Norton Rose Fulbright conseille le Groupe Avril pour l’implantation de Lesieur en Algérie

Norton Rose Fulbright, cabinet d’avocats d’affaires international, a conseillé le Groupe Avril pour l’implantation en Algérie d’une usine de fabrication de mayonnaise de sa marque phare Lesieur. Cette opération a été rendue possible par la constitution d’une joint-venture avec le Groupe agroalimentaire algérien Djadi. Le protocole d’accord a été signé le 27 juillet 2016 et les statuts constitutifs de la nouvelle société ont été signés en février 2017.

Cette opération constitue une nouvelle étape en Algérie pour le groupe Avril qui s’est déjà implanté via une filiale dédiée à la fabrication d’aliments animaliers dans le pays. L’entreprise agroalimentaire française poursuit ainsi sa stratégie de développement en Afrique.

Alain Malek, associé du département Corporate M&A, commente : « Cette transaction reflète l’attrait grandissant des investisseurs étrangers pour le marché algérien. »

L’équipe en charge de conseiller le Groupe Avril était composée d’Alain Malek, associé du département Corporate M&A du bureau de Paris et de Faiza Saiki, collaboratrice.

Autres conseils : Le cabinet UGGC était en charge de conseiller le Groupe Djadi.

Maroc : Saâdeddine El Othmani, le nouveau Premier ministre

Le magazine Jeune Afrique vient de présenter le portrait du nouveau chef du gouvernement marocain Saâdeddine El Othmani, choisi par la Roi Mohammed VI pour succéder à Abdelilah Benkirane.

Hommes de sciences et de lettres

Dans le Souss, une région située au sud du Maroc, on a coutume de dire que chez les Othmani, illustre famille amazighe, la science est un savoir qui se transmet depuis plus de mille ans. Saâdeddine, né en 1956 à Inezgane, ne fait pas exception à la règle. En 1986, il obtient un doctorat en médecine générale à l’université Hassan II de Casablanca, puis, en 1994, un diplôme de spécialité en psychiatrie. Homme de sciences mais aussi de lettres, il décroche également une licence en droit musulman ainsi qu’un magistère en loi islamique. Depuis, El Othmani est un psychiatre reconnu et un auteur prolifique. Son credo ? La psychiatrie, bien sur, mâtinée de références islamiques.

Membre du « clan des frères »

El Othmani, au même titre que Abdelilah Benkirane, Mustapha Ramid et feu Abdellah Baha, fait partie du noyau dur du PJD. En 2004, le fondateur du parti, Abdelkrim El Khatib décide d’ailleurs de passer le témoin à El Othmani, qui devient secrétaire général du parti jusqu’en 2008. Il usera, selon ses propres termes « de douceur et de sagesse » pour se débarrasser des trublions trop moralistes et peaufiner la nouvelle image du parti : intègre, pragmatique et moderniste. Son exemple ? L’AKP turc ou la CDU, le parti chrétien-démocrate allemand. Son tact a permis à sa formation politique de négocier la délicate période politique qui a suivi les attentats de Casablanca en 2003, au cours de laquelle « la responsabilité morale du parti » a été pointée du doigt et où l’idée de dissoudre le parti islamiste flottait dans l’air…

Homme de consensus

Chez les « conservateurs » comme chez les « progressistes », El Othmani fait consensus. Contrairement à Abdelilah Benkirane, à la fois rival et véritable camarade, Saâdeddine El Othmani tourne sept fois la langue dans sa bouche avant de parler, il est plus diplomate et tout en rondeur. Mais surtout, un peu plus ouvert. Il a été l’un des rares « islamistes » à s’exprimer en faveur d’une évolution sur la législation autour de l’avortement et du cannabis, et se montre assez réceptif quant à la reconnaissance de l’identité amazighe (qui est aussi la sienne). El Othmani n’est certes pas une star comme Benkirane, mais il est respecté.

Un fan de Dieudonné

Son passage éclair au ministère des Affaires Etrangères (de 2012 à 2013) l’a démontré, El Othmani est réfléchi mais pas lisse. On pourrait même dire qu’il s’est montré audacieux, voire imprévisible. Un mois après sa nomination, il se rend en Algérie pour rencontrer Abdelaziz Bouteflika, ce qui n’était plus arrivé depuis longtemps. Lors d’une visite au Koweït en 2013, il n’a pas hésité non plus à rencontrer l’opposition. Ce qui a hérissé le poil des pétromonarchies et, sans doute, de la monarchie marocaine. Il a finalement été remercié au profit d’un technocrate (lors de la formation du gouvernement Benkirane II après le départ de l’Istiqlal), et l’a vécu comme une humiliation. Depuis sa nomination, certains de ses tweets sont remontés à la surface : on sait dorénavant qu’il est fan de l’humoriste Dieudonné. Bon

Libéral assumé

En 2007, année électorale au Maroc, El Othmani (alors SG du parti) a suscité l’intérêt de nombreuses chancelleries, notamment occidentales. Le PJD avait déjà le vent en poupe. Rassurant, El Othmani s’est montré plutôt libéral économiquement et légaliste. Certains parient déjà qu’il adoptera exactement la même ligne politique que son prédécesseur, Benkirane. En tout cas, il fera face aux mêmes défis, notamment celui de former une majorité gouvernementale, mais lui aussi est opposé à une entente avec le PAM et l’USFP. En revanche, contrairement à Benkirane, le nouveau chef du gouvernement n’est pas vraiment soutenu par le Mouvement unicité et réforme (MUR), la matrice du PJD.

 

Substances NRBC : renforcer les capacités de détection et de contrôle aux frontières en Afrique du Nord et au Sahel

Alors que la circulation des biens et des personnes est en constante augmentation, les risques posés par la menace NRBC deviennent plus prégnants dans la région sahélo-saharienne. Le projet 55, lancé en octobre 2016, vise à renforcer la sécurité aux frontières des pays partenaires de la zone pour atténuer ces risques, en améliorant la cohésion, la coopération et la cohérence de leurs actions.

Au croisement des routes traditionnelles du commerce mais aussi de la contrebande, du crime organisé et des réseaux terroristes, les régions du Sahel et du Sahara sont d’un enjeu stratégique majeur. La présence de groupes terroristes, la porosité de certaines frontières et la présence de matières premières pouvant représenter un risque, comme l’uranium au Niger, expliquent l’intérêt porté par la Commission européenne à cette zone.

 

Le projet 55 est financé par l’Union européenne à hauteur de 3,5 M€ et mis en œuvre par Expertise France dans 7 pays : Algérie, Burkina Faso, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger et Tunisie. Il vise principalement à :

Faire l’inventaire des législations nationales en matière de risques NRBC et identifier les améliorations à apporter pour les aligner sur les standards internationaux ;

Réaliser un état des lieux des moyens dont disposent les pays partenaires pour assurer la gestion des risques NRBC (moyens humains, centres de formation, équipements, etc.) ;

Créer une dynamique régionale pour renforcer la sécurité aux frontières via la formation des forces de sécurité (sécurité aux frontières, sécurité intérieure et sécurité civile) des pays partenaires.

Un séminaire réunissant les différentes équipes NRBC nationales sera organisé en avril 2017 en Algérie. L’objectif : établir avec les parties prenantes une vision partagée du projet et définir une charte de travail entre les différents intervenants. Le projet sera clôturé par un exercice régional de grande ampleur courant 2019.

Le projet 55, mis en œuvre en partenariat avec le SGDSN , l’Université de Liège, les douanes française et belge, l’ ISEMI et le SCJS , s’inscrit dans le cadre de l’initiative des centres d’excellence NRBC de l’Union européenne. Lancée en 2010, cette initiative vise à répondre au déficit de capacités institutionnelles de nombreux pays en matière de gestion des risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques.

Source expertisefrance.fr

Obsèques de Lucien Bitterlin : rien à attendre des régimes arabes

Lucien Bitterlin, président de l’Association de Solidarité Franco-Arabe (ASFA) fondée en 1967 pour accompagner la politique arabe du général de Gaulle, n’est plus. Gravement malade, lui qui a consacré sa vie à défendre les pays arabes et la cause palestinienne face aux attaques des lobbies pro-israéliens, est décédé sans connaitre les bouleversements survenus ces dernières années dans ces pays, et c’est tant mieux.

En me rendant, le 17 février dernier, à la cérémonie d’hommage organisée au funérarium des Batignolles, à Clichy, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait grand monde, à part sa famille, des proches et quelques personnalités l’ayant côtoyé de près. Mais, pour moi, il allait de soi qu’au moins les ambassadeurs d’Algérie, de Syrie et de l’Autorité palestinienne seraient présents ou représentés. C’était la moindre de obligations pour ces diplomates, bien placés pour savoir ce que leur pays lui doivent.

Une balle de 22 Long Rifle

J’ai rencontré pour la dernière fois Lucien Bitterlin en 2006, avant qu’il ne tombe malade. C’était au Palais de justice de Paris. Nous venions d’assister au jugement d’un forcené ultra-sioniste qui nous avait adressé une balle de 22 Long Rifle – ainsi qu’à une vingtaine de pro-palestiniens – assortie d’un message menaçant: « La prochaine n’arrivera pas par la poste ! ».

L’individu, dont la cave était pourtant bourrée d’armes et munitions, n’avait été condamné qu’à une peine symbolique : de la prison avec sursis et à verser… un euro de dommages et intérêts à ses victimes. J’avais trouvé Lucien Bitterlin désabusé. Il y avait de quoi, mais n’avait pas voulu faire appel.

« Avec les Arabes… malgré les Arabes »

Au funérarium des Batignolles, à part sa famille, nous n’étions qu’une quinzaine devant son cercueil. Force m’était de constater que les marques de considération pour les activités de ceux qui les soutiennent n’étouffent pas les régimes arabes. La seule ambassade représentée était celle de l’Autorité palestinienne, d’un peuple qui ne compte heureusement que sur lui-même pour survivre. D’Algérie: pas même un message. De celle de Syrie (à l’Unesco), n’en parlons pas. Une honte… Cela dit, je ne pense pas que l’absence de diplomates arabes à ses obsèques aurait vraiment étonné Lucien Bitterlin. Il savait à quoi s’en tenir quand il disait être « avec les Arabes… malgré les Arabes » !

Le conteur danois Hans Christian Andersen écrivait que « la reconnaissance est la mémoire du cœur ». Pourquoi faudrait-il en attendre de régimes devenus des monstres froids ?

Par Gilles Munier qui a été membre de l’Association de Solidarité Franco-Arabe (ASFA) dès sa création, puis un de ses permanents dans les années 1970. Président de France-Irak actualité

La production de pommes repart en Algérie

L’Algérie a importé 51 millions de USD de pommes sur les 10 premiers mois de l’année 2016 mais depuis les importations algériennes de pommes ont fait l’objet de réductions douanières drastiques pour relancer la filière locale. Les producteurs algériens de la région des Aurès ont replanté des pommiers pour répondre à la demande locale, certains agriculteurs ont planté des milliers d’arbres fruitiers. Les producteurs profitent de conditions climatiques bonnes et d’un coût de la main d’oeuvre bas. La principale difficulté réside cependant dans les investissements en chambres froides et en unités de transformation pour conserver ces fruits et éviter d’en jeter une partie.

Source : http://www.tsa-algerie.com/