Algérie/Libération : Paris interpellé

Algérie/Libération : Paris interpelléLes massacres de milliers d’Algériens par les forces françaises dans trois villes de l’Est, dont Sétif, il y a exactement 66 ans, sont « une page douloureuse que l’Algérie ne peut tourner », a déclaré aujourd’hui un ministre algérien, cité par l’agence APS. « Les relations de l’Algérie et de la France ne pourront être construites sur de bonnes bases et de manière durable que lorsque la France aura reconnu ses crimes en Algérie », a également déclaré ce ministre, Mohamed-Cherif Abbas, chargé du portefeuille des Moudjahidine, en inaugurant le 9e colloque international sur les massacres de Guelma, l’une des trois villes touchées.

La veille déjà M. Abbas mais aussi le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN, au pouvoir) Abdelaziz Belkhadem avait insisté, à l’occasion de cet anniversaire, sur la nécessité pour la France de s’amender.

Le 8 mai 1945, alors que la France célébrait la victoire des démocraties sur le nazisme, des manifestations indépendantistes ont eu lieu à Sétif, Guelma et Kherrata. Elles ont été brutalement réprimées par les forces françaises libres faisant des milliers de morts. Les Algériens parlent de 45 000 victimes. Les Français de 1 500 à 20 000 morts, dont 103 Européens.

Source APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *