quinze références du groupe. La filiale prend d’ailleurs le nom de Vitalion et vise la commercialisation de plus de quarante références de produits bien-être d’ici à fin 2019 et plus de 100 dans deux ans.

Elle envisage aussi se développer dans la grande distribution – où Ponroy est déjà présent avec ses marques Yves Ponroy et Vitarmonyl – en y implantant ses produits cosmétiques des marques Biolane et Naturé moi.

« En Algérie, la demande en produits naturels dédiés au bien-être est en forte augmentation. Les consommateurs sont également adeptes de produits d’origine française. C’est un marché en plein essor disposant d’un fort potentiel de croissance pour les années à venir. D’ici à 2021, nous espérons une multiplication par cinq du chiffre d’affaires réalisé sur place », commente Pierre Uminski, directeur International du Groupe Ponroy Santé.

Créé en 1975, le groupe breton de Boufféré (près de Nantes) signe ainsi sa sixième implantation à l’étranger après l’Italie, la Belgique, le Canada et la Chine (Shanghai et Hong-Kong). Le groupe réalise un tiers de son chiffre d’affaires à l’international.

Algérie: investissements nécessaires dans l’industrie du recyclage plastique

L’Algérie consomme 7 milliards de sacs plastique soit la cinquième place au niveau mondial.

La problématique du recyclage est importante dans le pays car faute d’une industrie du recyclage, de nombreux de ces sacs plastique sont déversés dans la mer.

Il est en effet moins coûteux de jeter ces sacs d’autant plus que les technologies dans le domaine sont inexistantes dans le pays faute d’une volonté politique indiscutable.

Cette situation est d’autant plus dommageable que l’Algérie importe chaque année deux milliards de dollars de matières plastique sous forme primaire, les principaux fournisseurs étant l’Arabie Saoudite et la Chine.

Algérie: le Pdg de Sonatrach limogé

En Algérie, Abdelmounen Ould Kaddour, le Pdg de Sonatrach, l’entreprise pétrolière nationale, a été limogé mardi 23 avril. C’est ce qu’a annoncé la télévision nationale sans donner d’explication. Mais ce changement à la tête d’une entreprise cruciale pour l’Algérie intervient dans un contexte de multiplication des enquêtes pour corruption.

En 2007, il avait été condamné par un tribunal militaire dans une affaire d’espionnage. Abdelmoumen Ould Kaddour a pourtant pris la tête de Sonatrach, l’entreprise pétrolière nationale il y a 2 ans. Sonatrach, c’est « La » source de revenu de l’État algérien, qui rapporte 60% du budget. Quelque 120 000 employés, plus de 150 filiales, c’est aussi le plus gros groupe pétrolier d’Afrique.

Abdelmoumen Ould Kaddour, 68 ans, a été limogé par la présidence ce 23 avril. Il a été remplacé par un autre haut fonctionnaire de Sonatrach, Rachid Hachichi, dans un contexte très particulier.

Le chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaïd Salah, avait demandé l’accélération des procédures judiciaires en cours dans des affaires de corruption. Des hommes d’affaires de premier plan ont été arrêtés et incarcérés ces derniers jours.

Mais la Sonatrach était également au cœur de grandes négociations liées à l’exploitation du gaz de schiste. Des négociations avec l’entreprise américaine ExxonMobil, qui avait, selon la presse, suspendu ses discussions au mois de mars du fait du mouvement de protestation, les Américains craignant que le Pdg de Sonatrach quitte son poste.

Algérie: cinq milliardaires dont des proches de Bouteflika arrêtés

Cinq milliardaires algériens, dont des proches de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, ont été arrêtés en Algérie dans le cadre d’enquêtes anticorruption, rapporte la télévision locale. Ces cinq personnes sont Issad Rebrab, considéré comme l’homme le plus riche d’Algérie, et quatre frères de la famille Kouninef ayant des liens avec Bouteflika, ajoute la télévision.

En effet, la gendarmerie algérienne a arrêté dimanche soir quatre des frères Kouninef, une puissante famille d’hommes d’affaires proche d’Abdelaziz Bouteflika, contraint de démissionner le 2 avril de la présidence de la République, a annoncé la télévision d’Etat. Ils doivent être entendus dans le cadre d’une information judiciaire pour notamment « non-respect des engagements contenus dans des contrats conclus avec l’Etat, trafic d’influence pour obtenir d’indus avantages et détournements de foncier » avant d’être présentés devant le parquet, selon cette source.

La famille Kouninef est réputés proche de Saïd Bouteflika, frère et puissant ex-conseiller de l’ancien chef de l’Etat, qui a démissionné sous la pression conjuguée de la rue et de l’armée. Très influents mais très discrets, les frères Kouninef sont à la tête d’un empire allant de l’agroalimentaire au génie civil pétrolier.

Le chef d’état-major de l’armée, le général Gaïd Salah, avait appelé le 16 avril la justice à « accélérer la cadence » dans les enquêtes ouvertes pour corruption contre des hommes d’affaires liés à l’ancien clan présidentiel.

Début avril, l’ex-patron des patrons algériens, Ali Haddad, riche homme d’affaires, également proche de Bouteflika, avait été écroué après avoir été arrêté alors qu’il se rendait en Tunisie. Il avait été arrêté après la découverte de devises non déclarées et de deux passeports, une infraction selon la législation algérienne.

Au lendemain de son arrestation, la justice avait annoncé l’ouverture d’enquêtes sur des faits de corruption et de transferts illicites de capitaux. Elle avait également interdit à un certain nombre de personnes de quitter l’Algérie, sans donner de noms, mais la presse avait révélé ceux d’une dizaine d’influents hommes d’affaires, tous liés à l’entourage du chef de l’Etat.

Journées Culturelles & Économiques de la Tunisie à Toulouse, avril 2019

Forte de ses 3 précédentes éditions débutées en 2016, le Consulat de Tunisie à Toulouse organisera, en collaboration avec la Mairie de Toulouse, l’Office National du Tourisme Tunisien, ainsi que les associations tunisiennes de Toulouse, la quatrième édition des Journées Culturelles & Économiques de la Tunisie à Toulouse, du 19 au 24 avril 2019. 

L’événement se déroulera square Charles-de-Gaulle, situé rue d’Alsace-Lorraine en plein centre de la Ville Rose, lieu très apprécié des Toulousains qui s’y promènent toujours aussi nombreux. 

Cette manifestation, ouverte au public, a pour objectif de promouvoir la richesse et le dynamisme de l’offre commerciale, touristique et culturelle tunisienne, des savoirs-faire artisanaux et des produits du terroir. 

Cet évènement réunira 20 exposants: Offices et Compagnies nationales, produits typiquement tunisiens, produits artisanaux, services touristiques, bancaires, restauration tunisienne, etc.

L’exposition sera composée de 26 chapiteaux 

D’un espace dédié à l’accueil et l’animation 

De 20 stands commerciaux où des sociétés et des artisans pourront exposer leurs produits, leurs créations et leurs savoirs-faire.

Des animations artistiques seront réalisées tous les jours (le matin et l’après-midi). Des dégustations, des démonstrations des métiers de l’artisanat, des expositions, des projections de films et spots promotionnels sur le tourisme et le patrimoine tunisiens seront proposées quotidiennement aux visiteurs. 

Une soirée musicale est également programmée pour le samedi 20 avril 2019. 

Les horaires d’ouverture des Journées Culturelles & Économiques seront les suivants : 

Vendredi 19 avril : 10h00 – 20h00 

Samedi 20 avril : 10h00 – 20h00 

Dimanche 21 avril : 10h00 – 20h00 

Lundi 22 avril : 10h00 – 20h00 

Mardi 23 avril : 10h00 – 20h00 

Mercredi 24 avril : 10h00 – 16h00 

Infos & Contacts : 

Office National du Tourisme Tunisien 

32, Avenue de l’Opéra 75002 PARIS 

Tél : +33.1.44.51.51.74 -Fax : +33.1.47.42.52.68 

E-mail :ontt.france@discovertunisia.com 

www.discovertunisia.com 

Le 21 mars 2019 – Paris: Comment bien exporter vers l’Algérie ?

Relations commerciales France/Algérie, modes de transport, moyens de paiement, incoterms, circuits douaniers, documents incontournables… Quelles sont les bonnes pratiques pour développer son activité avec l’Algérie ?

Obtenez toutes les réponses à vos questions lors d’une matinée d’information ! Découvrez comment exporter vers ce pays, qui peut s’avérer parfois être un vrai casse-tête au vu des réglementations changeantes.

Colloques à l’initiative de Militzer & Munch et en partenariat avec la BNP Paribas – réservé aux entreprises importatrices et exportatrices.

Communiqué

Algérie : mise en place d’un droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS)

Suite à la loi de finances complémentaire de 2018, le gouvernement algérien va instaurer un droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS) qui sera appliqué sur les marchandises importées. Le taux pourrait aller de 30 et 200%.

Après avoir interdit l’importation d’environ 1 000 produits en début d’année, l’Algérie souhaite les autoriser à nouveau, à condition qu’ils soient soumis à un droit de douane additionnel pouvant aller jusqu’à 200% !

Pour rappel, de nouveaux mécanismes d’encadrement des importations de marchandises, dont des produits alimentaires, avaient été mis en place en janvier 2018 dans le but de réduire le déficit commercial et de promouvoir la production nationale. Il avait ainsi été décidé de la suspension provisoire d’importation de plus de 800 produits et l’instauration de mesures à caractère tarifaire prévues par les dispositions de la loi de finances pour 2018 et ce, à travers l’élargissement de la liste des marchandises soumises à la Taxe intérieure de consommation (TIC) au taux de 30% et le relèvement des droits de douane pour des produits alimentaires.

Source : Reporter.dz

Algérie/Transport : Militzer & Münch lance une nouvelle ligne de groupage sur Oran

Un an après l’ouverture d’une filiale en Algérie, Militzer & Münch France lance une nouvelle ligne de transport en groupage vers Oran. Ce nouveau produit répond à la demande de transport de marchandises de ses clients français et algériens vers la 2ème ville du pays. Avec une croissance de 300% en 4 ans de ses flux vers l’Algérie, M&M France poursuit ainsi son développement sur ce marché prometteur.

Oran, capitale économique de l’Ouest

Située à 432 km d’Alger, Oran est la capitale économique de l’Ouest et compte 1,5 million d’habitants. De grands noms de l’automobile sont installés dans la région : Renault pour la fabrication et Volkswagen pour l’assemblage de véhicules alors qu’une usine Peugeot est en construction. Une quarantaine d’entreprises importatrices, certifiées OEA (Opérateur Economique Agréé) font également partie du tissu économique de la dynamique région Ouest.

Un service bimensuel Marseille – Oran

A partir du 15 septembre, Militzer & Münch assurera deux départs en groupage par mois à partir de Marseille, avec un service direct et un transit time de 5 jours pour Oran. La consolidation des lots sera effectuée par l’agence M&M de Marseille, et le dégroupage réalisé en magasin sous douane privé. Le service est également disponible pour les produits dangereux.

M&M propose en outre, pour toutes les expéditions vers l’Algérie, via son agence de Marseille (Vitrolles) de l’étiquetage, du contrôle qualité, de la préparation de commandes et des prestations d’empotage.

Une nouvelle ligne en cohérence avec le positionnement du leader des flux avec le Maghreb

En 2017, capitalisant sur une forte croissance de ses flux vers l’Algérie, M&M France y ouvre une filiale en partenariat avec un actionnaire algérien. M&M Militzer & Münch SPA voit ainsi le jour à Alger.  Avec cette nouvelle filiale, sa troisième au Maghreb, M&M France marque son ambition de développer sa présence locale et de proposer des solutions toujours plus adaptées à ce marché spécifique et exigeant. L’ouverture d’une ligne vers Oran s’inscrit dans cette stratégie.

La filiale française de Militzer & Münch poursuit sa croissance

Crée le 13 septembre 1976, Militzer et Münch France est la filiale française du groupe éponyme. Avec un chiffre d’affaires HT de 81 millions d’euros en 2017, M&M France connaît une croissance soutenue depuis 7 ans et a doublé le nombre de ses implantations depuis 2012.

D’après Guillaume de Laage de Meux, son directeur général délégué, M&M France est le meilleur des spécialistes :

« Leader des flux Europe-Maghreb, avec une expertise reconnue, Militzer & Münch France est également un spécialiste de l’Europe de l’Est, du Proche Orient et de l’Asie Centrale.».

Communiqué

 

Algérie: Nouvelle réglementation sur l’étiquetage nutritionnel des aliments

Un arrêté interministériel fixant les modalités applicables en matière d’étiquetage nutritionnel des denrées alimentaires préemballées destinées à la consommation humaine, a été publié dans le numéro 25 du Journal officiel.

L’arrêté établi, à la fois, par le ministre du Commerce, le ministère de l’Industrie et des mines, le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, ainsi que le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, précise que l’étiquetage nutritionnel “comprend la déclaration des éléments nutritifs et les informations nutritionnelles supplémentaires”.

Le texte définit la déclaration des éléments nutritifs comme l’énoncé ou la liste des éléments nutritifs contenus dans une denrée alimentaire, précisant que l’élément nutritif est “toute substance normalement consommée comme constituant d’une denrée alimentaire fournissant de l’énergie ou nécessaire à la croissance et au développement d’un individu et à la préservation de sa santé ou dont le déficit entraîne des altérations biochimiques ou physiologiques caractéristiques”.

Il fixe également l’allégation nutritionnelle englobant toute représentation et tout message publicitaire qui énonce, suggère ou implique qu’une denrée alimentaire possède des propriétés nutritionnelles particulières, celles-ci comprennent notamment sa valeur énergétique, sa teneur en protéines, en lipides et en glucides, ainsi que sa teneur en vitamines et en sels minéraux.

L’étiquetage doit ainsi inclure notamment la déclaration nutritionnelle, le contenu de la déclaration nutritionnelle, la valeur énergétique, la quantité des nutriments, les données relatives à la valeur énergétique, ainsi que les informations relatives aux quantités de protéines, de glucides et de lipides dans la denrée alimentaire qui doivent être exprimées en grammes (g) par 100 g ou par 100 millilitres (ml).

L’arrêté précise, en outre, que les seules allégations nutritionnelles autorisées sont celles se rapportant à l’énergie, aux protéines, aux glucides, aux matières grasses et à leurs constituants, aux fibres, au sel et aux autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique ainsi qu’aux vitamines et sels minéraux pour lesquels une valeur nutritionnelle de référence (VNR) est établie

Source Huppostmaghreb