Maroc: Les jeunes seront de nouveau appelés sous les drapeaux

Le roi Mohammed VI a profité de la célébration du 65e anniversaire de la Révolution du roi et du peuple pour annoncer le rétablissement du service militaire obligatoire, supprimé il y a 12 ans.

Les jeunes Marocains risquent d’être surpris par la décision du gouvernement de Rabat d’enrôler ses «chebab» (jeunes) pour servir dans l’armée nationale. Adopté en 1966, amendé en 1999, puis supprimé en août 2006, le texte relatif au service militaire a été remis à l’ordre du jour par le conseil du gouvernement du Maroc. Il prévoit un «service citoyen» obligatoire d’une durée de 12 mois pour les hommes et les femmes entre 19 et 25 ans.

Le porte-parole du Palais royal, Abdelhak Lamrini, a souligné la volonté de «promouvoir le patriotisme» et de favoriser «l’intégration dans la vie professionnelle et sociale» au sein de la jeunesse marocaine, frappée par le chômage, dans un communiqué publié par l’Agence marocaine de presse (MAP).

Le roi Mohammed VI a déclaré s’inquiéter de la situation sociale et économique de ceux qui constituent la plus grosse partie de la population du Maroc, et qu’il appelle «(s)es enfants», dans son discours rapporté par le quotidien marocain Libération. D’après les chiffres du Conseil économique et social marocain (CESE), le décrochage scolaire concerne 2 jeunes sur 3. S’ils ont un emploi, 1 sur 2 touchera un salaire bas, pendant que 75% des jeunes travailleurs n’ont pas de couverture sociale. Le Haut-commissariat au plan (HCP) renchérit en remarquant que dans les villes, 4 jeunes sur 10 sont chômeurs. Paradoxalement, la croissance économique du pays ne fait qu’augmenter: 4% en 2017 contre 1,2% en 2016, selon cette même source.

Un geste pour favoriser la mixité sociale

Toute l’éducation est repensée par le pouvoir. Le rétablissement du service militaire obligatoire va de pair avec une réforme du modèle pédagogique qui veut rendre obligatoire l’enseignement jusqu’à 16 ans, au lieu de 15, et souhaite tout mettre en œuvre afin d’éradiquer l’analphabétisme.

L’hebdomadaire Jeune Afrique observe qu’en rétablissant la circonscription, le gouvernement souhaite mettre en lumière, au-delà de la cohésion nationale, l’argument de la mixité sociale. Le Royaume fait face depuis plusieurs mois à d’importantes manifestations contre la pauvreté auxquelles participent un grand nombre de jeunes Marocains, au nord et à l’est du pays.

L’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la circonscription n’aura lieu qu’après sa publication officielle, et une fois la mesure prise en compte dans les prévisions budgétaires nationales. Or le Parlement ne poursuivra le débat qu’en octobre. Certaines modalités, comme les exemptions, les droits et les responsabilités concernant le service militaire marocain, restent à définir.

Le sentiment d’appartenance à une même communauté à l’échelle nationale est malgré tout déjà très présent. D’après un sondage réalisé en 2014 par l’entreprise américaine Gallup et publié dans le blog français Les Crises, le Maroc est le pays le plus patriotique du monde, dans la mesure où 94% des Marocains seraient «prêts à se battre pour leur pays».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *