La Tunisie, troisième pays africain adhérent au programme du « Pavillon bleu »

    La Tunisie est le 3e pays africain qui a adhéré au programme du Pavillon bleu après l’Afrique de Sud et le Maroc.

    Le pavillon bleu est considéré comme l’un des critères privilégiés adoptés à l’échelle mondiale par les touristes et les estivants, en vue de choisir les stations de villégiature et les ports de plaisance.

    Le ministère de l’Environnement et du Développement durable a mis en place, dans le cadre de la préservation du littoral et la mise en place des fondements d’un développement pérenne, un programme pour la création d’un éco-label «Pavillon bleu», pour les plages et les ports de plaisance.

    Ce programme vise la mise à niveau des plages tunisiennes, conformément aux normes de qualité internationales, pour qu’elles puissent bénéficier du label mondial «Le Pavillon bleu».

    Le programme vise, également, à améliorer les fronts de mer, assurer les équipements nécessaires à l’accueil des estivants et relever les normes de qualité pour les plages tunisiennes.

    Le pavillon bleu est attribué sur la base de quatre critères principaux relatifs à l’information et la sensibilisation environnementale, les équipements de sécurité, les services, la gestion environnementale et la qualité de l’eau.

    Embellir les villes côtières

    L’Agence de protection et d’aménagement du littoral (Apal) s’emploie, à l’heure actuelle, à aider les municipalités côtières et les hôtels candidats à préparer leurs dossiers pour l’obtention du label environnemental «Pavillon bleu», en plus de l’aide financière qu’elle apporte pour l’installation des équipements nécessaires devant assurer les meilleures conditions d’accueil des estivants.

    Une quinzaine de plages et ports de plaisance ont obtenu, à ce jour, le label «Pavillon bleu».

    Il convient de souligner que l’environnement côtier tunisien bénéficie, tout au long de l’année, de programmes tendant à préserver les écosystèmes côtiers et à mettre à niveau le littoral du pays, tout en veillant à réaliser les objectifs du développement durable escomptés.

    Les efforts sont axés dans ce cadre sur la concrétisation des différentes composantes du programme national d’aménagement des promenades le long des plages, lequel est actuellement géré par l’Apal, en collaboration avec les municipalités côtières.

    Ce programme a pour objectifs de protéger les plages publiques, d’embellir les villes côtières, d’améliorer les conditions de vie des citoyens et de créer de nouveaux espaces de loisirs.

    Un autre programme inscrit dans le XIIe Plan de développement prévoit des interventions au niveau d’une dizaine de plages en 2010. Il vise à enlever près de 38 000 mètres cubes d’algues marines.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *