La nouvelle équipe Afrique de BearingPoint voit le jour

Le cabinet de conseil en management et technologie BearingPoint annonce la création d’une toute nouvelle équipe dédiée au continent africain.

Localisée à Paris et au Maroc, l’équipe Afrique centralise toutes les initiatives sur le continent. Son ambition est de servir 4 objectifs principaux :

-accompagner les entreprises européennes, dont les clients actuels de BearingPoint, dans leur développement en Afrique, tant au niveau stratégique que pour les filiales au niveau local ;

-contribuer au développement de l’Afrique en accompagnant la modernisation des administrations locales et des entreprises africaines ;

-aider les entreprises européennes dans leur développement international en bénéficiant de l’expérience accumulée via l’Observatoire du Développement International opéré depuis 2010 ;

-piloter la relation avec les bailleurs de fonds internationaux (AFD, Banque Mondiale, BAD, BIRD.

La nouvelle équipe Afrique favorisera la mobilisation de toutes les expertises de BearingPoint tant pour l’Afrique que pour les acteurs internationaux du financement et ce qu’elles soient sectorielles ou par fonction de l’entreprise (stratégie, digital, marketing, finance, RH, immobilier, supply chain, système d’information). L’équipe anime aussi chaque année l’Observatoire du Développement International qui, en interrogeant les responsables du développement des grandes entreprises françaises, recense les meilleures pratiques à l’œuvre.

Retrouvez les résultats de sa 7ème édition : https://www.bearingpoint.com/fr-fr/notre-expertise/publications/developpement-international-et-rse/)

 

Les enjeux de l’Afrique 

D’ici 25 ans, l’Afrique comptera 2 milliards d’habitants et 50% de la population active mondiale. Les opportunités économiques de l’Afrique s’illustrent notamment par le niveau élevé d’investissement direct étranger (57 milliards de dollars en 2017) ou encore la croissance économique moyenne de 4% depuis 10 ans !

Aujourd’hui, le chiffre d’affaires de BearingPoint en Afrique représente 5% de son activité avec plus d’une quarantaine de consultants en mission. BearingPoint intervient en Afrique depuis sa création en 2002. Au Maroc, un bureau opère depuis 2011 avec une vingtaine de collaborateurs. Les missions récentes ont touché par exemple, des problématiques comme :

  • la stratégie de développement en Afrique d’un grand groupe énergétique français,
  • la mise en place d’une « business unit » pour un opérateur de service pour un développement international « agile » dans le monde entier,
  • la stratégie « smart city » d’un pays de la Côte Ouest africaine (financements internationaux),
  • la mise en place des outils de gestion du budget de l’Etat pour un grand pays francophone avec un financement Banque Mondiale,
  • la stratégie de distribution d’une grande banque nord-africaine avec l’aide du savoir-faire en big data,
  • la mise en place de la biométrie pour l’Etat Civil et le fichier électoral d’un pays d’Afrique centrale avec un grand industriel français,
  • la réorganisation d’un opérateur d’électricité en Amérique Latine sur un financement européen
  • la mise en place de SAP pour un acteur minier important,
  • la définition de la conformité pour plusieurs filiales d’un grand groupe français.

« Notre capacité à articuler des savoir-faire éprouvés en Europe, une connaissance terrain des pays émergents notamment Africains, et une compréhension fine des financements internationaux font de BearingPoint un vrai catalyseur pour le développement » assure Jean-Michel Huet, associé BearingPoint en charge de l’équipe Afrique.

Eric Falque, président de BearingPoint France, Benelux, Afrique déclare : « L’Afrique est un continent en devenir où nous avons déjà beaucoup investi et souhaitons accélérer encore notre développement. »

 

 

A propos de BearingPoint

BearingPoint est un cabinet de conseil en management et technologie indépendant aux racines européennes avec une couverture mondiale. Le cabinet est structuré autour 3 activités principales : Consulting, Solutions et Ventures. Le Consulting couvre les activités traditionnelles de conseil en management. Les Solutions fournissent des logiciels dédiés à la transformation digitale, au reporting réglementaire et à l’analyse de données. L’activité Ventures est dédiée au financement et au développement des startups. BearingPoint compte parmi ses clients les plus grandes organisations mondiales publiques et privées ; fort d’un réseau international de plus de 10 000 collaborateurs, BearingPoint accompagne ses clients dans plus de 75 pays et les aide à obtenir des résultats mesurables et durables.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur :

Page d’accueil : www.bearingpoint.com/fr-fr

LinkedIn : www.linkedin.com/company/bearingpoint

Retrouvez-nous sur Twitter : @BearingPoint_FR

 Communiqué

Tunisie: Un prêt de 10 millions de dollars de la BERD à l’UIB

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a accordé un financement de 10 millions d’euros à l’Union Internationale de Banque (UIB), filiale tunisienne du groupe français Société Générale, afin de financer ses opérations de commerce extérieur, rapporte le site ecofin.

Le soutien de l’institution basée à Londres couvrira les émissions de garantie par le prêteur tunisien, pour une durée maximale de trois ans, ainsi que ses opérations de financement avant exportation et après exportation.

À la ligne de crédit, s’ajoute une formation ayant trait aux opérations externes négociées au profit des entreprises clientes d’UIB qui bénéficieront de l’expertise de la banque en termes de solutions de financement d’investissement, de transactions commerciales internationales et de gestion de trésorerie.

Il convient de rappeler que, le 22 juin 2017, la BERD a accordé à UIB une autre ligne de crédit de 40 millions d’euros avec une échéance de 7 ans pour financer des PME et des entreprises de taille moyenne.

Au cours du premier semestre de 2017, la banque tunisienne a enregistré un produit bancaire net de 134 millions de dinars tunisiens et un résultat net de 37,4 millions de dinars, en hausse de 16% par rapport au premier semestre 2016.

Partenariat de deux leaders pour les flux Royaume-Uni – Maghreb

Militzer & Münch France et Davies Turner s’associent pour développer les flux de marchandises entre le Royaume-Uni et les principaux pays du Maghreb.

M&M Militzer & Münch France, leader français des flux avec le Maghreb et Davies Turner, leader britannique des flux internationaux, signent un partenariat pour développer le transport de marchandises entre le Royaume-Uni d’une part et le Maroc, la Tunisie et l’Algérie d’autre part.

 

A compter du 1er octobre 2017, M&M France opèrera le fret routier import et export entre le Royaume-Uni et le Maroc et la Tunisie. En ce qui concerne l’Algérie, la majorité des transports concerne l’export et sera également gérée par le commissionnaire français. Les partenaires proposeront notamment des services de groupage et de camions complets.

 

Cette alliance devrait permettre à Militzer & Münch d’augmenter sensiblement ses activités avec le Royaume-Uni grâce à la position dominante qu’occupe Davies Turner, acteur majeur des transports et de la logistique à l’international et déjà très présent sur le marché marocain

Pour Davies Turner, ce partenariat représente la possibilité d’accéder aux marchés tunisien et algérien. Davies Turner profitera également de l’expérience de Militzer & Münch dans le traitement des flux industriels, notamment sur le Maroc où Davies Turner est déjà présent sur le segment du textile. Enfin, le commissionnaire en transport britannique pourra s’appuyer sur M&M Maroc à Casablanca et à Tanger pour offrir à ses clients des solutions de dédouanement en magasins sous douane privés.La filiale française de Militzer & Münch en bref

Crée le 13 septembre 1976, M&M Militzer & Münch France est la filiale française du groupe allemand éponyme. Avec un chiffre d’affaires TTC de 143 millions d’euros en 2016, M&M France connaît une croissance soutenue depuis 6 ans, et a doublé le nombre de ses implantations depuis 2012.

Au Maghreb, M&M France dessert le Maroc, la Tunisie et l’Algérie en collaboration avec ses filiales dans chacun de ces pays.

Le Groupe M&M Militzer & Münch emploie environ 2 000 salariés dans 100 implantations dans environ 30 pays. Militzer & Münch propose des prestations de fret aérien et maritime dans le monde entier ainsi que des transports terrestres sur route et rail et de la logistique de projet le long de l’axe est-ouest en Eurasie et Afrique du Nord. Avec son réseau dense de filiales, l’entreprise est présente en Europe de l’Est, dans la Communauté d’Etats Indépendants, au Moyen et Extrême Orient ainsi que dans les pays du Maghreb. Le siège social de l’entreprise fondée en 1880 se trouve à St. Gall (Suisse).

 

 

Maroc : préavis d’arrivée des conteneurs obligatoire

Depuis le 1er août, seuls les conteneurs ayant fait l’objet de préavis d’arrivée déposés suffisamment à l’avance via PortNet pourront accéder à l’enceinte portuaire de Casablanca. Pour Agadir, cette mesure sera active dès le 1er septembre 2017.

«Cette nouvelle fonctionnalité vise à fluidifier et sécuriser davantage le dénouement des opérations de transit portuaire à l’export grâce à l’instauration d’un système d’annonce anticipée par les chargeurs de tous les conteneurs destinés à l’export avant leur entrée au port», souligne Mohammed Talal, président de la Commission logistique à la CGEM.

Pour Nadia Laraki, directrice générale de l’ANP,  l’annonce électronique via PortNet via des préavis d’arrivée des conteneurs destinés à l’export répond aussi aux exigences imposées par le cadre réglementaire international, notamment le dispositif SOLAS dont le Maroc est l’un des pays signataires, et qui requiert la déclaration de la Masse brute vérifiée (VGM).

Source : www.leseco.ma

Inventy met le cap sur Dubaï et la Tunisie

L’ouverture de deux filiales à Dubaï et en Tunisie porte à huit le nombre de pays couvert par la société sophipolitaine spécialisée dans l’optimisation et la sécurisation des processus logiciels SAP.

La pépite sophipolitaine Inventy poursuit son développement à l’international. Dans sa ligne de mire, le Maghreb et le Moyen-Orient avec la récente implantation de deux filiales, en Tunisie et à Dubaï. Ce qui porte à huit le nombre pays couverts par l’entreprise, déjà présente en France, Etats-Unis, Canada, Suisse, Royaume-Uni et Norvège.

Ascension rapide

Fondée en 2012 par David Houssemand, Inventy accompagne ses clients pour rendre les solutions SAP, utilisées par quelque 310.000 organisations dans le monde, plus agiles, plus sécurisées et moins chères. Une offre d’optimisation et de sécurisation des processus logiciels SAP qui fait mouche si l’on en croît la croissace régulière de son chiffre d’affaires saluée en décembre dernier par le 3e prix du Technology Fast 50 Méditerranée : 7 millions d’euros en 2015, 11 millions en 2016 et – c’est son objectif – 16 millions en 2017. Une ascension qui doit beaucoup au lancement de sa plateforme big data, Performer for SAP, laquelle automatise la production de diagnostics dans un objectif d’amélioration continue.

Anticiper

« L’ouverture de Dubaï répond à une demande de proximité de notre clientèle moyen-orientale », explique David Houssemand. L’implantation tunisienne s’inscrit, elle, dans sa nécessaire quête de forces vives, en l’occurrence des développeurs, qu’Inventy peine à trouver sur Sophia Antipolis. Mais pas que. « Il s’agit aussi de prendre des positions dans un pays qui se modernise et ainsi anticiper l’émergence d’un marché local », reprend-il.

L’entreprise emploie à ce jour 115 personnes.

Maroc : aux obsèques de la mère du leader du PPS Nabil Benabdallah, majorité et opposition se retrouvent

Au Maroc, les obsèques peuvent être l’occasion de réunir majorité et opposition dans une rare proximité, notamment les pro El Othmani et les aficionados de Benkirane.

C’est ce qui a été donné à voir ce mardi 12 septembre, à Rabat, au cimetière Ach Chouhada. Sous un soleil de plomb, le gotha politique, associatif et médiatique, a accompagné jusqu’à sa dernière demeure la mère de Nabil Benabdallah, le secrétaire général du PPS et ministre de l’habitat et de l’urbanisme.

En tête du cortège funèbre qui s’est ébranlé depuis la mosquée après la prière d’Ad Dohr, le chef de gouvernement vêtu d’une djellaba blanche est aux côtés de Nabil Benabdallah. Dans la foule, le conseiller royal André Azoulay, des ministres du Rassemblement national des indépendants, de l’Union socialiste des forces populaires et du PJD. Boussaid, Lahcen Daoudi, Mostafa Khalfi, Benabdelkader. Des ex du gouvernement Benkirane ont également fait le déplacement : Anis Birrou, Mohmaed Louafa, Amine Sbihi, Taoufiq Hjira, Saad Alami, Abdelouahad Souhail.

Du côté de l’opposition, Hamid Chabat, le leader de l’Istiqlal est à proximité de N. Benabdallah et Saadeddine El Othmani. Un représentant du Parti Authenticité et Modernité est également présent : le syndicaliste et membre du bureau politique Ali Lotfi. Tard dans la nuit de lundi, le PAM avait adressé un message de condoléances au leader du PPS.

Si le premier secrétaire de l’USFP s’est fait porter pâle, Abderrahmane Youssoufi s’est rendu en fin de matinée au domicile de la défunte alors que l’ancien leader du parti de la rose Mohamed Yazghi s’est fondu dans la foule du cimetière Ach Chouhada.

La présence d’Abdelilah Benkirane, le tonitruant secrétaire général du PJD portant contre toute attente un costume sombre, n’est pas passée inaperçue. Arrivé en retard au cimetière -au moment de la mise en terre de la dépouille-ce sera lui qui rendra le dernier hommage sous forme de prière à Hajja Amina Ramzi, la mère de Nabil Benabdallah. Une sorte de partage des rôles et une étrange cohabitation où le chef de gouvernement Saadeddine el Othmani était en tête de cortège pour conduire la défunte jusqu’à sa dernière demeure alors que le patron des islamistes et premier ministre déchu a déclamé l’ultime prière.

Les deux hommes se sont soigneusement évités. La politique finit toujours par reprendre ses droits…

source atlasinfo

TEI en Algérie

La société alsacienne TEI – TECHNIQUES DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’INDUSTRIE  vient de conclure 2 contrats pour 3,3 M€ avec des sociétés privées algériennes. Ils doivent être finalisés en 2018. L’un porte sur la rénovation des équipements électriques d’un complexe industriel de corps gras, composé d’une raffinerie d’huile alimentaire avec un centre d’hydrogénation, une unité de conditionnement, et une savonnerie. L’autre concerne la réalisation d’un ensemble agro-industriel. TEI réalise 100% de son CA à l’export et notamment 90% avec le Maghreb et l’Algérie. Le chiffre d’affaires actuel de TEI est de 2,8 M€.

Edouard Philippe à Tunis pour inaugurer les Rencontres Africa le 5 octobre

C’est Édouard Philippe, qui inaugurera Africa 2017 en Tunisie en compagnie de Youssef Chahed, le chef du gouvernement tunisien, et de nombreux autres ministres français et tunisiens.

C’est une façon de saluer une importante manifestation économique française organisée en Afrique mais aussi de porter le message du président de la République Emmanuel Macron sur le rôle des pays du Maghreb dans le développement des relations entre l’Europe et l’Afrique.

Le premier ministre français, accompagné de plusieurs secrétaires d’Etat va conduire une délégation d’une trentaine d’entreprises françaises, Pme et grands groupes. Après avoir inauguré les Rencontres Africa 2017 et participé à la conférence d’ouverture, il prendra part à l’événement significatif qu’est la première édition du Haut Conseil de Coopération entre la France et le Tunisie. Ce Haut Conseil avait été annoncé lors d’une précédente visite  de Jean-Yves Le Drian en juin dernier auprès du Président Béji Caïd Essebsi qui a tenu à affirmer son soutien à toutes les initiatives susceptibles de développer davantage les relations entre les deux pays. C’est un témoignage de l’intérêt de la France et un engagement pour soutenir la coopération dans tous les domaines. La France marque ainsi son intérêt pour la Tunisie dans un contexte compliqué et suite au remaniement ministériel récent et l’arrivée de nouveaux ministres tunisiens. Un remaniement réalisé après de nombreuses consultations avec les partis politiques, les centrales syndicales et patronales.

À la conférence inaugurale, on retiendra la participation des principaux acteurs tunisiens aux côtés de personnalités françaises. Youssef Chahed, le chef du gouvernement tunisien entouré du Premier ministre du Burkina Faso, Paul Kaba Thieba, et de Ouided Bouchamaoui, présidente de l’Utica (patronat) et prix Nobel de la Paix, ainsi que de grands chefs d’entreprises français et tunisiens.

Nombreux seront les sujets débattus, à commencer par les finances. Le numérique préoccupe les responsables qui ont l’intention d’en faire un grand secteur d’activité avec en tête, la création d’une French Tech à Tunis. Il y a aussi le secteur de l’aéronautique sur lequel se portent des espoirs, à juste titre. La Tunisie peut en effet être fière de son groupement des industries aéronautiques et spatiales Gitas, qui regroupe 4 000 personnes. Même si les chefs d’entreprises français souhaitent que les problèmes logistiques et douaniers soient évoqués, ils voient les opportunités qui se dessinent dans de nombreux secteurs, industrie, transport, formation, agriculture, transformation agro alimentaire et jusqu’à l’utilisation des ressources du désert. Citons seulement le projet TuNur, un complexe solaire qui sera établi dans le Sahara tunisien et qui offrira de l’électricité solaire suffisante pour alimenter plus de 7 millions de foyers européens ou encore 7 millions de véhicules électriques. Ce projet ferait de la Tunisie un producteur d’électricité à bas coût, même en prenant en compte les coûts de transport par des câbles sous marins actuellement à l’étude.