Israël « a violé les lois de la guerre »(HRW)

L’armée israélienne a « violé les lois de la guerre » en visant des journalistes et des médias lors de sa dernière opération à Gaza en novembre, affirme dans un rapport publié jeudi par l’ONG Human Rights Watch (HRW).

« Les responsables israéliens ont dangereusement et illégalement estompé la distinction entre les civils qui appellent à ou soutiennent des attaques militaires et ceux qui y participent directement. Cette justification d’attaques contre des civils ouvre la porte à des crimes de guerre », affirme la directrice de HRW pour le Moyen-Orient, Sarah Leah Whitson, citée dans le texte.

L’ONG cite des déclarations de porte-parole civil et militaire israéliens estimant que les membres de médias liés au Hamas et à d’autres groupes engagés dans les hostilités, dont deux cameramen de la télévision du Hamas, Al-Aqsa, tués le 20 novembre par une frappe israélienne, ne devraient pas bénéficier de la protection reconnue aux « journalistes légitimes ».

« Quatre attaques israéliennes contre des journalistes et des installations de médias à Gaza durant les hostilités de novembre 2012 ont violé les lois de la guerre en visant des civils et des installations civiles qui n’apportaient pas de contribution apparente aux opérations militaires palestiniennes », conclut le rapport.

« Ces attaques ont tué deux cameramen palestiniens, blessé au moins 10 employés de médias, gravement endommagé quatre immeubles de médias ainsi que les bureaux de quatre entreprises privées », indique HRW, rappelant qu’une d’entre elles, sur l’immeuble abritant le bureau de l’AFP le 21 novembre, a en outre « tué un enfant de deux ans » habitant à proximité.

L’armée israélienne a contesté ces conclusions dans un communiqué, affirmant « agir conformément aux lois du conflit armé malgré les violations délibérées de celles-ci par les organisations terroristes dans la bande de Gaza », sans répondre directement aux critiques du rapport.

Après enquête, HRW précise « n’avoir pas trouvé d’indice que ces cibles étaient des objectifs militaires valides », comme l’avait assuré l’armée israélienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *