Discussions ardues lors du sommet UE/UA en Libye

Les dirigeants européens et africains sont réunis depuis le lundi 29 novembre 2010 à Tripoli, en Libye, pour tenter de relancer un partenariat économique entre les deux continents, sur fond de contentieux sur des questions comme l’immigration, le commerce ou le climat. D’emblée, l’hôte de la réunion, le colonel Mouammar Kadhafi, a estimé que la mise en place d’un partenariat entre les deux continents avait échoué. Plus optimiste, le président de l’UE, Herman Van Rompuy, a estimé que le sommet de Tripoli, qui s’achève ce mardi, était « lui-même un signal fort. L’UE et l’Afrique sont appelées à collaborer et à saisir les opportunités offertes par notre potentiel combiné énorme ».

Les accords de partenariat économique, ce contentieux commercial est en passe de peser sur le rapprochement entre dirigeants africains et européens. Tandis qu’elle plaide désormais pour un partenariat d’égal à égal, l’Union européenne a le plus grand mal à convaincre ses partenaires africains.

Inquiets pour leur agriculture et leur industrie, les Africains redoutent avant tout de voir fondre une grande partie des recettes budgétaires provenant des taxes prélevées sur les importations originaires d’Europe.

Les tractations se sont durcies tout au long des débats de la première journée du sommet. Pourtant, face à la résistance des pays africains la commission a réduit ses ambitions et pris en compte un certain nombre de préoccupations africaines.

Pas assez apparemment, car les oppositions demeurent vives. Pourtant il va bien falloir conclure comme l’assurait ce lundi tard dans la soirée Jean Ping, le président de la commission de l’Union africaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *