Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le Maroc mise sur son ouverture, sa stabilité et sa cohésion sociale pour drainer davantage d’investissements (Amara)

Publié dans Économie et finance, Maroc le 13 juin 2012

L’ouverture du Maroc, sa stabilité politique et sa cohésion sociale sont “les atouts fondamentaux” à même de renforcer la capacité de l’économie nationale à attirer des investissements étrangers, a déclaré, samedi à Paris, le ministre de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, Abdelkader Amara.

 

Ouvrant les travaux d’un colloque sur les “défis pour les chantiers stratégiques du Maroc”, tenu au siège de la prestigieuse Académie diplomatique internationale, M. Amara a souligné la détermination du gouvernement marocain à oeuvrer pour tirer un meilleur profit de ces atouts susceptibles de renforcer le positionnement de l’économie nationale dans un contexte de crise, et améliorer son attractivité de l’investissement, garant de “la croissance économique, le transfert de technologies et de la promotion de l’emploi”.

 

La stabilité politique dont jouit le Royaume, consacrée par la nouvelle constitution qui a élargi les prérogatives d’un gouvernement responsable, outre ses dispositions prônant la séparation des pouvoirs, l’indépendance de la justice et la bonne gouvernance, conforte la crédibilité et la confiance des investisseurs étrangers dans la destination Maroc dans un contexte du crise économique, a-t-il assuré devant un auditoire d’étudiants, de professionnels et de politiques marocains et français.

 

“Le Maroc a su gérer de manière très intelligente et sage le +printemps arabe+” et “l’ouverture des chantiers constitutionnels va lui permettre d’aller de l’avant”, a-t-il ajouté, lors de ce colloque organisé à l’initiative de l’Association des Etudiants Marocains de France (AEMF).

 

Ces efforts viennent ainsi appuyer l’orientation d’ouverture économique dans laquelle s’est toujours inscrit le Royaume en multipliant les liens commerciaux avec l’Afrique, l’Europe et l’Amérique, confortée par des accords de Libre-échanges avec différents pays.

 

Sur le plan de la cohésion sociale, le Maroc cultive “une capacité exceptionnelle de tolérance et de dialogue qui n’existe pas dans d’autres pays”, a-t-l relevé.

 

Le ministre reconnait, en revanche, l’existence d’un certain nombre de défis à relever par l’économie marocaine, notamment en ce qui concerne les “lourdeurs administratives” et le problème de corruption, tout en assurant que “le pays peut capitaliser sur les réformes déjà entreprises”, en particulier les efforts menés pour l’évolution du système financier, l’amélioration du climat des affaires et de la capacité de drainer les investissements, ou encore la mise en oeuvre des stratégies sectorielles.

 

 

 

4364909-6578415.jpg

Christian Cambon

De son côté, le Président du groupe interparlementaire d’amitié France-Maroc au Sénat français, Christian Cambon, a salué “la vision d’avenir du Maroc” à la faveur de “ces atouts considérables”, se disant convaincu que la relation franco-marocaine continuera à être au coeur de cet avenir, aussi bien sur le plan politique qu’économique.

 

Il s’est félicité des progrès qui ont permis au Maroc de maîtriser son développement et d’avancer dans sa lutte contre la pauvreté, grâce à des “réalisations extraordinaires” comme le Port Tanger Med, le TGV et l’implantation du constructeur automobile français Renault qui n’a pu se faire dans ce pays sans “une volonté de travail et la présence du savoir-faire et des compétences requises”.

 

Cette dynamique de développement est d’autant plus importante, selon lui, qu’elle concerne les différentes régions du Royaume, y compris les provinces du sud.

 

A cet égard, il a rappelé qu’il avait déjà eu l’occasion de constater de visu les différentes réalisations d’infrastructures et autres projets de développement économique et social dont bénéficie la région où il s’était rendu à la tête d’une délégation de sénateurs et réitéré, pour la circonstance, son appui au plan marocain d’autonomie pour le règlement de la question du Sahara, soutenu par la France.

 

Plusieurs intervenants lors de cette rencontre ont mis en avant les opportunités d’investissement au Maroc dans le cadre de deux tables rondes axées sur “les aspects économiques et plus précisément la place qu’est amené à prendre le Maroc au niveau régional et mondial”, et “le rôle que doit jouer la classe politique nationale dans son ensemble dans la construction du Maroc post-réforme constitutionnelle de 2011″.

 

Le débat sur le volet politique du colloque a été marqué notamment par la participation de MM. Khalid Naciri, membre du bureau politique du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Anis Birrou, membre du bureau politique du Rassemblement National des Indépendants (RNI), Ali Belhaj, responsable de la commission économie du Parti Authenticité et Modernité (PAM), Charles Saint-Prot, directeur de l’Observatoire d’Etudes Géopolitiques (OEG- Paris) et Rachid Benzine, islamologue.

 

Le colloque qui s’est déroulé en présence du chargé d’affaires de l’ambassade du Maroc à Paris, M. Redouan Adghoughi, a également été marqué par la participation de professionnels marocains, dont Moulay Hafid Elalamy, PDG du groupe marocain Saham, Abdelmalek Alaoui, Président de l’association Marocaine d’Intelligence Economique (AMIE) et la consultante Fatine Layt, aux côtés de représentants du patronat français “Medef International” et de groupes français présents au Maroc (Safran, BRED Banque Populaire).

 

 

Source Atlasinfo avec MAP

Rendez-vous
Maroc – 2ème édition du Salon KIMIA AFRICA, 26 au 28 septembre à Casablanca
La 2ème édition de KIMIA AFRICA, salon des Matières Premières et des Technologies pour la Chimie et la Parachimie, se déroulera du 26 au 28 septembre 2017 au Centre International de Conférences et d’Expositions de...

Très signalés

Tunisie, la population s’armerait. C’est ce qui ressort de discutions avec des Tunisiens de passage en France qui voient autour d’eux des compatriotes s’armer en prévision du retour massif de djihadistes chassés d’Irak et de Syrie.

Les épiceries arabes auraient perdu environ 30% de leur clientèle au lendemain des attentats du 13 novembre 2015 en France, revendiqués par l’organisation terroriste État islamique. Ces commerces de proximité, très appréciés des Français, seraient victimes de l’amalgame Arabe = terroriste.

Le site d’Airbus Defence and Space des Mureaux (ex EADS Astrium) aurait été survolé récemment par au moins un drone, indique une source interne. Airbus Defence and Space est une division du groupe Airbus, née du regroupement des activités de Cassidian, Astrium et Airbus Military. Cette nouvelle division est le Numéro Un européen de l’industrie spatiale et de la défense, le numéro deux mondial de l’industrie spatiale et fait partie des dix premières entreprises mondiales du secteur de la défense. Le site des Mureaux jouxte un petit aérodrome ce qui pourrait expliquer les présence de drones, selon des responsables.

Menaces de mort contre les policiers. Suite à la réception de SMS indiquant que les terroristes islamistes appelaient

à assassiner des policiers et leurs familles à leurs domiciles, de nombreux policiers ramènent leur arme de service à la maison. Ces menaces

auraient été confirmées de source syndicale.

Torture. Seules 528 pages ont été rendues publiques, le 6 décembre 2014, sur les 6 000 pages que compte le rapport du Comité du Renseignement du Sénat sur la torture pratiquée par la CIA. Le rapport met l’accent sur l’utilisation illégale de la torture, particulièrement le supplice de la baignoire, et la réhydratation rectale sur des suspects de terrorisme et conclut que de telles méthodes n’étaient nullement efficaces pour obtenir des renseignements.

Rachida Dati se rendra à Guantanamo à l’invitation du gouvernement américain afin de constater que les détenus sont bien traités. On verra bien se qu’en dira l’ex-ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy.

Culture
« Ma soeur Touria, première aviatrice du monde arabe »  de Salah Eddine Chaoui
Dans les années 50, le Maroc était encore sous protectorat français. Malgré les obstacles, Touria Chaoui, à tout juste 16 ans, décroche le 17 octobre 1951 son brevet de pilotage délivré par l’armée de l’air...
Société
Un chercheur marocain a trouvé une alternative naturelle aux antibiotiques
Professeur en biologie à l’université de Fès, Adnane Remmal a reçu le prix de l’inventeur 2017 de l’Office européen des brevets. Il est parvenu à “redynamiser” des antibiotiques rendus...
Vidéos

La faillite intellectuelle des nouveaux philosophes ? (une vidéo de l’IRIS)


Quelle situation des droits humains dans le monde ? (une vidéo de l’IRIS)


Objectifs du Millénaire : quel bilan ?

Mentions légales
Directeur de la publication : Hugues Wagner
Siège social : 45 avenue Chateaubriand 78 250 Mezy sur Seine FRANCE
Tél./Fax : +33 (0)1 30 22 26 17
Hébergeur : OVH Sarl – 140, quai du Sartel – F.59100 Roubaix – tél +33 (0)3 20 20 09 57
Responsabilité : malgré notre vigilance, le site peut comporter des inexactitudes, des défauts de mise à jour ou des erreurs. Nous remercions les utilisateurs de nous faire part d'éventuelles omissions ou erreurs par mail.
Une réalisation de l'Agence Iona
Agence Iona conception sites web sites internet Paris développement webdesign cms wordpress site flash dynamique Iona design www.agence-iona.fr

Mis à jour le 13/07/17
Rss
Twitter
Facebook
Partenariat Europe-Maghreb - inscription à la newsletter
Archives par pays

250x250_autotrain

VSC