Libye: la trêve entre milices à Tripoli à nouveau violée

En Libye, l’accord de cessez-le-feu à Tripoli annoncé le 4 août par les Nations unies était trop fragile pour durer. A peine annoncée, cette trêve a été régulièrement violée par les milices qui s’affrontent depuis un mois dans des combats ayant causé la mort d’une centaine de civils et fait plus de 200 blessés. Cet accord remet à l’ordre du jour les arrangements sécuritaires prévus dans l’accord politique interlibyen signé au Maroc fin 2015. Ces arrangements n’ont jamais été appliqués par le Gouvernement d’union nationale (GNA) de Tripoli.

Malgré les affrontements limités qui ont eu lieu quelques minutes seulement après la signature d’un cessez-le-feu le 4 août, la 7e brigade, chargée de la sécurité au sud de la capitale libyenne, a annoncé qu’elle continuerait à respecter cet accord. Pourtant, moins d’une heure après sa signature, ses positions ont été visées par des milices rivales de Tripoli.

Depuis, de nouvelles milices se sont jointes aux combats.
L’Italie, par la voix de sa ministre des Affaires étrangères, a dénoncé le rôle de la France dans la déstabilisation de la Libye et les malheurs qui frappent la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *